Christ Pantocrator - Dôme du Saint-Sépulcre - CC bachmont

Vingt-et-unième dimanche après la Pentecôte – Graduel (suite et fin)


V/. Priúsquam montes fíerent aut formarétur terra et orbis : a sǽculo et usque in sǽculum tu es, Deus.

Christ Pantocrator - Dôme du Saint-Sépulcre - CC bachmont
Christ Pantocrator – Dôme du Saint-Sépulcre – CC bachmont

Avant que n’apparût le monde et l’univers,
Que ne fussent formées les terres et les mers,
Et ne fût l’homme enfin, au milieu, suscité
Pour en être la pointe, et la cime et le faîte,
Avant la création et pour l’éternité,
Seigneur, Vous êtes.

 

Publicités
Saint Marcellin - CC Agridecumantes

Saints Marcellin, Pierre et Erasme – Alléluia


Allelúia, allelúia. V/. Ioann. 15, 16. Ego vos elégi de mundo, ut eátis et fructum afferátis : et fructus vester maneat. Allelúia.

Saint Marcellin - CC Agridecumantes
Saint Marcellin – CC Agridecumantes

La main qui fit la poudre et l’onde
Vous désigna parmi le monde
Ô nobles saints !

Quittez sans tarder vos demeures,
Suivez pleins de zèle et d’ardeur
Ses hauts desseins.

Dans le verger de l’univers
Étendez vos grands bras couverts
De nombreux fruits.

Ils tomberont un jour au sol
Et l’oiseau prendra son envol
Sur leur appui.

Saint Marc - Jean Bourdichon

Saint Marc – Offertoire (Sonnet)


Ant. ad Offertorium. Ps. 88, 6.
Confitebúntur cæli mirabília tua, Dómine : et veritátem tuam in ecclésia sanctórum, allelúia, allelúia.

Saint Marc - Jean Bourdichon
Saint Marc – Jean Bourdichon

Seigneur, Dieu d’Israël et Roy de l’univers,
Je tourne mes deux pauvres yeux
Vers l’infinie splendeur de Vos grandioses cieux,
Et dans ma ferveur, je me perds.

Oh, que de gloire échappe au vantail entrouvert !
Rabats ta superbe, orgueilleux,
Quant le peu que tu vois est déjà merveilleux
Et bien supérieur à tes vers !

Seul le Ciel peut chanter la beauté du Très-Haut :
Après des rythmes idéaux
Cours, mais ne crois pas les atteindre.

Ma rime, cherche à ressembler
Aux cantiques bénis que les saints rassemblés
Font monter face au Feu qui ne peut pas s’éteindre.

Annonciation - Façade de la cathédrale d'Orvieto - CC LPLT

Annonciation – Trait


Tractus. Ps 44:11 et 12.
Audi, fília, et vide, et inclína aurem tuam: quia concupívit Rex speciem tuam.
Ps 44:13 et 10.
Vultum tuum deprecabúntur omnes dívites plebis: fíliæ regum in honóre tuo.
Ps 44:15-16.
Adducántur Regi Vírgines post eam: próximæ eius afferéntur tibi.
V. Adducántur in lætítia et exsultatióne: adducántur in templum Regis.

Annonciation - Façade de la cathédrale d'Orvieto - CC LPLT
Annonciation – Façade de la cathédrale d’Orvieto – CC LPLT

Entends, ma fille, entends la clameur du héraut,
Et donne libre cours à la joie dans ton cœur,
Car tu n’en auras jamais trop,
Puisque approche de toi dans toute Sa splendeur
Notre adorable et divin Roy !
Ta beauté sans égale a ravi ton Seigneur :
Donne à ton tendre esprit libre cours à sa joie !

Vois donc dans l’avenir combien d’hommes se pressent,
S’inclinent à tes pieds et te prient humblement !
Toute la cour et la noblesse
Vient chercher ta faveur comme ton agrément,
Et les plus puissants te demandent
De prier ton Époux d’être pour eux clément
Et font pour te fléchir mille dons, mille offrandes !

Tes compagnes seront après toi présentées
Au Seigneur de ton âme et de tout l’univers
Dans l’infinie félicité.
Le temple fleurira de blanches primevères,
Et puis de chrysanthèmes blancs,
Lorsque les vantaux d’or seront soudain ouverts
Et qu’elles entreront, timides, à pas lents.

Saint Philippe - Saint Jean du Latran - CC Zavatter

Saints Philippe et Jacques – Introït (Sonnet)


Ant. ad Introitum. Neh. vel 2 Esdr. 9, 27.
Clamavérunt ad te, Dómine, in témpore afflictiónis suæ, et tu de cælo exaudísti eos, allelúia, allelúia.
Ps. 32, 1.
Exsultáte, iusti, in Dómino : rectos decet collaudátio.

Saint Philippe - Saint Jean du Latran - CC Zavatter
Saint Philippe – Saint Jean du Latran – CC Zavatter

Ils Vous ont supplié quand ont coulé leurs pleurs,
Lorsque leurs corps et leurs esprits
Soudain ont défailli sous le poids du malheur,
Ils ont porté vers Vous leurs plaintes et leurs cris.

Ils Vous ont imploré, et du Ciel, ô Seigneur,
Votre aide ne s’est point tarie ;
Leurs larmes ont ouvert les fontaines d’un cœur
Qui vient désaltérer les cœurs qui sont meurtris.

Justes, réjouissez-Vous, tressaillez d’allégresse,
Acclamez sans fin votre Dieu,
Et chantez Sa bonté, Sa force et Ses largesses.

Ô vous qui vivez dans les Cieux,
Ô vous, saints, qui l’avez suivi jusqu’au Calvaire,
C’est à vous de louer le Roy de l’univers !

Saint Paulin de Nole - Évêque et poète - CC WellcomeTrust

Troisième Dimanche après Pâques – Offertoire


Saint Paulin de Nole - Évêque et poète - CC WellcomeTrust
Saint Paulin de Nole – Évêque et poète – CC WellcomeTrust

Ant. ad Offertorium. Ps. 145, 2.
Lauda, anima mea, Dóminum : laudábo Dóminum in vita mea : psallam Deo meo, quámdiu ero, allelúia.

Sans cesse, loue ton Dieu, mon âme,
Et brûle pour Lui d’une flamme
Qui ne s’éteint jamais.

Chante ton amour dans tes vers,
Fais-le sonner dans l’univers
De l’abysse au sommet.

Chante ton Dieu dans tes poèmes,
Chante et redis combien tu L’aimes,
Combien tu le devrais.

Ma lèvre dira Votre gloire,
À l’aube, à midi, jusqu’au soir,
Autant que je vivrai.

Vous louer me remplit le cœur
D’une imperceptible douceur
Et d’une grande joie.

Gloire soit rendue sur la terre
Au Saint-Esprit, au Fils, au Père,
Gloire au Dieu saint trois fois !

La Résurrection du Christ - CC Waiting For The Word

Jeudi de Pâques – Alléluia


La Résurrection du Christ - CC Waiting For The Word
La Résurrection du Christ – CC Waiting For The Word

Allelúia, allelúia. V/. Surréxit Christus, qui creávit ómnia : et misértus est humáno géneri.

Il est ressuscité, le Seigneur Jésus-Christ,
Le Créateur de l’univers !
Celui qui, sur la Croix, daigna rendre l’esprit
Pour nous arracher à l’enfer !

Dieu créant l'univers

Quatrième dimanche de Carême – Offertoire


Ant. ad Offertorium. Ps. 134, 3 et 6.
Laudáte Dóminum, quia benígnus est : psállite nómini eius, quóniam suávis est : ómnia, quæcúmque vóluit, fecit in cælo et in terra.

Louez le Seigneur,
Car Il est plein de bonté !
Chantez à toute heure
Sa très-sainte Volonté !
Acclamez, fidèles,
Son Nom si doux et si grand,
Qui en haut du Ciel,
Occupe le premier rang.
Tout ce qu’Il désire,
Il le fait, car Il est Dieu,
Et Son vaste empire
S’étend de la terre aux Cieux.

Mathias Stom - Les Mages

Epiphanie du Seigneur – Introit


Ant. ad Introitum. Malach. 3, 1 ; 1 Par. 29, 12.
Ecce, advénit dominátor Dóminus : et regnum in manu eius et potéstas et impérium.
Ps. 71, 1.
Deus, iudícium tuum Regi da : et iustítiam tuam Fílio Regis.

Tremblez, tremblez, mortels, car le Seigneur approche ;
L’univers tressaillant reçoit son Souverain,
Ce Maître dont le trône est plus dur que la roche
Et Son sceptre brillant plus ferme que l’airain.

Ô Dieu plein de bonté, donnez à Votre Fils
Le pouvoir de juger et de régir la terre ;
Remettez à ce Roy, grand Roy, Votre justice,
Pour que la création Vous glorifie, ô Père !

Dieu le Père trônant, entouré de la Vierge Marie et du Christ

Sixième jour dans l’Octave de la Nativité – Offertoire


Ant. ad Offertorium. Ps. 88,12et 15.
Tui sunt cœli et tua est terra : orbem terrárum et plenitúdinem eius tu fundásti : iustítia et iudícium præparátio sedis tuæ.

Les Cieux disent à Dieu : nous Vous appartenons,
Et la terre obéit seulement à Son nom ;
Écoute, écoute encor la voix de l’univers :
« C’est à Dieu qui me fit que je suis asservi,
Et c’est Lui, le Très-Bon, qui fit don de la vie
A tous ces animaux dont je suis recouvert. »

Soyez loué, mon Dieu, pour Votre création !
Ô peuples, chantez-Le ! Acclamez-le, nations !
N’avez-Vous pas créé le Ciel, l’homme et la terre ?
Contemple ton Seigneur au céleste pourpris :
La justice est Son trône, et saints sont Ses rescrits ;
C’est Lui qui nous régit, c’est à Lui qu’il faut plaire.

Sainte Odile - CC Remi Leblond

Sainte Odile – Communion (dans le diocèse de Strasbourg) (Sonnet)


Ant. ad Communionem. Ps. 35, 10.
Apud te est fons vitæ, et in lúmine tuo vidébimus lumen.

Mes yeux ont lentement parcouru l’univers ;
L’obscurité planait sur un vaste désert.
Sur le sol craquelé, d’affreux ossements blancs
Heurtaient, ralentissaient mes pauvres pieds tremblants.

Ma langue était pâteuse et chargée de poussière,
Hélas ! Que j’avais soif dans ce grand cimetière !
Mon corps, cadavéreux, comme à demi vivant,
Rêvait d’un peu d’eau pure et d’un souffle de vent.

Mais au-dessus de l’ombre et de la terre aride
S’étend un beau jardin, luxuriant et splendide,
Où coulent des ruisseaux de lumière et de vie.

Jamais Votre soleil n’y termine sa course,
Et jamais, Seigneur Dieu, n’y tarit Votre source ;
A jouir de chacun d’eux, Votre main nous convie.

Image : Sainte Odile – CC Remi Leblond

Vision du pape Clément Ier - Giovanni Battista Tiepolo

Saint Clément Ier – Offertoire


Ant. ad Offertorium. Ierem. 1, 9-10.
Ecce, dedi verba mea in ore tuo : ecce, constítui te super gentes et super regna, ut evéllas et destruas, et ædífices et plantes.

C’est Moi qui parle par ta voix ;
Je t’ai mis au-dessus des rois,
Et des peuples de l’univers,
Pour que, juge strict et sévère,
Tu libères sur eux les lions,
Et les jettes dans l’affliction.
Mais dépose parfois le glaive,
Et de ta bouche, alors, élève,
Fais connaître aux peuples Ma loi
Et hisse les nations vers Moi.

Dieu créant l'univers

Vingt-et-unième dimanche après la Pentecôte – Introit


Dieu créant l'univers
Dieu créant l’univers

Ant. ad Introitum. Esth. 13, 9 et 10-11.
In voluntáte tua, Dómine, univérsa sunt pósita, et non est, qui possit resístere voluntáti tuæ : tu enim fecísti ómnia, cælum et terram et univérsa, quæ cæli ámbitu continéntur : Dominus universórum tu es.
Ps. 118, 1.
Beáti immaculáti in via : qui ámbulant in lege Dómini.

Le sceptre du Seigneur pèse sur l’univers.
Qui pourrait résister à Votre volonté ?
Seul un fol plein d’orgueil dirait pour se vanter :
J’ai tiré du néant quelques grains de poussière.

Mais, ô Seigneur mon Dieu, tout ce que nous voyons
Et tout ce qui demeure ignoré de notre œil,
L’ange, l’homme, et la bête, et le fruit que l’on cueille,
Le rocher et l’eau, tout est Votre Création !

Devant tant de grandeur, ô mon Seigneur, nous sommes
Semblables aux cirons, débiles et petits.
Que tout le reconnaisse empreint de modestie,
Tant l’animal que l’ange, et tant l’arbre que l’homme !

L’infime créature au cœur trop ambitieux
N’est qu’une âme malade et un esprit immonde ;
Seul est digne vraiment de régner sur le monde
Dieu, le Roy de la terre, et l’empereur des Cieux.

Heureux l’homme au cœur pur soumis à son Seigneur,
Qui ne s’égare point dans de funestes voies,
Et suit sans hésiter la route de la Loi :
Cet homme, vraiment sage, aura le vrai bonheur.

Eclair sur Nantes - CC Loïc Le Ninan

Dix-neuvième dimanche après la Pentecôte – Offertoire – Sonnet


Eclair sur Nantes - CC Loïc Le Ninan
Eclair sur Nantes – CC Loïc Le Ninan

Ant. ad Offertorium. Ps. 137, 7.
Si ambulávero in médio tribulatiónis, vivificábis me, Dómine : et super iram inimicórum meórum exténdes manum tuam, et salvum me fáciet déxtera tua.

Si je marche au milieu d’un chemin de souffrances,
Si la ronce et l’épine et le rocher blessant
A chacun de mes pas s’abreuvent de mon sang,
Je sais que du Seigneur viendra la délivrance.

Si l’ennemi me dit : « Vois quelle indifférence
Le dieu de ta prière a pour les innocents !
Tes cris sont aussi vains que le fut ton encens »,
Rien ne pourra m’ôter ma céleste espérance.

Le sage serviteur qui L’aura bien servi
Recevra sans tarder et l’honneur et la vie
De l’invincible main du Roy de l’univers.

Et sur les audacieux qui s’opposaient à Lui,
Sa droite s’abattra, comme on voit dans la nuit
L’éclair frapper le sol sous les coups de tonnerre.