Tu es Petrus - CC SteO153

Saint Marcel Ier – Évangile (Messe Si diligis)


 

+ Sequéntia sancti Evangélii secúndum Matthǽum.
Matth. 16, 13-19.
In illo témpore : Venit Iesus in partes Cæsaréæ Philíppi, et interrogábat discípulos suos, dicens : Quem dicunt hómines esse Fílium hóminis ? At illi dixérunt : Alii Ioánnem Baptístam, alii autem Elíam, alii vero Ieremíam aut unum ex prophétis. Dicit illis Iesus : Vos autem quem me esse dícitis ? Respóndens Simon Petrus, dixit : Tu es Christus, Fílius Dei vivi. Respóndens autem Iesus, dixit ei : Beátus es, Simon Bar Iona : quia caro et sanguis non revelávit tibi, sed Pater meus, qui in cælis est. Et ego dico tibi, quia tu es Petrus, et super hanc petram ædificábo Ecclésiam meam, et portæ ínferi non prævalébunt advérsus eam. Et tibi dabo claves regni cælórum. Et quodcúmque ligáveris super terram, erit ligátum et in cælis : et quodcúmque sólveris super terram, erit solútum et in cælis.

Tu es Petrus - CC SteO153
Tu es Petrus – CC SteO153

« Qui, d’après la rumeur, serait le Fils de l’homme ?
D’après la renommée, comme est-ce qu’il se nomme ? »
Ainsi parlait le Christ aux siens.
« Pour les uns, c’est Élie », lui dit l’un des apôtres.
« Jérémie – Jean-Baptiste, à ce que disent d’autres.
– L’un des prophètes qui revient. »

– Mais pour vous, dit le Christ, qui suivez Mes vestiges ;
Pour vous qui M’entendez et Me voyez, qui suis-Je ? »
Or Simon se jette en avant,
Et répond sans attendre avec force et chaleur :
« C’est Toi, c’est vraiment Toi, le Christ, l’Oint du Seigneur,
L’unique Fils du Dieu vivant.

– Heureux es-tu, Simon ! Ni le sang, ni la chair
Ne t’ont soufflé ces mots ; ils viennent de Mon Père,
Ils te viennent du Roy des Cieux.
Quant à Moi, Je te dis : désormais tu es Pierre,
Et J’élève sur toi l’Église que l’enfer
Ne touchera qu’avec ses yeux.

Tu recevras bientôt de Ma main éternelle
La clef d’or et de sang de la porte du Ciel.
Tu deviendras Mon lieutenant.
Tu devras édicter des lois selon Mon Cœur
Qui vaudront ici-bas comme dans les Hauteurs,
Pouvoir sublime et rayonnant. »

Publicités
Saint Télesphore

Saint Télesphore – Épître (Messe Si diligis)


Léctio Epístolæ beáti Petri Apóstoli.
l. Petri 5, 1-4 et 10-11.
Caríssimi : Senióres, qui in vobis sunt, obsécro consénior et testis Christi passiónum, qui et eius, quæ in futúro revelánda est, glóriæ communicátor : páscite qui in vobis est gregem Dei, providéntes non coácte, sed spontánee secúndum Deum, neque turpis lucri grátia, sed voluntárie ; neque ut dominántes in cleris, sed forma facti gregis ex ánimo. Et, cum appáruerit princeps pastórum, percipiétis immarcescíbilem glóriæ corónam. Deus autem omnis grátiæ, qui vocávit nos in ætérnam suam glóriam in Christo Iesu, módicum passos ipse perfíciet, confirmábit solidabítque. Ipsi glória et impérium in sǽcula sæculórum. Amen.

 

Saint Télesphore
Saint Télesphore

Je vous écris, chrétiens, que j’aime tendrement,
Et j’écris pour vous, chefs, particulièrement,
Vous à qui le Seigneur remit tant de pouvoir
Pour éclairer Son peuple en ces siècles si noirs.
Gouvernez sans orgueil et dans l’esprit de Dieu,
Sans regeindre à la tâche et sans être ambitieux,
Sans chercher les faveurs, les biens ou le prestige,
Mais soyez l’instrument de Celui qui dirige.
Ne faites point peser sur vos fils votre main,
Mais que votre existence montre à tous un chemin
Qui monte au Ciel. Alors, lorsqu’au tout dernier jour,
Le seul Pasteur sera parmi nous de retour,
Après un peu de temps d’épreuve et d’affliction,
Vous serez couronnés de Ses bénédictions.
Vous recevrez alors, et moi aussi, la gloire
Qui dure tout le jour qui n’a jamais de soir.

Sacré-Cœur de Jésus - CC The Photographer

Mercredi des Quatre-Temps d’Avent – Collecte II


Oratio.
Festína, quǽsumus, Dómine, ne tardáveris, et auxílium nobis supérnæ virtútis impénde : ut advéntus tui consolatiónibus sublevéntur, qui in tua pietáte confídunt : Qui vivis et regnas.

Sacré-Cœur de Jésus - CC The Photographer
Sacré-Cœur de Jésus – CC The Photographer

Descendez vite, ô Rayon d’or,
En brandissant le sceptre fort
Remis en Vos mains par le Roy,
Qui soulage ou jette l’effroi.
Descendez de la Citadelle :
L’homme qui goûte Votre miel
Tend les mains vers Vous dans la nuit
Et Vous demande Votre appui.

Saint Albert le Grand - Vincenzo Onofri - CC seilko

Saint Albert le Grand – Postcommunion


Postcommunio
Per hæc sancta quæ súmpsimus, ab hóstium nos, Dómine, impugnatióne defénde : et intercedénte beáto Albérto Confessóre tuo atque Pontífice, perpétua pace respiráre concéde ; Per Dóminum.

Saint Albert le Grand - Vincenzo Onofri - CC seilko
Saint Albert le Grand – Vincenzo Onofri – CC seilko

Rayon d’or, que l’Agneau que nous avons reçu
Des méfaits du serpent à jamais nous défende.
Albert, degré qui mène à la Montagne grande,
Demandez que le soir nous découvre dessus.

  • Rayon d’or : Dieu
  • Agneau : Eucharistie
  • serpent : diable
  • degré : saint intercesseur
  • Montagne : Paradis, vu de la terre
  • soir : mort
Tobie et l'archange saint Raphaël - Pieter Lastman

Saint Raphaël – Introït


Ant. ad Introitum. Ps. 102, 20.
Benedícite Dóminum, omnes Angeli eius : poténtes virtúte, qui fácitis verbum eius, ad audiéndam vocem sermónum eius.
Ps. ibid., 1.
Benedic, ánima mea. Dómino : et ómnia, quæ intra me sunt, nómini sancto eius.
V/. Glória Patri.

Tobie et l'archange saint Raphaël - Pieter Lastman
Tobie et l’archange saint Raphaël – Pieter Lastman

Anges de Dieu, qui contemplez Sa face,
Bénissez-Le !
Anges puissants qui répandez Sa grâce
Et sur Son ordre allez du Ciel si bleu
Jusqu’à la terre et nos âmes si noires,
Bénissez Dieu de l’aube au soir.

Et toi, mon cœur, bénis le Roy des Cieux !
Prie-Le qu’Il fasse
Que tout en toi Le chante de son mieux,
Et que jamais, jamais tu ne te lasses
De glorifier le seul, l’unique Roy,
Et Son saint nom en qui tu crois.

Un retable de la Crucifixion

Exaltation de la Sainte Croix – Alléluia


Allelúia, allelúia. V/. Dulce lignum, dulces clavos, dúlcia ferens póndera : quæ sola fuísti digna sustinére Regem cælórum et Dóminum. Allelúia.

Un retable de la Crucifixion
Un retable de la Crucifixion

Qu’il est doux le bois
Sacré de la Croix,
Et doux les trois clous de fer
Mais nul n’est pour nous
Plus tendre et plus doux
Que l’Homme-Dieu qu’ils portèrent.

Ô bois assassin
Et pourtant si saint,
Le Ciel te jugea seul digne
De porter son Roy
Et fit de ta croix
Son plus noble et plus grand signe.

Châsse de Saint Vincent de Paul - CC FLLL

Saint Vincent de Paul – Secrète


Secreta
Præsta nobis, quǽsumus, omnípotens Deus : ut nostræ humilitátis oblátio et pro tuórum tibi grata sit honóre Sanctórum, et nos córpore páriter et mente puríficet. Per Dóminum.

Châsse de Saint Vincent de Paul - CC FLLL
Châsse de Saint Vincent de Paul – CC FLLL

Voici, Seigneur, l’admirable présent,
Le vin mêlé de la divine ivresse,
Le pain qui tient en lui toute richesse,
Mais nous offrons ce cadeau écrasant
Avec des mains tremblantes de faiblesse.

Venez, ô saints, que l’Église aujourd’hui
Dans son bonheur fête, célèbre, honore !
Avec vos bras que le Ciel rend plus forts,
Portez à Dieu cet admirable fruit
Pour purifier nos âmes et nos corps.

Saint Alexis de Rome

Saint Alexis – Offertoire


Ant. ad Offertorium. Ps. 88, 25.
Véritas mea et misericórdia mea cum ipso : et in nómine meo exaltábitur cornu eius.

Saint Alexis de RomeJe vêtirai Mon serviteur fidèle
De vérité, d’amour et de pitié ;
Sa vie entière aura Mon amitié :
On verra tôt sa gloire dans le Ciel.

Sacré-Cœur de Jésus - CC The Photographer

Mercredi des Quatre-Temps de Pentecôte – Communion


Ant. ad Communionem. Ioann. 14, 27.
Pacem relínquo vobis, allelúia : pacem meam do vobis, allelúia, allelúia.

Sacré-Cœur de Jésus - CC The PhotographerJe pars, et vous laisse Ma paix :
Non la paix dont on jouit sur terre,
Car vous serez à tous suspects,
Et comme ils Me persécutèrent
Et Me mirent sur une croix,
Ainsi vous tourmenteront-ils.
Que votre cœur sans crainte croie,
Qu’il soit fécond, qu’il soit fertile,
Et c’est Moi qui lui donnerai
La paix même qui vient du Ciel,
Et qui soufflera : « Tu es près
D’entrer dans la gloire éternelle. »

Le roi Athelstan présente La Vie de saint Cuthbert à saint Bède le vénérable.

Saint Bède le Vénérable – Secrète


Secreta C2
Sancti Bedæ Confessóris tui atque Doctóris nobis, Dómine, pia non desit orátio : quæ et múnera nostra concíliet ; et tuam nobis indulgéntiam semper obtíneat. Per Dóminum.

Le roi Athelstan présente La Vie de saint Cuthbert à saint Bède le vénérable.
Le roi Athelstan présente La Vie de saint Cuthbert à saint Bède le vénérable.

Ô ma pauvre prière, avec ton corps de vieille,
Tes bras pleins de faiblesse et tes genoux tremblants,
Ta chair presque liquide et tes pas chancelants,
Comment peux-tu penser que tes plaintes réveillent
Le puissant Seigneur sans pareil ?

Va donc parler au saint que l’Église aujourd’hui
Fête et penchant le front, sollicite son aide.
Dis-lui de ta voix faible : « Ô noble et puissant Bède,
Pour mon maître accordez votre puissant appui :
Prenez ma place auprès de Lui. »

Saint Bernardin de Sienne tenant le monogramme du Christ

Saint Bernardin de Sienne – Alléluia


Allelúia, allelúia. V/. Iac. 1, 12. Beátus vir, qui suffert tentatiónem : quóniam, cum probátus fúerit, accípiet corónam vitæ. Allelúia.

Saint Bernardin de Sienne tenant le monogramme du Christ
Saint Bernardin de Sienne tenant le monogramme du Christ

Heureux l’homme au cœur pur que le diable a tenté
Et le saint que l’enfer sans cesse a violenté !
Car le tourment prend fin et le Ciel l’environne,
Et Dieu met sur son front l’éternelle couronne.

Sainte Hostie de la Chapelle de Dijon - Barthélémy d'Eyck (attribution)

Quatrième Dimanche après Pâques – Postcommunion


Postcommunio.
Adésto nobis, Dómine, Deus noster : ut per hæc, quæ fidéliter súmpsimus, et purgémur a vítiis et a perículis ómnibus eruámur. Per Dóminum nostrum.

Sainte Hostie de la Chapelle de Dijon - Barthélémy d'Eyck (attribution)
Sainte Hostie de la Chapelle de Dijon – Barthélémy d’Eyck (attribution)

Ô divin Roy du Ciel, Vous venez sous la voûte
De mon âme qui tremble et de joie frémit toute,
Et de l’éternité boit déjà quelques gouttes.

Restez, restez Seigneur : le vice est résistant,
Et les périls nombreux pour qui vit dans le temps ;
Restez, arrachez-nous aux griffes de satan.

Saint Marc - Jean Bourdichon

Saint Marc – Offertoire (Sonnet)


Ant. ad Offertorium. Ps. 88, 6.
Confitebúntur cæli mirabília tua, Dómine : et veritátem tuam in ecclésia sanctórum, allelúia, allelúia.

Saint Marc - Jean Bourdichon
Saint Marc – Jean Bourdichon

Seigneur, Dieu d’Israël et Roy de l’univers,
Je tourne mes deux pauvres yeux
Vers l’infinie splendeur de Vos grandioses cieux,
Et dans ma ferveur, je me perds.

Oh, que de gloire échappe au vantail entrouvert !
Rabats ta superbe, orgueilleux,
Quant le peu que tu vois est déjà merveilleux
Et bien supérieur à tes vers !

Seul le Ciel peut chanter la beauté du Très-Haut :
Après des rythmes idéaux
Cours, mais ne crois pas les atteindre.

Ma rime, cherche à ressembler
Aux cantiques bénis que les saints rassemblés
Font monter face au Feu qui ne peut pas s’éteindre.

Scènes de la Passion du Christ - Albrecht Altdorfer

Vendredi de la Passion – Introït


Ant. ad Introitum. Ps. 30, 10, 16 et 18.
Miserére mihi, Dómine, quóniam tríbulor : líbera me, et éripe me de mánibus inimicórum meórum et a persequéntibus me : Dómine, non confúndar, quóniam invocávi te.
Ps. ib., 2.
In te, Dómine, sperávi, non confúndar in ætérnum : in iustítia tua libera me. Miserére mihi.

Scènes de la Passion du Christ - Albrecht Altdorfer
Scènes de la Passion du Christ – Albrecht Altdorfer

Ayez pitié de mon cœur dans la peine
Et l’affliction !
Libérez-moi des mains souillées de haine
Qui follement m’ont en exécration.

Seigneur du Ciel, j’implore Votre grâce :
N’oubliez pas !
Délivrez-moi de ceux qui me pourchassent
Et dont le cœur ne veut que mon trépas.

Ayez pitié, Seigneur, mon espérance !
Ah, évitez
À mon esprit l’éternelle souffrance,
Mais sauvez-moi dans Votre éternité.