La Vierge l'Enfant entourée des Saints Innocents - Pierre-Paul Rubens

De la Sainte Vierge le samedi – Communion (après la Trinité)


Ant. ad Communionem.
Beáta viscera Maríæ Vírginis, quæ portavérunt ætérni Patris Fílium.

La Vierge l'Enfant entourée des Saints Innocents - Pierre-Paul Rubens
La Vierge l’Enfant entourée des Saints Innocents – Pierre-Paul Rubens

Si notre chair est putréfiée
Depuis que l’homme s’est confié
Aux abominables écailles
Du serpent pour jamais proscrit,
Bienheureuses sont vos entrailles
Immaculée Vierge Marie !

Du venin de notre nature,
Le Seigneur les a gardées pures ;
Son triple et lumineux faisceau
Descendit dans votre matrice,
Et fit de vous l’alme vaisseau
De nul autre que de Son Fils.

Publicités
Vierge à l'Enfant - Basilique Sainte-Sophie de Constantinople - CC Guillaume Piolle

De la Sainte-Vierge le samedi – Alléluia


Allelúia, allelúia. V/. Post partum, Virgo, invioláta permansisti : Dei Génetrix, intercéde pro nobis. Allelúia.

Vierge à l'Enfant - Basilique Sainte-Sophie de Constantinople - CC Guillaume Piolle
Vierge à l’Enfant – Basilique Sainte-Sophie de Constantinople – CC Guillaume Piolle

Il était né, l’Enfant qui sauverait le monde.
Sa mère l’admirait, et ses pensées profondes
S’élevaient vers les Cieux.

Mère, elle sentait bien qu’elle était vierge encor ;
La fleur était restée dans l’âme et dans le corps
De l’épouse de Dieu.

La Sainte Vierge et saint Jean au pied de la Croix - Rogier van der Weyden

De la Sainte Vierge le samedi (après la Trinité) – Secrète


Secreta.
Tua, Dómine, propitiatióne, et beátæ Maríæ semper Vírginis intercessióne, ad perpétuam atque præséntem hæc oblátio nobis profíciat prosperitátem et pacem. Per Dóminum.

La Sainte Vierge et saint Jean au pied de la Croix - Rogier van der Weyden
La Sainte Vierge et saint Jean au pied de la Croix – Rogier van der Weyden

Seigneur Jésus, regardez tendrement
Les fils confiés à Votre sainte mère,
Cette Marie qui sut si bien Vous plaire
Qu’elle devint reine du Firmament.

Voyez ces fils, donnés à Votre mère
Par Votre bouche au sommet de la Croix ;
N’oubliez point, ô le plus grand des Roys,
Ce qui, mourant, a su jadis Vous plaire.

De Votre lèvre, au faîte de la Croix
Sont descendus des mots pleins de douceur ;
Que tous nos vœux montent vers Vous, Seigneur,
Et dans les Cieux touchent le plus grand Roy.

Des Cieux bénis, descend sainte douceur !
Viens habiter nos cœurs bien tendrement ;
Fais, je t’en prie, qu’un jour au Firmament,
Ils montent voir la Vierge et le Seigneur.

Le Sermon sur la montagne - Karl Heinrich Bloch

Messe de la Sainte Vierge le samedi (après la Trinité) – Évangile


+ Sequéntia sancti Evangélii secúndum Lucam
Luc. 11, 27-28.
In illo témpore : Loquénte Iesu ad turbas, extóllens vocem quædam múlier de turba, dixit illi : Beátus venter, qui te portávit, et úbera, quæ suxísti. At ille dixit : Quinímmo beáti, qui áudiunt verbum Dei, et custódiunt illud.

Le Sermon sur la montagne - Karl Heinrich Bloch
Le Sermon sur la montagne – Karl Heinrich Bloch

Jésus parle à la foule, et la foule, en silence,
Écoute attentivement
Le divin enseignement.

Que de sagesse en Lui, de force et d’espérance,
Et Ses admirables mots
Semblent anciens et nouveaux.

De la foule assemblée une femme se lève
Et proclame par sa voix
Ce que tous les autres croient :

« Heureuse enfant d’Adam, heureuse fille d’Ève
Dont le ventre T’a porté,
Dont le sein T’a allaité !

– Heureux plutôt celui qui se met à l’école
Des commandements de Dieu
Et qui les suit d’un cœur pieux.

Heureux qui du Seigneur écoute les paroles
Et les garde au fond de lui
Pour en faire son appui. »

Notre Dame de Moulins - CC Mangouste 35

Messe de la sainte Vierge le samedi – Introit


Notre Dame de Moulins - CC Mangouste 35
Notre Dame de Moulins – CC Mangouste 35

La messe du jour nous propose un extrait du poète Sedulius, auteur de paraphrases de l’Évangile.

Ant. ad Introitum. (Sedulius)
Salve, sancta Parens, eníxa puérpera Regem : qui cælum terrámque regit in sǽcula sæculórum.
Ps. 44, 2.
Eructávit cor meum verbum bonum : dico ego ópera mea Regi.

Je vous salue, le cœur rempli de crainte,
Je vous salue, ô vierge et mère sainte,
Mère du Roy, mère du Fils de Dieu,
Qui seul entend nos soupirs et nos plaintes,
Qui dans Sa main, tient la terre et les Cieux,
Et pour toujours aura tout sous Ses yeux.

Guide ma langue, et mes lèvres, mon cœur,
Ne tarde pas et parle avec chaleur,
Et fais entendre une agréable voix ;
Car tu diras tes œuvres au Seigneur,
Et tout le bien qu’Il fait à travers toi,
Tu le diras à ton Maître et ton Roy.