Christ Pantocrator - Dôme du Saint-Sépulcre - CC bachmont

Mercredi Saint – Collecte 1


Oratio.
Præsta, quǽsumus, omnípotens Deus : ut, qui nostris excéssibus incessánter afflígimur, per unigéniti Fílii tui passiónem liberémur : Qui tecum vivit.

Christ Pantocrator - Dôme du Saint-Sépulcre - CC bachmont
Christ Pantocrator – Dôme du Saint-Sépulcre – CC bachmont

Seigneur, voyez cette affliction
Qui prend nos cœurs après nos crimes ;
Que Votre Fils en Sa passion
Daigne nous reprendre à l’abîme.

 

Tombeau du Docteur Dor (Sonnet)


Sur vous un lourd cercueil, un cercueil non de bois,
Mais de mépris, d’oubli, de vague indifférence,
S’est refermé ; hélas, sous ce couvercle immense
Gît la gloire et l’honneur que le pays vous doit.

Brisons sans hésiter cet indigne silence !
Mais qui vous chantera, vous et vos doux exploits,
Vous dont toute la vie fut de servir la loi,
Vous qui fûtes un juste, un des rares de France ?

La veille des Rameaux, l’infirmière, sans bruit,
Entre dans votre chambre ; épuisée par la nuit,
Elle voit vos yeux clos et se dit : « C’est qu’il dort. »

Mais une autre réplique : « Oh non, tout est fini.
– Pourtant, fait la première, on dirait qu’il sourit. »
Votre âme voit son Dieu, S’y repose et L’adore.

 

Dimanche de la Passion – Graduel


Graduale. Ps. 142, 9 et 10.
Eripe me, Dómine, de inimícis meis : doce me fácere voluntátem tuam.
V/. Ps. 17, 48-49.Liberátor meus, Dómine, de géntibus iracúndis : ab insurgéntibus in me exaltábis me : a viro iníquo erípies me.

Jésus en prison - Copyright Notice - Private Collection Digital Images (c) 2012 Cynthia A. Stevens, all rights reserved
Jésus en prison – Copyright Notice – Private Collection Digital Images (c) 2012 Cynthia A. Stevens, all rights reserved

Arrachez-moi, Seigneur, à la griffe infernale,
Ô Maître, enseignez-moi la fuite face au mal.
Qui peut me libérer de ce peuple furieux
Qui voudrait me ravir, sinon Vous, ô mon Dieu ?
Vous m’ôterez des mains de l’homme qui se perd
Et Vous m’élèverez au-dessus de la terre.

 

Les croisés de Frédéric II à l'entrée de Jérusalem

Quatrième dimanche de Carême – Introït


Ant. ad Introitum. Is. 66, 10 et 11.
Lætáre, Ierúsalem : et convéntum fácite, omnes qui dilígitis eam : gaudéte cum lætítia, qui in tristítia fuístis : ut exsultétis, et satiémini ab ubéribus consolatiónis vestræ.
Ps. 121, 1.
Lætátus sum in his, quæ dicta sunt mihi : in domum Dómini íbimus.
V/.Glória Patri.

Les croisés de Frédéric II à l'entrée de Jérusalem
Les croisés de Frédéric II à l’entrée de Jérusalem

Réjouis-toi, Jérusalem,
Et toi, son peuple qui l’aime,
Rassemble-toi dans son sein.

Ô cœur brisé de tristesse,
Éclate en cris d’allégresse
Sur la montagne des saints.

Où tariras-tu tes pleurs ?
Où tes yeux seront en fleur ?
Dans l’enceinte de Sion !

Bois le vin à sa mamelle,
Le nectar et l’hydromel,
Le lait de consolation.

Mon cœur s’est rempli d’une joie extrême
Quand des chants sacrés, doux et mélodieux
M’ont dit : « La voici, la maison de Dieu ;
Entrons sans tarder pour Le voir Lui-même. »

 

La Main de Dieu - Fresque du douzième siècle

Premier dimanche de Carême – Introït


Ant. ad Introitum. Ps. 90, 15 et 16.
Invocábit me, et ego exáudiam eum : erípiam eum, et glorificábo eum : longitúdine diérum adimplébo eum.
Ps. ibid., 1.
Qui hábitat in adiutório Altíssimi, in protectióne Dei cæli commorábitur.
V/.Glória Patri.

La Main de Dieu - Fresque du douzième siècle
La Main de Dieu – Fresque du douzième siècle

Au milieu du combat, Mon Nom se fait entendre :
C’est sa voix qui M’appelle ; et Moi, je vais descendre,
Je vais le délivrer de son vieil ennemi,
L’écraser à ses pieds, le lui rendre soumis ;
Je le couronnerai d’une gloire éternelle gloire
Et ferai de sa vie un jour privé de soir.

Non, il ne sera pas déçu
L’homme qui se confie et croit
En Celui qui règne au dessus
Des plus puissants de tous les rois.

 

La Main de Dieu - Fresque du douzième siècle

Introït – Septuagésime


Ant. ad Introitum. Ps. 17, 5, 6 et 7.
Circumdedérunt me gémitus mortis, dolóres inférni circumdedérunt me : et in tribulatióne mea invocávi Dóminum, et exaudívit de templo sancto suo vocem meam.
Ps. ibd., 2-3.
Díligam te, Dómine, fortitúdo mea : Dóminus firmaméntum meum, et refúgium meum, et liberátor meus.
V/.Glória Patri.

La Main de Dieu - Fresque du douzième siècle
La Main de Dieu – Fresque du douzième siècle

La mort, telle un loup, rôde et gémit près de moi,
Telle un loup qui de faim fait entendre sa voix.
Les douleurs de l’enfer comme un dragon m’entourent,
Un dragon qui vomit six flammes de six fours.
À droite ? nul espoir ; à gauche ? c’est la nuit.
Mon œil se lève et voit une étoile qui luit :
« Ne me laissez pas choir, ô Seigneur, dans la fosse ! »
Et du Temple des Cieux la main de Dieu m’exauce.

Dans cette nuit,
Tout mon amour
Ira toujours
À mon appui,
Mon protecteur
Et mon sauveur.

 

Mathias Stom - Les Mages

Épiphanie – Alléluia


Allelúia, allelúia. V/.Matth. 2, 2. Vídimus stellam eius in Oriénte, et vénimus cum munéribus adoráre Dóminum. Allelúia.

Mathias Stom - Les Mages
Mathias Stom – Les Mages

Nous avons élevé les yeux
Et vu l’étoile dans les cieux.
Aussitôt, quittant nos demeures,
Emmenés par l’astre luisant,
Nous venons porter nos présents
Et nos vies à Notre Seigneur.

 

Isaïe

Quatrième dimanche de l’Avent – Introït (1) – Terza rima


Ant. ad Introitum. Is. 45, 8.
Roráte, cæli, désuper, et nubes pluant iustum : aperiátur terra, et gérminet Salvatórem.

Isaïe
Isaïe

Douce rosée des cieux, répandez-vous au sol ;
Humectez tout brin d’herbe, humectez tout hallier,
Qui, desséché de soif, se tord et se désole.

Nous attendons, ô pluies, ô pluies, que vous tombiez !
Arrosez la poussière, ô nues, de mille pleurs :
Nous voulons voir le monde à nouveau verdoyer.

Que la terre se fende et s’ouvre avec bonheur,
Qu’enfin les frondaisons de l’arbre nourricier
Croissent jusques au ciel – que germe le Sauveur !

 

L'Agneau de Dieu

Troisième dimanche de l’Avent – Alléluia


Allelúia, allelúia. V/. Excita, Dómine, potentiam tuam, et veni, ut salvos fácias nos. Allelúia.

L'Agneau de Dieu
L’Agneau de Dieu

Ô Tout-Puissant, faites-nous voir
Votre force et Votre pouvoir ;
Venez, venez, ne tardez plus,
Descendez avec le salut !

 

Reliques de Sainte Lucie - CC Didier Descouens

Sainte Lucie – Épître


Léctio Epístolæ beáti Pauli Apóstoli ad Corínthios.
2. Cor. 10, 17-18 ; 11, 1-2.
Fratres : Qui gloriátur, in Dómino gloriétur. Non enim, qui seípsum comméndat, ille probátus est ; sed quem Deus comméndat. Utinam sustinerétis módicum quid insipiéntiæ meæ, sed et supportáte me : .mulor enim vos Dei æmulatióne. Despóndi enim vos uni viro vírginem castam exhibére Christo.

Reliques de Sainte Lucie - CC Didier DescouensFrères, si vous cherchez la gloire,
Ne la cherchez qu’en notre Dieu.
Car se vanter est illusoire :
C’est ne s’élever qu’à ses yeux.

Ah, je ne voudrais point vous voir
Tomber comme des orgueilleux,
Car j’ai pour vous d’autres espoirs
Et vous aime comme un furieux.

Je veux vous présenter, au soir,
Devant les lourds battants des cieux
Comme une vierge au teint d’ivoire,
Vêtue d’habits blancs et précieux.

Frères, vous ne pouvez avoir
Qu’un fiancé : le Christ victorieux ;
Je ne veux point vous laisser croire
Que vous en trouveriez un mieux.

 

Coeur Immaculé de Marie - CC Diana Ringo

Immaculée Conception – Alléluia


Allelúia. V/. Cant. 4, 7. Tota pulchra es, María : et mácula originális non est in te. Allelúia.

Coeur Immaculé de Marie - CC Diana Ringo
Cœur Immaculé de Marie – CC Diana Ringo

Vous êtes toute belle,
Ô Marie !
La lèpre originelle
Ne vous a point flétrie.

 

Sainte Cécile - Guido Reni

Sainte Cécile – Hymne des Laudes


Hymnus
Iesu, coróna Vírginum,
Quem Mater illa cóncipit
Quæ sola Virgo párturit,
Hæc vota clemens áccipe:

Qui pergis inter lília
Septus choréis Vírginum,
Sponsus decórus glória
Sponsísque reddens prǽmia.

Quocúmque tendis, Vírgines
Sequúntur, atque láudibus
Post te canéntes cúrsitant,
Hymnósque dulces pérsonant;

Te deprecámur súpplices,
Nostris ut addas sénsibus
Nescíre prorsus ómnia
Corruptiónis vúlnera.

* Virtus, honor, laus, glória
Deo Patri cum Fílio,
Sancto simul Paráclito,
In sæculórum sǽcula.
Amen.

Sainte Cécile - Guido ReniÔ Jésus, couronne des vierges,
Vous qu’une vierge a enfanté
Tout en gardant sa pureté,
Recevez nos vœux et nos cierges.

Époux triomphant et glorieux,
Vous marchez au milieu des lys
Et Vous ravissez de délices
Les chœurs des vierges dans les Cieux.

Les vierges en tous lieux Vous suivent,
Et voici que tout en marchant,
Elles Vous entourent de chants
D’une voix douce autant que vive.

Devant Vous nous joignons les mains
Et nos âmes Vous en conjurent :
Ne souffrez point qu’une souillure
Nous frappe aujourd’hui ni demain.

Gloire à Vous, Seigneur éternel,
Ô Père, ô Fils, ô Saint-Esprit !
Que tout homme ici-bas Vous prie
Et tout élu Vous loue au Ciel.

 

Sacré-Cœur de Jésus - CC The Photographer

Vingt-deuxième dimanche après la Pentecôte – Alléluia


Allelúia, allelúia. V/.Ps. 113, 11.
Qui timent Dóminum sperent in eo : adiútor et protéctor eórum est. Allelúia.

Sacré-Cœur de Jésus - CC The Photographer
Sacré-Cœur de Jésus – CC The Photographer

Qui craint le Seigneur,
Qu’il espère en Lui !
Ô toi qui le suis,
C’est ton Protecteur.