Tu es Petrus - CC SteO153

Saint Marcel Ier – Évangile (Messe Si diligis)


 

+ Sequéntia sancti Evangélii secúndum Matthǽum.
Matth. 16, 13-19.
In illo témpore : Venit Iesus in partes Cæsaréæ Philíppi, et interrogábat discípulos suos, dicens : Quem dicunt hómines esse Fílium hóminis ? At illi dixérunt : Alii Ioánnem Baptístam, alii autem Elíam, alii vero Ieremíam aut unum ex prophétis. Dicit illis Iesus : Vos autem quem me esse dícitis ? Respóndens Simon Petrus, dixit : Tu es Christus, Fílius Dei vivi. Respóndens autem Iesus, dixit ei : Beátus es, Simon Bar Iona : quia caro et sanguis non revelávit tibi, sed Pater meus, qui in cælis est. Et ego dico tibi, quia tu es Petrus, et super hanc petram ædificábo Ecclésiam meam, et portæ ínferi non prævalébunt advérsus eam. Et tibi dabo claves regni cælórum. Et quodcúmque ligáveris super terram, erit ligátum et in cælis : et quodcúmque sólveris super terram, erit solútum et in cælis.

Tu es Petrus - CC SteO153
Tu es Petrus – CC SteO153

« Qui, d’après la rumeur, serait le Fils de l’homme ?
D’après la renommée, comme est-ce qu’il se nomme ? »
Ainsi parlait le Christ aux siens.
« Pour les uns, c’est Élie », lui dit l’un des apôtres.
« Jérémie – Jean-Baptiste, à ce que disent d’autres.
– L’un des prophètes qui revient. »

– Mais pour vous, dit le Christ, qui suivez Mes vestiges ;
Pour vous qui M’entendez et Me voyez, qui suis-Je ? »
Or Simon se jette en avant,
Et répond sans attendre avec force et chaleur :
« C’est Toi, c’est vraiment Toi, le Christ, l’Oint du Seigneur,
L’unique Fils du Dieu vivant.

– Heureux es-tu, Simon ! Ni le sang, ni la chair
Ne t’ont soufflé ces mots ; ils viennent de Mon Père,
Ils te viennent du Roy des Cieux.
Quant à Moi, Je te dis : désormais tu es Pierre,
Et J’élève sur toi l’Église que l’enfer
Ne touchera qu’avec ses yeux.

Tu recevras bientôt de Ma main éternelle
La clef d’or et de sang de la porte du Ciel.
Tu deviendras Mon lieutenant.
Tu devras édicter des lois selon Mon Cœur
Qui vaudront ici-bas comme dans les Hauteurs,
Pouvoir sublime et rayonnant. »

Publicités
Saint Télesphore

Saint Télesphore – Épître (Messe Si diligis)


Léctio Epístolæ beáti Petri Apóstoli.
l. Petri 5, 1-4 et 10-11.
Caríssimi : Senióres, qui in vobis sunt, obsécro consénior et testis Christi passiónum, qui et eius, quæ in futúro revelánda est, glóriæ communicátor : páscite qui in vobis est gregem Dei, providéntes non coácte, sed spontánee secúndum Deum, neque turpis lucri grátia, sed voluntárie ; neque ut dominántes in cleris, sed forma facti gregis ex ánimo. Et, cum appáruerit princeps pastórum, percipiétis immarcescíbilem glóriæ corónam. Deus autem omnis grátiæ, qui vocávit nos in ætérnam suam glóriam in Christo Iesu, módicum passos ipse perfíciet, confirmábit solidabítque. Ipsi glória et impérium in sǽcula sæculórum. Amen.

 

Saint Télesphore
Saint Télesphore

Je vous écris, chrétiens, que j’aime tendrement,
Et j’écris pour vous, chefs, particulièrement,
Vous à qui le Seigneur remit tant de pouvoir
Pour éclairer Son peuple en ces siècles si noirs.
Gouvernez sans orgueil et dans l’esprit de Dieu,
Sans regeindre à la tâche et sans être ambitieux,
Sans chercher les faveurs, les biens ou le prestige,
Mais soyez l’instrument de Celui qui dirige.
Ne faites point peser sur vos fils votre main,
Mais que votre existence montre à tous un chemin
Qui monte au Ciel. Alors, lorsqu’au tout dernier jour,
Le seul Pasteur sera parmi nous de retour,
Après un peu de temps d’épreuve et d’affliction,
Vous serez couronnés de Ses bénédictions.
Vous recevrez alors, et moi aussi, la gloire
Qui dure tout le jour qui n’a jamais de soir.

Le Monogramme de Jésus (dans l'église Gesu, à Rome)

Dimanche dans l’Octave de Noël – Alléluia


Allelúia, allelúia. V/.Ps. 92, 1. Dóminus regnávit, decórem índuit : índuit Dóminus fortitúdinem, et præcínxit se virtúte. Allelúia.

Le Monogramme de Jésus (dans l'église Gesu, à Rome)
Le Monogramme de Jésus (dans l’église Gesu, à Rome)

On Le revêt de pourpre au son clair des buccins,
Le Pont du précipice !
Le Triple Rayon d’or rend fermes Ses pieds saints
Et Ses voûtes libératrices.

La lapidation de saint Étienne

Saint Étienne, protomartyr – Collecte


Oratio.
Da nobis, quǽsumus, Dómine, imitári quod cólimus : ut discámus et inimícos dilígere ; quia eius natalícia celebrámus, qui novit étiam pro persecutóribus exoráre Dóminum nostrum Iesum Christum, Fílium tuum : Qui tecum vivit.

La lapidation de saint Étienne
La lapidation de saint Étienne

Haïrai-je mon ennemi
Quand le glaive ardent du Seigneur
Que nous célébrons en cette heure
Brisé sous les coups à demi
Vers les loups qui jetaient les pierres
Sur sa tête ne voulut point
Pour se venger brandir le poing
Mais tendit ses mains en prière.

Nativité - Sarcophage des Saints Innocents (ou de St Maximin) - CC Rvalette

Vendredi des Quatre-Temps de l’Avent – Communion


Ant. ad Communionem. Zach. 14, 5–0.
Ecce, Dóminus véniet et omnes Sancti eius cum eo : et erit in die illa lux magna.

Nativité - Sarcophage des Saints Innocents (ou de St Maximin) - CC Rvalette
Nativité – Sarcophage des Saints Innocents (ou de St Maximin) – CC Rvalette

Le Triple Rayon d’or entouré des degrés
Descendra des hauteurs ;
De quel éclat brillant, fils d’Adam, vous serez
Éblouis à cette heure !

Sacré-Cœur de Jésus - CC The Photographer

Mercredi des Quatre-Temps d’Avent – Collecte II


Oratio.
Festína, quǽsumus, Dómine, ne tardáveris, et auxílium nobis supérnæ virtútis impénde : ut advéntus tui consolatiónibus sublevéntur, qui in tua pietáte confídunt : Qui vivis et regnas.

Sacré-Cœur de Jésus - CC The Photographer
Sacré-Cœur de Jésus – CC The Photographer

Descendez vite, ô Rayon d’or,
En brandissant le sceptre fort
Remis en Vos mains par le Roy,
Qui soulage ou jette l’effroi.
Descendez de la Citadelle :
L’homme qui goûte Votre miel
Tend les mains vers Vous dans la nuit
Et Vous demande Votre appui.

La Main de Dieu - Fresque du douzième siècle

Samedi de la première semaine de l’Avent – Collecte


Oratio.
Excita, quǽsumus, Dómine, poténtiam tuam, et veni : ut ab imminéntibus peccatórum nostrórum perículis, te mereámur protegénte éripi, te liberánte salvári : Qui vivis et regnas.

La Main de Dieu - Fresque du douzième siècle
La Main de Dieu – Fresque du douzième siècle

Triple Rai d’or, venez en brandissant
Votre grand sceptre éclaboussé de sang.
Perdant la vie par nos mille blessures,
Presque enfermés dans les cachots obscurs,
Nous élevons vers Vous nos pauvres mains
Libérez-nous, venez à nous demain !

  • Triple Rai d’or : Dieu
  • sceptre : pouvoir
  • blessures : le péché vu dans ses conséquences
  • cachot : enfer
  • élever les mains : prier
Basilique Saint-Paul-hors-les-Murs - CC Tango7174

Dédicace des Basiliques Saint-Pierre et Saint-Paul – Secrète


Secreta.
Annue, quǽsumus, Dómine, précibus nostris : ut, dum hæc vota præséntia réddimus, ad ætérna prǽmia, te adiuvánte, perveníre mereámur. Per Dóminum.

Basilique Saint-Paul-hors-les-Murs - CC Tango7174
Basilique Saint-Paul-hors-les-Murs – CC Tango7174

Nos mains jointes, ô Triple Rais,
Tenez-les serrées dans les Vôtres,
Car en l’honneur de Vos apôtres,
Le sacrifice est déjà prêt.
Lorsque nous serons nus, au soir,
Faites s’envoler du piémont
Nos habits jusque sur le Mont
Où Vous êtes l’eau douce à boire.

  • Triple Rais : Dieu
  • prendre les mains jointes dans les Siennes : agréer les prières
  • soir : mort
  • habit : âme
  • piémont : ici-bas, la terre
  • Mont : Paradis (vu d’en bas)
  • eau (dans le Paradis) : récompense des élus
Saint Albert le Grand - Vincenzo Onofri - CC seilko

Saint Albert le Grand – Postcommunion


Postcommunio
Per hæc sancta quæ súmpsimus, ab hóstium nos, Dómine, impugnatióne defénde : et intercedénte beáto Albérto Confessóre tuo atque Pontífice, perpétua pace respiráre concéde ; Per Dóminum.

Saint Albert le Grand - Vincenzo Onofri - CC seilko
Saint Albert le Grand – Vincenzo Onofri – CC seilko

Rayon d’or, que l’Agneau que nous avons reçu
Des méfaits du serpent à jamais nous défende.
Albert, degré qui mène à la Montagne grande,
Demandez que le soir nous découvre dessus.

  • Rayon d’or : Dieu
  • Agneau : Eucharistie
  • serpent : diable
  • degré : saint intercesseur
  • Montagne : Paradis, vu de la terre
  • soir : mort
Saint Martin partageant son manteau avec un mendiant - CC Yelkrokoyade

Saint Martin – Collecte


Oratio.
Deus, qui cónspicis, quia ex nulla nostra virtúte subsístimus : concéde propítius ; ut, intercessióne beáti Martíni Confessóris tui atque Pontíficis, contra ómnia advérsa muniámur. Per Dóminum nostrum.

Saint Martin partageant son manteau avec un mendiant - CC Yelkrokoyade
Saint Martin partageant son manteau avec un mendiant – CC Yelkrokoyade

Nous n’avons point le sceptre, ô Triple Rayon d’or,
Et ne pouvons lutter seuls devant le serpent.
Martin, ô marche, ô mitre, infatigable cor,
Priez ! À votre voix, la rosée se répand.

Le petit quatrain que vous venez de lire est écrit dans un style entièrement nouveau pour ce blogue, style que je qualifierais par dérision d’hermétisme lisible. Pour l’hermétisme, je pense que vous aurez compris ; pour la lisibilité, voici une liste d’équivalences. Si je poursuis l’expérience, je publierai une page qui leur sera consacrée.

  • sceptre : force, pouvoir
  • Triple Rayon d’or : Dieu
  • Serpent : satan
  • marche :  saint intercesseur
  • mitre : évêque
  • cor : confesseur
  • rosée : grâce

 

Flagellation des Quatre Saints Couronnés - Niccolo di Pietro Gerini - CC Sailko

Les Quatre Saints Couronnés – Alléluia


Allelúia, allelúia. V/. Eccli. 44, 14. Córpora Sanctórum in pace sepúlta sunt, et nómina eórum vivent in generatiónem et generatiónem. Allelúia.

Flagellation des Quatre Saints Couronnés - Niccolo di Pietro Gerini - CC Sailko
Flagellation des Quatre Saints Couronnés – Niccolo di Pietro Gerini – CC Sailko

Les corps des saints martyrs, brisés par les souffrances,
Reposent dans la paix.
L’Esprit qui les drapait
Les a mis dans les Cieux où, plein de déférence,
L’ange leur rend sans fin des honneurs mérités
Par une mort fidèle.
Les noms de ces modèles
Ne passeront jamais : ils ont l’éternité.

Saint Jean de la Croix

Vingt-deuxième dimanche après la Pentecôte – Offertoire


Ant. ad Offertorium. Esth. 14, 12 et 13.
Recordáre mei, Dómine, omni potentátui dóminans : et da sermónem rectum in os meum, ut pláceant verba mea in conspéctu príncipis.

Saint Jean de la Croix
Saint Jean de la Croix

Ô Seigneur qui tenez le sceptre du pouvoir,
Devant qui tout s’incline, enfer ou terre ou Cieux,
Souvenez-Vous de moi, qui remis mon espoir
Entre Vos mains, mon Dieu.

Je ne veux plus chanter des vers vains et frivoles
Qui réjouissent le cœur des hommes qui mourront ;
Dans ma bouche, versez Vous-même les paroles
Qui toujours Vous plairont.

Le Purgatoire - Très Riches Heures du Duc de Berry

Défunts – Trait (Troisième messe)


Tractus.
Absólve, Dómine, ánimas ómnium fidelium defunctórum ab omni vínculo delictórum.
V/. Et grátia tua illis succurrénte mereántur evádere iudícium ultiónis.
V/. Et lucis ætérnæ beatitúdine pérfrui.

Le Purgatoire - Très Riches Heures du Duc de Berry
Le Purgatoire – Très Riches Heures du Duc de Berry

Déchirez les liens qui retiennent
L’âme du fidèle attaché
Au roc ténébreux du péché,
À l’arbre tordu de la haine.

Ô Juge terrible des Cieux,
Épargnez-leur Votre vengeance ;
Donnez-leur un mérite immense,
Ô Père bon, doux et gracieux.

Seigneur, si Vos portes se ferment,
Accueillez dans l’éternité
Et l’infinie félicité
Tous ceux qui sont demeurés fermes.

Les Saints du Ciel - Bienheureux Fra Angelico

Toussaint – Graduel


Graduale. Ps. 33, 10 et 11.
Timéte Dóminum, omnes Sancti eius : quóniam nihil deest timéntibus eum.
V/. Inquiréntes autem Dóminum, non defícient omni bono.

Les Saints du Ciel - Bienheureux Fra Angelico
Les Saints du Ciel – Bienheureux Fra Angelico

Que manque-t-il, Seigneur, à celui qui Vous craint ?
Il a plus qu’aucun roi n’aura sur cette terre ;
Vous lui donnez les biens qui jamais ne s’altèrent
Et les anges forment son train.

Chaque jour, cherche Dieu ; chante Dieu chaque jour ;
Chaque jour, Dieu t’octroie des bienfaits plus nombreux,
Et Dieu te comptera parmi les bienheureux
Qui peuplent l’éternelle cour.