Naissance de saint Etienne de Hongrie

Saint Étienne de Hongrie – Épître


Léctio libri Sapiéntiæ.
Eccli. 31, 8-11.
Beátus vir, qui invéntus est sine mácula, et qui post au-rum non ábiit, nec sperávit in pecúnia et thesáuris. Quis est hic, et laudábimus eum ? fecit enim mirabília in vita sua. Qui probátus est in illo, et perféctus est, erit illi glória ætérna : qui potuit tránsgredi, et non est transgréssus : fácere mala, et non fecit : ídeo stabilíta sunt bona illíus in Dómino, et eleemósynis illíus enarrábit omnis ecclésia sanctórum.

Naissance de saint Etienne de Hongrie
Naissance de saint Etienne de Hongrie

Ô vous que le Seigneur a trouvé sans péché,
Vous que Dieu n’a point vu se gaver de richesses,
Que Dieu n’a point trouvé le visage penché
Devant l’or et l’argent qui tous deux disparaissent,
De vous nous pouvons dire : « Ah, cet homme est heureux ! »
Quel est son nom ? Cet homme a droit à nos louanges.
Il a suivi sans faille un chemin valeureux,
Et reçu le trophée de la main des saints anges.
Quel est le nom de l’homme éprouvé par son Roy
Et par Lui trouvé saint, sans tache et sans souillure ?
Il pouvait jeter bas le cadeau de la croix,
Piétiner son fardeau ; mais il est resté pur.
Admirez donc celui qui souffrit et pourtant
Demeura jusqu’au soir ferme autant que fidèle :
Son Seigneur le fait roi d’un royaume hors du temps
Et devant tous le vêt d’une gloire éternelle.

Publicités
Saint Louis de Gonzague - Goya

Épître – Saint Louis de Gonzague


Léctio libri Sapiéntiæ.
Eccli. 31, 8-11.
Beátus vir, qui invéntus est sine mácula, et qui post aurum non ábiit, nec sperávit in pecúnia et thesáuris. Quis est hic, et laudábimus eum ? fecit enim mirabília in vita sua. Qui probátus est in illo, et perféctus est, erit illi glória ætérna : qui potuit tránsgredi, et non est transgréssus : fácere mala, et non fecit : ídeo stabilíta sunt bona illíus in Dómino, et eleemósynis illíus enarrábit omnis ecclésia sanctórum.

Saint Louis de Gonzague - Goya
Saint Louis de Gonzague – Goya

Heureux l’homme qui monte aux Cieux
Et se présente devant Dieu
Avec un habit sans souillures ;
Heureux qui détourna les yeux
Des trésors qui sont si précieux
Pour corrompre les âmes pures.

Dites-nous qui a mérité
D’entrer dans la félicité
Dont votre cœur est plein, saints anges !
Si sur terre il a tout quitté,
C’est du Ciel qu’il a hérité,
Et nous lui ferons nos louanges !

Il put trahir la sainte loi,
Il put faire de l’or son roi
Et de son cœur un criminel ;
Mais il a conservé la foi,
Il a porté sa lourde croix
Et reçu la gloire éternelle.

La Pentecôte

Samedi des Quatre-Temps de Pentecôte – Postcommunion


Postcommunio.
Prǽbeant nobis, Dómine, divínum tua sancta fervórem : quo eórum páriter et actu delectémur et fructu. Per Dóminum.

La Pentecôte
La Pentecôte

Prosterne-toi mon cœur, jette ton front par terre
Et redis la grandeur des célestes mystères.
Rappelle-toi le jeûne avec les privations,
Rappelle-toi la mort et la résurrection,
Rappelle-toi Jésus qui monte avec Son corps
Et l’Esprit qui descend comme des langues d’or.
Ô mystère sacré qui prend fin aujourd’hui
Mais dont l’éternité goûte à jamais le fruit !
Accordez, ô Seigneur, à nos âmes boiteuses
De garder en présent ces heures bienheureuses.

Annonciation - Façade de la cathédrale d'Orvieto - CC LPLT

Annonciation – Trait


Tractus. Ps 44:11 et 12.
Audi, fília, et vide, et inclína aurem tuam: quia concupívit Rex speciem tuam.
Ps 44:13 et 10.
Vultum tuum deprecabúntur omnes dívites plebis: fíliæ regum in honóre tuo.
Ps 44:15-16.
Adducántur Regi Vírgines post eam: próximæ eius afferéntur tibi.
V. Adducántur in lætítia et exsultatióne: adducántur in templum Regis.

Annonciation - Façade de la cathédrale d'Orvieto - CC LPLT
Annonciation – Façade de la cathédrale d’Orvieto – CC LPLT

Entends, ma fille, entends la clameur du héraut,
Et donne libre cours à la joie dans ton cœur,
Car tu n’en auras jamais trop,
Puisque approche de toi dans toute Sa splendeur
Notre adorable et divin Roy !
Ta beauté sans égale a ravi ton Seigneur :
Donne à ton tendre esprit libre cours à sa joie !

Vois donc dans l’avenir combien d’hommes se pressent,
S’inclinent à tes pieds et te prient humblement !
Toute la cour et la noblesse
Vient chercher ta faveur comme ton agrément,
Et les plus puissants te demandent
De prier ton Époux d’être pour eux clément
Et font pour te fléchir mille dons, mille offrandes !

Tes compagnes seront après toi présentées
Au Seigneur de ton âme et de tout l’univers
Dans l’infinie félicité.
Le temple fleurira de blanches primevères,
Et puis de chrysanthèmes blancs,
Lorsque les vantaux d’or seront soudain ouverts
Et qu’elles entreront, timides, à pas lents.

Saint Mathias - Simone Martini

Saint Mathias – Trait


Tractus. Ps 20:3-4.
Desidérium ánimæ eius tribuísti ei: et voluntáte labiórum eius non fraudásti eum.
V. Quóniam prævenísti eum in benedictiónibus dulcédinis.
V. Posuísti in cápite eius corónam de lápide pretióso.

Saint Mathias - Simone Martini
Saint Mathias – Simone Martini

Il voulait, dans sa poitrine,
Recueillir tout l’or des Cieux,
Les trésors les plus précieux
Et les richesses divines.

Parmi les hommes mauvais
Qui grouillent sur notre sol,
Dieu Se plut à ses paroles,
Et vit comme il Le servait.

La voix qui passait sa lèvre
N’avait pas un faux accent,
Séducteur et caressant,
Mais venait droit de sa plèvre.

Son effort ne fut pas vain :
Au contraire, qu’on y pense !
Quelle grande récompense
Il reçut du Roy divin !

Pour sa vie si sainte et pieuse,
Dieu, sur sa tête bénie,
Mit un diadème garni
De mille pierres précieuses.

Martyre des saints Marius, Marthe, Audifax et Abacus - Corrado Giaquinto

Saints Marius, Marthe, Audifax et Abachus – Collecte


Oratio
Exáudi, Dómine, pópulum tuum cum Sanctórum tuórum patrocínio supplicántem : ut et temporális vitæ nos tríbuas pace gaudére ; et ætérnæ reperíre subsídium. Per Dóminum.

Martyre des saints Marius, Marthe, Audifax et Abacus - Corrado Giaquinto
Martyre des saints Marius, Marthe, Audifax et Abacus – Corrado Giaquinto

Je me présente au Roy près de mes protecteurs
Qui vivent à Sa cour et dans Son amitié ;
Nous posons tous les cinq les genoux à Ses pieds
Et nous Le supplions, les joues baignées de pleurs.

« Écoutez notre voix, ô Maître, s’il Vous plaît !
Donnez à Vos sujets qui vivent au-dehors
De grands habits de soie brodés d’argent et d’or,
Et faites-les un jour entrer dans Vos palais. »

Sainte Prisque

Sainte Prisque – Graduel (Messe Me expectaverunt)


Graduale. Ps. 45, 6 et 5.
Adiuvábit eam Deus vultu suo : Deus in médio eius, non commovébitur.
V/. Flúminis ímpetus lætíficat civitátem Dei : sanctificávit tabernáculum suum Altíssimus.

Sainte Prisque
Sainte Prisque

Le Seigneur descendra sur cette vierge pure
Et la protégera sous Sa noble figure.
C’est un trône d’or et d’argent
Que ce cœur sage et diligent !
Dieu prend la place, et dresse un mur
Contre la vaine force obscure
Qui veut la prendre en l’assiégeant.

Heureux, heureux le cœur que le Roy du Ciel aime,
Heureuse âme dont Dieu fait Sa Jérusalem !
Le Seigneur y fait couler l’eau
De ses grâces en mille flots,
Le lit du fleuve est plein de gemmes
Et des milliers de fleurs parsèment
Jusqu’aux murs tièdes des enclos.

Isaïe - Psautier de Paris

Épiphanie du Seigneur – Graduel


Graduale. Ibid., 6 et 1.
Omnes de Saba vénient, aurum et thus deferéntes, et laudem Dómino annuntiántes.
V/. Surge et illumináre, Ierúsalem : quia glória Dómini super te orta est.

Isaïe - Psautier de Paris
Isaïe – Psautier de Paris

Tous les princes de Saba viennent, s’inclinent, adorent :
Ils offrent à Dieu l’encens, ils offrent au Roy de l’or,
Et louent sans cesse le Roy-Dieu.

Lève-toi, Jérusalem, et revêts-toi de lumière,
Car le soleil du Seigneur fait briller toutes tes pierres
Et te rend semblable aux Cieux.

Sainte Anastasie

Sainte Anastasie – Collecte


Oratio.
Da, quǽsumus, omnípotens Deus : ut, qui beátæ Anastásiæ Mártyris tuæ sollémnia cólimus ; eius apud te patrocínia sentiámus. Per Dóminum.

saint_anastasia
Sainte Anastasie

Voici que dans la nuit percent des rayons d’or,
Et que l’homme s’exclame : « Enfin, voici l’aurore ! »
La noire voûte qui formait une prison
Dans un grand éclat blanc se fend à l’horizon.
Le Ciel se teint d’abord d’une couleur sanglante :
Voici que vient à nous, sereine, heureuse et lente,
La martyre honorée que le Père a choisie
Pour précéder Son Fils, la sainte Anastasie.
C’est elle qui, de Dieu, reçut le privilège
D’être en ce jour de fête en tête du cortège.
Couronnée de rubis et de rouge vêtue,
Portant le grand bouquet de ses mille vertus,
Elle avance vers nous, et par degrés s’efface
Devant le Roy à qui elle cède la place.
Donnez, sainte martyre aux hommes méconnue,
Aux hommes qui vous prient un secours continu.

Le martyre de saint Chrysanthe et de sainte Darie

Saint Chrysanthe et sainte Darie – Communion (Sonnet)


Ant. ad Communionem. Sap. 3, 4, 5 et 6.
Et si coram homínibus torménta passi sunt, Deus tentávit eos : tamquam aurum in fornáce probávit eos, et quasi holocáusta accépit eos.

Le martyre de saint Chrysanthe et de sainte Darie
Le martyre de saint Chrysanthe et de sainte Darie

Ils ont souffert
Mille tourments :
Le feu, le fer,
Terriblement !

À Dieu le Père
Dans ces moments
Ils ont su plaire
Splendidement.

Dans cette mort,
Ils miment l’or
Qu’on purifie ;

Et leur modèle
Est l’humble agnel
Qu’on sacrifie.

Tobie et l'archange saint Raphaël - Pieter Lastman

Saint Raphaël – Graduel (Rondeau)


Graduale. Tob. 8, 3.
Angelus Dómini Raphaël apprehéndit et ligávit dǽmonem.
V/. Ps. 146, 5. Magnus Dóminus noster, et magna virtus eius.

Notre-Seigneur est le plus fort,
Et fait périr jusqu’à la mort ;
L’ange Lui dit : « Ô Tout-Puissant,
Vous seul avez droit à l’encens,
Vous seul êtes digne de l’or. »

De la géhenne, satan sort ;
L’homme à sa porte, il le dévore,
Et rugit tout en offensant
Notre-Seigneur.

Le Ciel, pourtant ne veut pas clore
Sa porte à qui fait des efforts ;
Des Cieux le saint ange descend,
Saisit le désobéissant ;
Il le ligote, puis adore
Notre-Seigneur.

Reliquaire de saint Jean Eudes

Saint Jean Eudes – Alléluia (Messe Os justi)


Allelúia, allelúia. V/. Iac. 1, 12. Beátus vir, qui suffert tentatiónem : quóniam, cum probátus fúerit, accípiet corónam vitæ. Allelúia.

Reliquaire de saint Jean Eudes
Reliquaire de saint Jean Eudes

Heureux l’homme éprouvé durant sa vie terrestre
Et que mille afflictions font gémir patiemment !
Heureux qui, sans se plaindre, a souffert les séquestres,
La mort de ses amis, la guerre ou les tourments !

Comme un lingot impur qu’on met dans la fournaise
Afin d’en retirer les plus petits défauts,
Le juste est séparé de ses parties mauvaises
Pour être, au soir, conduit aux festins triomphaux.

Là, devant l’assemblée des habitants du Ciel,
Le juste, agenouillé sur le sacré perron,
Des mains de son Seigneur auquel il fut fidèle
Recevra de la vie l’anneau d’or sur son front.

Saint Henri

Saint Henri – Épître (messe Os justi)


Léctio libri Sapiéntiæ.
Eccli. 31, 8-11.
Beátus vir, qui invéntus est sine mácula, et qui post aurum non ábiit, nec sperávit in pecúnia et thesáuris. Quis est hic, et laudábimus eum ? fecit enim mirabília in vita sua. Qui probátus est in illo, et perféctus est, erit illi glória ætérna : qui potuit tránsgredi, et non est transgréssus : fácere mala, et non fecit : ídeo stabilíta sunt bona illíus in Dómino, et eleemósynis illíus enarrábit omnis ecclésia sanctórum.

Saint Henri
Saint Henri

Heureux l’homme au cœur pur qui n’a point cherché l’or
Et qui n’en a point fait son idole et son dieu ;
Heureux qui méprisa l’argent et les trésors
Et n’en fit point la douceur de ses yeux.

Ah, dites-nous son nom ! Mais n’est-ce pas un ange ?
Car les hauts faits qui jalonnent sa vie
Méritent nos vivats autant que nos louanges,
Et son chemin vaut bien d’être suivi.

Pour lui, ce fut dans l’or que se cacha le diable,
Et toujours dans l’argent que fut la tentation ;
Mais il n’est pas tombé, et cet homme admirable
Était au soir brillant de perfection.

Les crimes les plus grands étaient en son pouvoir ;
Il pouvait sans péril piétiner toute loi ;
Mais il n’a point failli ; une éternelle gloire
Lui fut donnée pour ses nombreux exploits.

Oh, que de riches biens lui donna le Seigneur !
Mais au sommet du Ciel il en a de plus grands.
Ô prêtre, ô sainte Église, ô fidèles, ô chœurs,
Rendons-lui donc honneur en consacrant !

Le Baptême de Notre-Seigneur - Dominique Antoine Magaud - CC Rvalette

Commémoraison du Baptême de Notre-Seigneur Jésus-Christ – Communion


Ant. ad Communionem. Matth. 2, 2.
Vídimus stellam eius in Oriénte, et vénimus cum munéribus adoráre Dóminum.

Des pays inconnus où le soleil se lève,
Nous avons, dans le ciel, vu l’étoile de l’Oint ;
Notre émerveillement ne venait pas d’un rêve :
Tous trois, mages puissants, en fûmes les témoins,
Et nous l’avons suivie, qui nous menait au loin.

Car nous sommes venus, chargés de beaux trésors,
D’admirables cadeaux et de présents précieux :
A Dieu, voici l’encens ; au Roy, nous offrons l’or ;
La myrrhe au Crucifié qui nous ouvre les Cieux
– Mais, plus que tout, voici nos cœurs, ô Fils de Dieu !

Image : Baptême de Notre-Seigneur Jésus-Christ, par Dominique Antoine Magaud (CC Rvalette)