La Main de Dieu - Fresque du douzième siècle

Premier dimanche de Carême – Introït


Ant. ad Introitum. Ps. 90, 15 et 16.
Invocábit me, et ego exáudiam eum : erípiam eum, et glorificábo eum : longitúdine diérum adimplébo eum.
Ps. ibid., 1.
Qui hábitat in adiutório Altíssimi, in protectióne Dei cæli commorábitur.
V/.Glória Patri.

La Main de Dieu - Fresque du douzième siècle
La Main de Dieu – Fresque du douzième siècle

Au milieu du combat, Mon Nom se fait entendre :
C’est sa voix qui M’appelle ; et Moi, je vais descendre,
Je vais le délivrer de son vieil ennemi,
L’écraser à ses pieds, le lui rendre soumis ;
Je le couronnerai d’une gloire éternelle gloire
Et ferai de sa vie un jour privé de soir.

Non, il ne sera pas déçu
L’homme qui se confie et croit
En Celui qui règne au dessus
Des plus puissants de tous les rois.

 

La Main de Dieu - Fresque du douzième siècle

Introït – Septuagésime


Ant. ad Introitum. Ps. 17, 5, 6 et 7.
Circumdedérunt me gémitus mortis, dolóres inférni circumdedérunt me : et in tribulatióne mea invocávi Dóminum, et exaudívit de templo sancto suo vocem meam.
Ps. ibd., 2-3.
Díligam te, Dómine, fortitúdo mea : Dóminus firmaméntum meum, et refúgium meum, et liberátor meus.
V/.Glória Patri.

La Main de Dieu - Fresque du douzième siècle
La Main de Dieu – Fresque du douzième siècle

La mort, telle un loup, rôde et gémit près de moi,
Telle un loup qui de faim fait entendre sa voix.
Les douleurs de l’enfer comme un dragon m’entourent,
Un dragon qui vomit six flammes de six fours.
À droite ? nul espoir ; à gauche ? c’est la nuit.
Mon œil se lève et voit une étoile qui luit :
« Ne me laissez pas choir, ô Seigneur, dans la fosse ! »
Et du Temple des Cieux la main de Dieu m’exauce.

Dans cette nuit,
Tout mon amour
Ira toujours
À mon appui,
Mon protecteur
Et mon sauveur.

 

La Main de Dieu - Fresque du douzième siècle

Quatrième dimanche après Pâques – Alléluia


Allelúia, allelúia. V/. Ps. 117, 16. Déxtera Dómini fecit virtútem : déxtera Dómini exaltávit me.
Allelúia. V/. Rom. 6, 9. Christus resúrgens ex mórtuis iam non móritur : mors illi ultra non dominábitur. Allelúia.

La Main de Dieu - Fresque du douzième siècle
La Main de Dieu – Fresque du douzième siècle

La droite du Seigneur a montré Sa puissance,
Ô douce joie !
Et la main du Seigneur des prodiges immenses :
Louons le Roy.

Il a tiré mon cœur des profondeurs du lac,
Sublime exploit !
Il a sauvé ma vie dans plus de mille attaques :
Ah, réjouis-toi !

L’Oint revenu des morts ne pourra plus mourir,
Mais sous Sa loi
Le trépas dépouillé de son funeste empire
Désormais ploie.

 

La Main de Dieu - Fresque du douzième siècle

Jeudi de la troisième semaine de Carême – Offertoire


Ant. ad Offertorium. Ps. 137, 7.
Si ambulávero in médio tribulatiónis, vivificábis me, Dómine : et super iram inimicórum meorum exténdes manum tuam, et salvum me fáciet déxtera tua.

La Main de Dieu - Fresque du douzième siècle
La Main de Dieu – Fresque du douzième siècle

Je marcherai dans la souffrance
Car, j’en ai la ferme espérance,
Seigneur, Vous me rendrez la vie.

Mes ennemis pleins de fureur
M’attaquent ! Voici que je meurs,
Mon âme leur est asservie !

Étendez Votre main puissante :
À leurs crocs crissant d’épouvante,
Ô Seigneur, Vous m’aurez ravi !

La Main de Dieu - Fresque du douzième siècle

Samedi de la première semaine de l’Avent – Collecte


Oratio.
Excita, quǽsumus, Dómine, poténtiam tuam, et veni : ut ab imminéntibus peccatórum nostrórum perículis, te mereámur protegénte éripi, te liberánte salvári : Qui vivis et regnas.

La Main de Dieu - Fresque du douzième siècle
La Main de Dieu – Fresque du douzième siècle

Triple Rai d’or, venez en brandissant
Votre grand sceptre éclaboussé de sang.
Perdant la vie par nos mille blessures,
Presque enfermés dans les cachots obscurs,
Nous élevons vers Vous nos pauvres mains
Libérez-nous, venez à nous demain !

  • Triple Rai d’or : Dieu
  • sceptre : pouvoir
  • blessures : le péché vu dans ses conséquences
  • cachot : enfer
  • élever les mains : prier
Saint Jean de la Croix

Vingt-deuxième dimanche après la Pentecôte – Offertoire


Ant. ad Offertorium. Esth. 14, 12 et 13.
Recordáre mei, Dómine, omni potentátui dóminans : et da sermónem rectum in os meum, ut pláceant verba mea in conspéctu príncipis.

Saint Jean de la Croix
Saint Jean de la Croix

Ô Seigneur qui tenez le sceptre du pouvoir,
Devant qui tout s’incline, enfer ou terre ou Cieux,
Souvenez-Vous de moi, qui remis mon espoir
Entre Vos mains, mon Dieu.

Je ne veux plus chanter des vers vains et frivoles
Qui réjouissent le cœur des hommes qui mourront ;
Dans ma bouche, versez Vous-même les paroles
Qui toujours Vous plairont.

Le Baptême de Notre-Seigneur - Dominique Antoine Magaud - CC Rvalette

Commémoraison du Baptême de Notre-Seigneur Jésus-Christ (Introït)


Ant. ad Introitum. Malach. 3, 1 ; 1 Par. 29, 12.
Ecce, advénit dominátor Dóminus : et regnum in manu eius et potéstas et impérium.
Ps. 71, 1.
Deus, iudícium tuum Regi da : et iustítiam tuam Fílio Regis.
V/.Glória Patri.

Le Baptême de Notre-Seigneur - Dominique Antoine Magaud - CC Rvalette
Le Baptême de Notre-Seigneur – Dominique Antoine Magaud – CC Rvalette

Voici que vient le Maître et le puissant Seigneur,
Celui qui régit tout, la matière et les cœurs !
Donnez au Roy, mon Dieu, le pouvoir de juger !
Déposez, Tout-Puissant, l’empire dans Sa paume !
Il vient, il vient le temps, le temps de l’apogée,
Les temps qu’ont tant chantés le prophète et le psaume !

Statue de saint Charles Borromée

Saint Charles Borromée – Offertoire (Messe Statuit ei)


Ant. ad Offertorium. Ps. 88, 21-22.
Invéni David servum meum, oleo sancto meo unxi eum : manus enim mea auxiliábitur ei, et bráchium meum confortábit eum. (T.P. Allelúia.)

Statue de saint Charles Borromée
Statue de saint Charles Borromée

Mon choix s’est porté sur David
Car c’est sur son front qu’il M’a plu
De répandre l’huile lucide,
D’en faire Mon oint, Mon élu.

Mon invincible main toujours
Le soutiendra dans le besoin,
Et Mon bras portera secours
Aux cheveux brillants de Mon oint.

Saint Etienne - Johann von Schraudolph

Invention des reliques de saint Étienne – Alléluia (avant 1960)


Allelúia, allelúia. V/. Act. 7, 55. Vídeo cœlos apértos, et Iesum stantem a dextris virtútis Dei. Allelúia.

Saint Etienne - Johann von Schraudolph
Saint Etienne – Johann von Schraudolph

Le Ciel s’ouvre devant mes yeux
Et Jésus trône plein de gloire
À la droite du Seigneur Dieu
Dont la main tient tous les pouvoirs.

Saint Nazaire

Saints Nazaire, Celse, Victor et Innocent – Graduel


Graduale. Exodi 15,11.
Gloriósus Deus in Sanctis suis : mirábilis in maiestáte, fáciens prodígia.
V/. Ibid., 6. Déxtera tua, Dómine, glorificáta est in virtúte : déxtera manus tua confrégit inimícos.

Saint Nazaire
Saint Nazaire

J’ai vu combien mon Dieu
Dans Ses saints est glorieux.
En chacun d’eux éclate Sa splendeur :
Quand on les voit accomplir des prodiges,
On voit Sa main, Sa main qui les dirige
Et qui nous fait entrevoir Sa grandeur.

Que de gloire, ô mon Roy,
Que de force en Vos doigts !
Voici que vient notre antique adversaire,
Voici qu’il vient pour que l’homme l’encense ;
Mais il n’est rien devant Votre puissance,
Et Votre main rejette au loin sa serre.

Saint Paul et saint Pierre - Le Corrège

Octave des Saints Pierre et Paul – Communion (avant 1955)


Ant. ad Communionem. Sap. 3, 1, 2 et 3.
Iustórum ánimæ in manu Dei sunt, et non tanget illos torméntum malítiae : visi sunt óculis insipiéntium mori : illi autem sunt in pace.

Saint Paul et saint Pierre - Le Corrège
Saint Paul et saint Pierre – Le Corrège

L’âme du juste est dans la main de Dieu,
Entre Ses doigts et sous Ses divins yeux.
Que peut lui faire
L’esprit damné qui règne sur l’enfer,
Qui se croit fort, et qui n’est qu’orgueilleux ?

L’homme insensé croit que le juste est mort :
Ignorant l’âme, il ne voit que le corps.
Esprit épais !
Tu ne vois point que le juste est en paix
Et que plus rien ne peut lui faire tort.

La Main de Dieu - Fresque du douzième siècle

Septième dimanche après la Pentecôte – Communion


Ant. ad Communionem. Ps. 30, 3.
Inclína aurem tuam, accélera, ut erípias me.

La Main de Dieu - Fresque du douzième siècle
La Main de Dieu – Fresque du douzième siècle

Seigneur, du haut du Ciel, inclinez Votre oreille
Et daignez écouter ma plainte et mes sanglots !
Plus prompt que la marée, qu’un cheval au galop,
Plus rapide qu’un vent et plus vif qu’une abeille,
Hâtez-Vous, ô Dieu sans pareil !

Venez avec la tiare et le sceptre du Roy,
Venez avec le glaive et la main de justice,
Arrachez Votre enfant à l’ombre des abysses,
Et fracassez l’anneau d’acier cruel et froid
Qui le retient à la paroi.

Lorenzo Costa - Sainte Marguerite en prière

Jeudi de la troisième semaine de Carême – Graduel


Graduale. Ps. 144, 15-16.
Oculi ómnium in te sperant, Dómine : et tu das illis escam in témpore opportúno.
V/. Aperis tu manum tuam : et imples omne ánimal benedictióne.

Voyez, tous les yeux,
Remplis d’espérance,
Vers Vous, ô mon Dieu,
Dans les airs s’élancent.

Ô Seigneur aimant,
Votre main si bonne,
Au juste moment,
Nous aide et nous donne.

Votre main bénit
Nos âmes tremblantes
Et si démunies
Qui pourtant Vous chantent.

Le Saint Nom de Jésus

Mercredi de la troisième semaine de Carême – Offertoire


Ant. ad Offertorium. Ps. 108, 21.
Dómine, fac mecum misericórdiam tuam, propter nomen tuum : quia suávis est misericórdia tua.

Parmi Vos mille noms qui brillent dans les Cieux,
Nul ne m’est plus doux que l’Amour ;
Rien qu’à voir flamboyer ces cinq lettres, mon Dieu,
Mes péchés me pèsent moins lourds.

Traitez avec bonté mon malheureux esprit :
Que Votre douce main accorde
Que mon cœur criminel, mais contrit, soit guéri
Par Votre alme miséricorde.