Saint Jean de la Croix

Vingt-deuxième dimanche après la Pentecôte – Offertoire


Ant. ad Offertorium. Esth. 14, 12 et 13.
Recordáre mei, Dómine, omni potentátui dóminans : et da sermónem rectum in os meum, ut pláceant verba mea in conspéctu príncipis.

Saint Jean de la Croix
Saint Jean de la Croix

Ô Seigneur qui tenez le sceptre du pouvoir,
Devant qui tout s’incline, enfer ou terre ou Cieux,
Souvenez-Vous de moi, qui remis mon espoir
Entre Vos mains, mon Dieu.

Je ne veux plus chanter des vers vains et frivoles
Qui réjouissent le cœur des hommes qui mourront ;
Dans ma bouche, versez Vous-même les paroles
Qui toujours Vous plairont.

Publicités
L'Agneau de Dieu

Cinquième dimanche après la Pentecôte – Postcommunion


Ant. ad Offertorium. Ps. 15, 7 et 8.
Benedícam Dóminum, qui tríbuit mihi intelléctum : providébam Deum in conspéctu meo semper : quóniam a dextris est mihi, ne commóvear.

L'Agneau de Dieu
L’Agneau de Dieu

Que l’enfer a d’empire en nos âmes confuses
Et que son roi maudit a de roueries, de ruses !
Nous péchons si souvent que nous ne savons plus
Quels gestes et pensées, mon Dieu, Vous ont déplu.
Ô Dieu qui connaissez bien mieux que moi mon cœur,
Arrachez ces péchés qu’un dissimulateur
M’a fait un jour commettre, et m’a fait oublier :
Je ne me souviens pas, mais viens vous supplier.

Dieu le Père - Cima da Conegliano

Mercredi de la deuxième semaine de Carême – Graduel


Graduale. Ps. 27,9 et 1.
Salvum fac pópulum tuum, Dómine, et bénedic hereditáti tuæ.
V/. Ad te, Dómine, clamávi : Deus meus, ne síleas a me, et ero símilis descendéntibus in lacum.

Dieu le Père - Cima da Conegliano
Dieu le Père – Cima da Conegliano

Ô Seigneur et Père,
Daignez donner le Salut
À tous ceux qu’il Vous a plu
De faire les frères
De Votre Fils, de Votre Élu.

Entendez mon râle,
Ô divin Prince des Cieux !
Ne restez pas silencieux
Ou l’antre infernal
M’engloutit avaricieux !

Le Jugement dernier - Monastère de Voronet - CC Alejo2083

Vingt-quatrième dimanche après la Pentecôte – Postcommunion


Postcommunio.
Concéde nobis, quǽsumus, Dómine : ut per hæc sacraménta quæ súmpsimus, quidquid in nostra mente vitiósum est, ipsorum medicatiónis dono curétur. Per Dóminum nostrum.

Le Jugement dernier - Monastère de Voronet - CC Alejo2083
Le Jugement dernier – Monastère de Voronet – CC Alejo2083

Abandonne mon âme, abominable vice,
Fuis devant la vertu du Très-Saint Sacrifice
Et retourne en enfer où tu fus engendré.

Le siècle tout entier à présent touche au soir :
Venez laver, Seigneur, nos cœurs qui sont si noirs,
Et daignez nous conduire au Royaume espéré.

Saints Abdon et Sennen - Jaume Huguet - CC amadalvarez

Saints Abdon et Sennen – Alléluia


Allelúia, allelúia. V/. Sap. 3, 1. Iustórum ánimæ in manu Dei sunt, et non tanget illos torméntum malítiae. Allelúia.

Saints Abdon et Sennen - Jaume Huguet - CC amadalvarez
Saints Abdon et Sennen – Jaume Huguet – CC amadalvarez

L’impie se croit fort et robuste,
Et demande dans sa folie :
 » Où donc est la force du juste ? »

Mais cet aveuglement oublie
Que c’est dans la Toute-Puissance
Que le juste s’est établi.

Il peut souffrir mille souffrances
Et faire le tour des tourments,
Rien ne l’atteint ni ne l’offense.

Il s’est établi fermement
Dans son Dieu loin de toute haine,
Et vivra éternellement

Dans les Cieux loin de la géhenne.

Saint Paul et saint Pierre - Le Corrège

Octave des Saints Pierre et Paul – Communion (avant 1955)


Ant. ad Communionem. Sap. 3, 1, 2 et 3.
Iustórum ánimæ in manu Dei sunt, et non tanget illos torméntum malítiae : visi sunt óculis insipiéntium mori : illi autem sunt in pace.

Saint Paul et saint Pierre - Le Corrège
Saint Paul et saint Pierre – Le Corrège

L’âme du juste est dans la main de Dieu,
Entre Ses doigts et sous Ses divins yeux.
Que peut lui faire
L’esprit damné qui règne sur l’enfer,
Qui se croit fort, et qui n’est qu’orgueilleux ?

L’homme insensé croit que le juste est mort :
Ignorant l’âme, il ne voit que le corps.
Esprit épais !
Tu ne vois point que le juste est en paix
Et que plus rien ne peut lui faire tort.

Le Greco - Saint Pierre et saint Paul

Saints Pierre et Paul – Postcommunion


Postcommunio.
Quos cælésti, Dómine, alimento satiásti : apostólicis intercessiónibus ab omni adversitáte custódi. Per Dóminum nostrum.

Le Greco - Saint Pierre et saint Paul
Le Greco – Saint Pierre et saint Paul

Nourris par Votre main du céleste aliment,
Seigneur, Vos serviteurs Vous supplient ardemment
De protéger leur corps, et plus encor leur âme
Des malheurs de ce monde et des sinistres flammes.
Ô saint Pierre, ô saint Paul qu’aujourd’hui nous chantons
Sur des airs pleins de joie et sur un grave ton,
Intercédez pour nous auprès du Roy du Ciel
Pour qu’Il garde nos cœurs amoureux et fidèles.

Dieu - Viktor Vasnetsov

Sixième dimanche après la Pentecôte – Introït


Ant. ad Introitum. Ps. 27, 8-9. Introït
Dóminus fortitudo plebis suæ, et protéctor salutárium Christi sui est : salvum fac pópulum tuum, Dómine, et benedic hereditáti tuæ, et rege eos usque in sǽculum.
Ps. ibid., 1.
Ad te, Dómine, clamábo, Deus meus, ne síleas a me : ne quando táceas a me, et assimilábor descendéntibus in lacum.
V/.Glória Patri.

Le peuple du Seigneur est fort de son Seigneur !
Des saluts de Son oint, c’est Lui le protecteur.
Seigneur, sauvez Votre nation,
Et bénissez Votre héritage,
Et guidez, nous Vous en prions,
Ses pas jusqu’au terme des âges.

C’est vers Vous que je crie, mon Seigneur et mon Dieu !
Oh, ne demeurez point ainsi silencieux !
Car si Vous restez à Vous taire,
Si Vos lèvres ne s’ouvrent point,
Je croirai quitter cette terre
Pour m’effondrer dans l’ombre, au loin.

La Résurrection du Christ - CC Waiting For The Word

Jeudi de Pâques – Alléluia


La Résurrection du Christ - CC Waiting For The Word
La Résurrection du Christ – CC Waiting For The Word

Allelúia, allelúia. V/. Surréxit Christus, qui creávit ómnia : et misértus est humáno géneri.

Il est ressuscité, le Seigneur Jésus-Christ,
Le Créateur de l’univers !
Celui qui, sur la Croix, daigna rendre l’esprit
Pour nous arracher à l’enfer !

Guercino - Le Retour du fils prodigue

Dimanche de la Passion – Secrète


Hæc múnera, quǽsumus Dómine, ei víncula nostræ pravitátis absólvant, et tuæ nobis misericórdiæ dona concílient. Per Dóminum.

Très saints présents présentés au Seigneur,
Libérez-nous, nous qui sommes pécheurs,
Délivrez-nous de nos liens infernaux,
Brisez, brisez nos chaînes, nos anneaux,
Tous les maillons de nos horribles crimes,
Brisez ce fer qui nous rive à l’abîme !
Ô mon Seigneur, mon Seigneur et mon Dieu,
Soyez clément et miséricordieux
Et répandez sur Vos humbles fidèles
Cette bonté qui réjouit le Ciel.

Saint Raymond de Pegnafort - CC Risorto Celebrano

Saint Raymond de Pegnafort – Collecte


Oratio.
Deus, qui beátum Raymúndum pœniténtiæ sacraménti insígnem minístrum elegísti, et per maris undas mirabíliter traduxísti : concéde ; ut eius intercessióne dignos poeniténtiæ fructus fácere, et ad ætérnæ salútis portum perveníre valeámus. Per Dóminum.

Quel grand saint est offert à notre admiration !
Il rendit à Dieu cent mille âmes,
Et les tira des noires flammes
En écoutant leurs confessions.

Si grande était sa foi que, même sans navire,
Il franchit des milliers de lieues
Transporté par la main de Dieu
Au-dessus des prés de saphir.

Seigneur, par saint Raymond, accordez-nous les fruits
Du sacrement de pénitence ;
De nos cœurs pleins de repentance,
Seigneur, Seigneur ! chassez la nuit.

Conduisez-nous, mon Dieu, jusques à notre mort,
Afin que, parmi les élus,
Vous nous accordiez le Salut,
Sur les quais de l’éternel port.

Image : Saint Raymond de Pegnafort – CC Risorto Celebrano

Sainte Agnès - Le Dominiquin

Sainte Agnès – Collecte


Oratio.
Omnipotens sempitérne Deus, qui infírma mundi éligis, ut fórtia quæque confúndas : concéde propítius ; ut, qui beátæ Agnétis Vírginis et Mártyris tuæ sollémnia cólimus, eius apud te patrocínia sentiámus. Per Dóminum.

Éternel, Vous montrez Votre infinie puissance
En élevant ce que le monde tient
Pour rien.

Vous rabaissez ainsi l’infernale arrogance
De ceux qui croient être forts, orgueilleux !
Mon Dieu !

Voyez avec bonté Vos enfants qui célèbrent
Sainte Agnès qui versa face aux puissants
Son sang.

Étendez sur nos cœurs, qui sont dans les ténèbres,
Pour les guider sur ce rude chemin,
La main.

Bienheureuse Alix Le Clerc

Bienheureuse Alix Le Clerc – Graduel (aux diocèses de Nancy, Toul et Saint-Dié)


Graduale.
Regnum mundi et omnem ornátum sáculi contémpsi propter amórem Dómini mei Jesu Christi.
V/. Quem vidi, quem amávi, in quem crédidi, quem diléxi.

Le monde devant moi, séducteur, et brillant,
Plein de gloire et d’honneur, de richesse et de pompe,
Sans doute a pour mes yeux quelque aspect attrayant,
Mais il me trompe.

J’ai chassé de ma vue, d’un revers de la main,
L’impalpable illusion de l’infernal sophiste,
Et j’ai, rempli d’amour, emprunté le chemin
Qui mène au Christ.

Oui, c’est Lui que j’ai vu, rempli d’admiration,
C’est en Lui que j’ai mis une confiance extrême,
C’est Lui qui pour mon cœur a tant de dilection,
C’est Lui que j’aime.

La cathédrale de Toul

Saint Alchas, évêque – Graduel (diocèse de Nancy et Toul) (avant 1955) (Pantoun)


Graduale. Eccli. 3, 2.
Iudícium patris audíte, fílii : et sic fácite, ut salvi sitis.

Si vous désirez le salut,
Mes fils, écoutez votre Père !
Rejetez la vie dissolue
Que vous suggère la vipère.

Mes fils, écoutez votre Père :
Il a pour vous tant d’affection !
Que vous suggère la vipère,
Sinon la voie de l’affliction ?

Il a pour vous tant d’affection :
Écoutez Ses conseils si sages,
Sinon la voie de l’affliction
Vous mènera aux lieux sauvages.

Écoutez Ses conseils si sages :
Sachez qu’une mauvaise vie
Vous mènera aux lieux sauvages
Où le pécheur est asservi.

Sachez qu’une mauvaise vie
Est punie au fond de l’enfer
Où le pécheur est asservi,
Et jamais il ne se libère.

Est puni au fond de l’enfer
L’oubli des préceptes divins,
Et jamais il ne se libère,
Celui qui dit : « J’écoute en vain ! »

L’oubli des préceptes divins,
Je veux le perdre dans vos cœurs.
Celui qui dit : « J’écoute en vain ! »
Il versera d’éternels pleurs.

Je veux le perdre dans vos cœurs,
Celui qui vous tient loin de Moi :
Il versera d’éternels pleurs.
Vous, Mes fils, écoutez Ma voix.

Celui qui vous tient loin de Moi,
Qui voudra l’écouter encor ?
Vous, Mes fils, écoutez Ma voix,
Et ne Me faites point de tort.

Qui voudra l’écouter encor ?
Suivez-Moi, ne l’écoutez plus,
Et ne Me faites point de tort
Si vous désirez le salut.