Sainte Praxède - Vermeer

Sainte Praxède – Collecte


Oratio.
Exáudi nos, Deus, salutáris noster : ut, sicut de beátæ Praxédis Vírginis tuæ festivitáte gaudémus ; ita piæ devotiónis erudiámur affectu. Per Dóminum nostrum.

Sainte Praxède - Vermeer
Sainte Praxède – Vermeer

Vers qui, Seigneur, me tournerai-je,
Sinon vers Vous, qui nous avez fait don
D’une avocate au cœur de neige ?

Voici, mon Dieu, ce que nous demandons :
D’avoir toujours le privilège
De Vous prier, plein d’un saint abandon.

Publicités
Le roi Athelstan présente La Vie de saint Cuthbert à saint Bède le vénérable.

Saint Bède le Vénérable – Secrète


Secreta C2
Sancti Bedæ Confessóris tui atque Doctóris nobis, Dómine, pia non desit orátio : quæ et múnera nostra concíliet ; et tuam nobis indulgéntiam semper obtíneat. Per Dóminum.

Le roi Athelstan présente La Vie de saint Cuthbert à saint Bède le vénérable.
Le roi Athelstan présente La Vie de saint Cuthbert à saint Bède le vénérable.

Ô ma pauvre prière, avec ton corps de vieille,
Tes bras pleins de faiblesse et tes genoux tremblants,
Ta chair presque liquide et tes pas chancelants,
Comment peux-tu penser que tes plaintes réveillent
Le puissant Seigneur sans pareil ?

Va donc parler au saint que l’Église aujourd’hui
Fête et penchant le front, sollicite son aide.
Dis-lui de ta voix faible : « Ô noble et puissant Bède,
Pour mon maître accordez votre puissant appui :
Prenez ma place auprès de Lui. »

Dieu en majesté entouré des Tétramorphes

Cinquième dimanche après Pâques – Collecte


Oratio.
Deus, a quo bona cuncta procédunt, largíre supplícibus tuis : ut cogitémus, te inspiránte, quæ recta sunt ; et, te gubernánte, eadem faciámus. Per Dóminum.

Dieu en majesté entouré des Tétramorphes
Dieu en majesté entouré des Tétramorphes

D’où me vient le bien suprême
Et d’où vient l’infime bien ?
Il vient de Celui qui m’aime,
C’est du Seigneur qu’il me vient.

Est-ce une idole de pierre,
Qui, morte, n’exauce rien ?
Non ! Il entend les prières
Et les demandes des siens.

Ô Dieu, Saint-Esprit, Fils, Père,
Donnez-nous l’inspiration
De tout ce qui peut Vous plaire
Afin que nous le fassions.

Lundi de la Passion – Offertoire


Ant. ad Offertorium. Ps. 6, 5.
Dómine, convértere, et éripe ánimam meam : salvum me fac propter misericórdiam tuam.

Jésus en prison - Copyright Notice - Private Collection Digital Images (c) 2012 Cynthia A. Stevens, all rights reserved
Jésus en prison – Copyright Notice – Private Collection Digital Images (c) 2012 Cynthia A. Stevens, all rights reserved

Seigneur, entends Mes cris plaintifs,
Délivre-Moi de l’ennemi,
Ne Me laisse pas à ses griffes !

Ah, ne Me laisse point parmi
Ces gens qui Me veulent du mal,
Mais entends comme Je gémis !

Ah, que ce peuple déloyal
Veut arracher Mon cœur si pieux
Pour l’offrir à la mort glaciale.

Mais Je Te supplie, ô Mon Dieu,
Puisque l’on veut que Je périsse,
Je Te prie, Miséricordieux,

De venir délivrer Ton Fils !

Saint Pierre Damien

Saint Pierre Damien – Secrète


Secreta
Sancti Petri Pontíficis tui atque Doctóris nobis, Dómine, pia non desit orátio, quæ et múnera nostra concíliet; et tuam nobis indulgéntiam semper obtíneat.

Saint Pierre Damien
Saint Pierre Damien

Ma pauvre prière monte
Vers Votre trône éclatant ;
Dieu de gloire, que j’ai honte,
Que mon cœur est repentant !
Il faut Vous prier pourtant,
Mais hélas que valent
Au Dieu sans égal
Nos voix animales ?
Peut-Il en être content ?

Daignez donc, au grand saint Pierre,
Prendre avant Dieu notre fruit,
Car s’Il le voit, Sa paupière
Se fermera devant lui.
Pour éviter cette nuit,
Daignez, saint évêque,
Couvrir ce fruit sec,
Aigre et dur avec
L’odeur d’un céleste enduit.

Saint Evariste

Saint Évariste – Secrète 1 – (Si diligis me)


I Secreta.
Oblátis munéribus, quǽsumus, Dómine, Ecclésiam tuam benígnus illúmina : ut, et gregis tui profíciat ubique succéssus, et grati fiant nómini tuo, te gubernánte, pastóres. Per Dóminum.

Saint Evariste
Saint Evariste

Puisque l’ombre et l’horreur ont recouvert la terre
Et que Votre troupeau tremble, triste et troublé,
Jamais plus qu’aujourd’hui ne sont si nécessaires
Nos instantes prières,
Jamais plus qu’aujourd’hui, pauvres nains désolés,
N’avons nous le besoin d’être bien épaulés.

Nous sommes à Vos pieds comme au pied du Calvaire
Voyant dans cette hostie l’Agnel immaculé,
Et nous Vous supplions dans nos chants et nos vers
D’envoyer la lumière,
De donner à nos chefs le don de bien parler,
De donner à nos chefs d’être vrais et zélés.

Saint Hyacinthe - CC Richard Huber

Saint Hyacinthe – Postcommunion


Postcommunio.
Refécti cibo potúque cælésti, Deus noster, te súpplices exorámus : ut, in cuius hæc commemoratióne percépimus, eius muniámur et précibus. Per Dóminum.

Saint Hyacinthe - CC Richard Huber
Saint Hyacinthe – CC Richard Huber

Seigneur, j’avais soif ; Seigneur, j’avais faim :
Vous m’avez nourri de Votre chair même ;
Faites que sans fin
Mon âme et mon corps, tout en moi Vous aime.

Ô saint que je fête et chante aujourd’hui,
Gardez dans votre âme et dans vos prières
Mes jours et mes nuits,
Et favorisez ceux qui me sont chers.

Dieu le Père trônant, entouré de la Vierge Marie et du Christ

Lundi de la quatrième semaine de Carême – Graduel


Graduale. Ps. 30, 3.
Esto mihi in Deum protectórem et in locum refúgii, ut salvum me fácias.
V/. Ps. 70, 1. Deus, in te sperávi : Dómine, non confúndar in ætérnum.

Au milieu des périls et des dangers extrêmes,
Au milieu d’assassins, d’impies et de méchants,
Daignez, daignez, ô Dieu que j’aime,
Écouter ma prière, et ma voix, et mon chant.

Seigneur aux mille noms ! Créateur, Amour, Juge,
Soyez mon protecteur dans ce désert affreux ;
Que Votre main soit mon refuge,
Ô Seigneur adoré, ô Maître généreux.

Mon Seigneur et mon Dieu, c’est en Vous que j’espère :
Ne laissez pas peser l’iniquité sur moi ;
Ouvrez l’éternel, le prospère,
Le palais du salut où siège le Grand Roy.

Le Christ, Tsar des Tsars - Alexandre Kazantsev

Vendredi de la troisième semaine de Carême – Offertoire


Ant. ad Offertorium. Ps. 5, 3-4.
Inténde voci oratiónis meæ, Rex meus, et Deus meus : quóniam ad te orábo, Dómine.

Ô mon Seigneur, mon Roy,
Ô Vous en qui je crois,
Entendez ma prière !

Ô Vous en qui j’ai foi,
Accueillez donc ma voix
Avec un cœur de Père.

C’est Vous seul, ô mon Dieu,
Ô Vous, Prince des Cieux,
Que je prierai toujours.

Ô Vous de qui les yeux
Agréent l’homme au cœur pieux,
Donnez-moi Votre amour !

Lorenzo Costa - Sainte Marguerite en prière

Jeudi de la troisième semaine de Carême – Graduel


Graduale. Ps. 144, 15-16.
Oculi ómnium in te sperant, Dómine : et tu das illis escam in témpore opportúno.
V/. Aperis tu manum tuam : et imples omne ánimal benedictióne.

Voyez, tous les yeux,
Remplis d’espérance,
Vers Vous, ô mon Dieu,
Dans les airs s’élancent.

Ô Seigneur aimant,
Votre main si bonne,
Au juste moment,
Nous aide et nous donne.

Votre main bénit
Nos âmes tremblantes
Et si démunies
Qui pourtant Vous chantent.

Une crèche

Nativité du Seigneur – Alleluia (Messe du jour)


Allelúia, allelúia. V/. Dies sanctificátus illúxit nobis : veníte, gentes, et adoráte Dóminum : quia hódie descéndit lux magna super terram. Allelúia.

Un jour de sainteté nous revêt de lumière :
Nations, peuples, voyez Celui que vos prières
Ont longtemps supplié dans la crainte et la nuit ;
Venez, accourez tous, adorez le Seigneur,
Et qu’une sainte joie déborde de vos cœurs,
Car le Ciel nous envoie sa lumière aujourd’hui !

Samuel enfant priant le Seigneur

Voici que l’enfant chante – Stances #65


Samuel enfant priant le Seigneur
Samuel enfant priant le Seigneur

J’avais prévu de publier ces vers hier, mais il me paraissait plus important, alors, de me calquer sur l’Évangile. Le poème qui suit est une sorte de conclusion personnelle des quelques semaines passées à paraphraser le psaume 118.

Voici que l’enfant chante, et sa voix inexperte,
Pleine d’accords impurs, hésite et tremble un peu,
Heurte votre tympan, vous fait souffrir, mais certes,
Ce petit-là fait ce qu’il peut.

Si ma voix semble un cri face aux chœurs des saints anges,
Et de bien peu de prix face à ceux des couvents ;
Mon Dieu, souvenez-Vous que je fis Vos louanges
D’un cœur, du moins, humble et fervent.

Saint Pierre

Tau – Psaume #118 (fin) – Distiques #51


Saint Pierre
Saint Pierre

Voici donc la dernière strophe de notre paraphrase du psaume 118. C’est la fin, mais, comme disait je ne sais plus quel auteur, les grands poèmes ne s’achèvent qu’au ciel. C’est le cas de ce psaume, à défaut de ma pauvre paraphrase.

Tau

169 Appropinquet deprecatio mea in conspectu tuo, Domine ;
juxta eloquium tuum da mihi intellectum.
170 Intret postulatio mea in conspectu tuo ;
secundum eloquium tuum eripe me.
171 Eructabunt labia mea hymnum,
cum docueris me justificationes tuas.
172 Pronuntiabit lingua mea eloquium tuum,
quia omnia mandata tua æquitas.
173 Fiat manus tua ut salvet me,
quoniam mandata tua elegi.
174 Concupivi salutare tuum, Domine,
et lex tua meditatio mea est.
175 Vivet anima mea, et laudabit te,
et judicia tua adjuvabunt me.
176 Erravi sicut ovis quæ periit : quære servum tuum,
quia mandata tua non sum oblitus.

Tau

Seigneur, que ma prière atteigne Vos oreilles :
Donnez-moi d’embrasser Votre loi nonpareille !

Pitié, prêtez l’oreille à ma supplication :
Arrachez de mon cœur l’horrible damnation !

Et quand je connaîtrai Votre loi sans mélange,
Je ferai retentir une hymne de louange !

Vos préceptes sacrés, je les proclamerai,
Car l’Homme doit savoir qu’il n’en est d’autre vrai.

Que Votre main, mon Dieu, me saisisse et me sauve,
Car j’ai gardé Vos lois sous la griffe du fauve.

J’ai médité Vos lois, et sans fin j’ai voulu,
Par dessous tout, Seigneur, avoir Votre salut !

Rempli de vie, mon cœur chantera Votre gloire :
Au jour du Jugement, Vous m’aurez en mémoire.

Cherchez moi, retrouvez Votre brebis perdue,
Car à garder Vos lois, j’ai été assidu.

Jésus priant au Jardin des Oliviers

Coph – Psaume #118 – Distiques #48


Jésus priant au Jardin des Oliviers
Jésus priant au Jardin des Oliviers

Coph

145 Clamavi in toto corde meo : exaudi me, Domine ;
justificationes tuas requiram.
146 Clamavi ad te ; salvum me fac :
ut custodiam mandata tua.
147 Præveni in maturitate, et clamavi :
quia in verba tua supersperavi.
148 Prævenerunt oculi mei ad te diluculo,
ut meditarer eloquia tua.
149 Vocem meam audi secundum misericordiam tuam, Domine,
et secundum judicium tuum vivifica me.
150 Appropinquaverunt persequentes me iniquitati :
a lege autem tua longe facti sunt.
151 Prope es tu, Domine,
et omnes viæ tuæ veritas.
152 Initio cognovi de testimoniis tuis,
quia in æternum fundasti ea.

Coph

Que j’ai crié vers Vous ! Ma voix faillit se rompre !
Formez-moi sans jamais, Seigneur, Vous interrompre.

Oui, j’ai crié vers Vous : sauvez-moi, sauvez-moi,
Afin que jusqu’au bout je conserve Vos lois.

Oui, j’ai crié vers Vous, j’ai précédé l’aurore,
Car j’espère en Vous seul, Verbe efficient et fort !

Ô Père bien aimé, voyez comme mes yeux
Se dépêchent pour voir le visage de Dieu.

Ayez pitié, Seigneur, écoutez ma prière ;
Remplissez mes poumons, ô ma Vie, de Votre air.

Dans la Ville du vice est l’homme au cœur méchant :
La Cité de la loi, il la fuit en péchant.

Vous êtes près de moi, mon Seigneur : que craindrai-je ?
Vos voies, ô Vérité, sont blanches comme neige !

Dès l’instant que j’ai su que mon Seigneur m’aimait,
J’ai compris que Lui seul règnerait à jamais.