Naissance de saint Etienne de Hongrie

Saint Étienne de Hongrie – Épître


Léctio libri Sapiéntiæ.
Eccli. 31, 8-11.
Beátus vir, qui invéntus est sine mácula, et qui post au-rum non ábiit, nec sperávit in pecúnia et thesáuris. Quis est hic, et laudábimus eum ? fecit enim mirabília in vita sua. Qui probátus est in illo, et perféctus est, erit illi glória ætérna : qui potuit tránsgredi, et non est transgréssus : fácere mala, et non fecit : ídeo stabilíta sunt bona illíus in Dómino, et eleemósynis illíus enarrábit omnis ecclésia sanctórum.

Naissance de saint Etienne de Hongrie
Naissance de saint Etienne de Hongrie

Ô vous que le Seigneur a trouvé sans péché,
Vous que Dieu n’a point vu se gaver de richesses,
Que Dieu n’a point trouvé le visage penché
Devant l’or et l’argent qui tous deux disparaissent,
De vous nous pouvons dire : « Ah, cet homme est heureux ! »
Quel est son nom ? Cet homme a droit à nos louanges.
Il a suivi sans faille un chemin valeureux,
Et reçu le trophée de la main des saints anges.
Quel est le nom de l’homme éprouvé par son Roy
Et par Lui trouvé saint, sans tache et sans souillure ?
Il pouvait jeter bas le cadeau de la croix,
Piétiner son fardeau ; mais il est resté pur.
Admirez donc celui qui souffrit et pourtant
Demeura jusqu’au soir ferme autant que fidèle :
Son Seigneur le fait roi d’un royaume hors du temps
Et devant tous le vêt d’une gloire éternelle.

Publicités
Saint Louis de Gonzague - Goya

Épître – Saint Louis de Gonzague


Léctio libri Sapiéntiæ.
Eccli. 31, 8-11.
Beátus vir, qui invéntus est sine mácula, et qui post aurum non ábiit, nec sperávit in pecúnia et thesáuris. Quis est hic, et laudábimus eum ? fecit enim mirabília in vita sua. Qui probátus est in illo, et perféctus est, erit illi glória ætérna : qui potuit tránsgredi, et non est transgréssus : fácere mala, et non fecit : ídeo stabilíta sunt bona illíus in Dómino, et eleemósynis illíus enarrábit omnis ecclésia sanctórum.

Saint Louis de Gonzague - Goya
Saint Louis de Gonzague – Goya

Heureux l’homme qui monte aux Cieux
Et se présente devant Dieu
Avec un habit sans souillures ;
Heureux qui détourna les yeux
Des trésors qui sont si précieux
Pour corrompre les âmes pures.

Dites-nous qui a mérité
D’entrer dans la félicité
Dont votre cœur est plein, saints anges !
Si sur terre il a tout quitté,
C’est du Ciel qu’il a hérité,
Et nous lui ferons nos louanges !

Il put trahir la sainte loi,
Il put faire de l’or son roi
Et de son cœur un criminel ;
Mais il a conservé la foi,
Il a porté sa lourde croix
Et reçu la gloire éternelle.

Christ Pantocrator - Dôme du Saint-Sépulcre - CC bachmont

Mardi de la Passion – Introït


Ant. ad Introitum. Ps. 26, 14.
Exspécta Dóminum, viríliter age : et confortétur cor tuum, et sústine Dóminum.
Ps. ibid., 1.
Dóminus illuminátio mea et salus mea : quem timebo ? Exspécta Dóminum.

Christ Pantocrator - Dôme du Saint-Sépulcre - CC bachmont
Christ Pantocrator – Dôme du Saint-Sépulcre – CC bachmont

Voici que gronde l’orage :
Ne tremble pas, mais attends,
Gonfle ton cœur de courage,
Car le Seigneur est constant.

Apaise-toi, car ton Père
A déjà levé Son bras :
Ne tremble pas, mais espère
Et crois ferme qu’Il viendra.

C’est mon Dieu qui règne et siège
Plus grand qu’un roi absolu.
C’est mon soleil : que craindrai-je ?
Le Seigneur est mon salut.

Christ Pantocrator - Dôme du Saint-Sépulcre - CC bachmont

Seizième dimanche après la Pentecôte – Graduel


Graduale. Ps. 101, 16-17.
Timébunt gentes nomen tuum, Dómine, et omnes reges terræ glóriam tuam.
V/. Quóniam ædificávit Dóminus Sion, et vidébitur in maiestáte sua.

Christ Pantocrator - Dôme du Saint-Sépulcre
Christ Pantocrator – Dôme du Saint-Sépulcre

Devant Votre nom, ô Seigneur,
Toutes les nations trembleront ;
Et tout homme, saisi de peur,
Heurtera le sol de son front.

Les pauvres rois de cette terre
En voyant un Roy si glorieux
Diront : « Notre gloire est poussière
Devant l’éclat de notre Dieu. »

Car ce Dieu, notre Roy suprême,
A bâti pour l’éternité
La céleste Jérusalem
Pour trôner plein de majesté.

Saint Louis - CC Tibidibtibo

Saint Louis – Secrète (Propre de France)


Secreta.
Súscipe, quǽsumus, Dómine, gratas maiestáti tuæ oblatiónes : et præsta ; ut, in amplificándo divíni cultus splendóre, beáti Ludovíci sollicitúdinem imitámur. Per Dóminum.

Saint Louis - CC Tibidibtibo
Saint Louis – CC Tibidibtibo

Ô Vous qui gouvernez tout ce que voient nos yeux,
Et ce qu’ils ne voient point, recevez, ô mon Dieu
L’offrande digne de Vous plaire,
L’offrande du Fils à Son Père
Et l’unique présent digne du Roy des Cieux.

Donnez-nous d’imiter le saint roi de la France
Dès aujourd’hui, demain, pleins de persévérance
Jusques au perron du trépas
Et que nous ne déclinions pas
Dans les joies de la vie, comme dans ses souffrances.

Et puisque en notre temps Votre culte enlaidi
Fait retomber sur Vous un même discrédit,
De Louis, donnez-nous la ferveur,
À nos offices la splendeur
Pour que montent vers Vous de belles psalmodies.

Saint Pie Ier

Saint Pie Ier – Offertoire (Messe Si diligis)


Ant. ad Offertorium. Ierem. 1, 9-10.
Ecce, dedi verba mea in ore tuo : ecce, constítui te super gentes et super regna, ut evéllas et destruas, et ædífices et plantes. (T.P. Allelúia.)

Saint Pie Ier
Saint Pie Ier

Dans ta bouche, J’ai mis Mes célestes paroles
Pour que tu sois sur terre un écho de Ma voix,
Et Je T’ai couronné d’une illustre auréole,
Je T’ai mis au-dessus des princes et de rois.
Que la faux de tes mots tranche la mauvaise herbe
Et l’ivraie qu’un sournois a semée dans la nuit,
Mais avec le pouvoir que J’ai mis dans ton verbe,
Fais croître Mon verger pour qu’il porte du fruit.

Saint Paul

Commémoraison de saint Paul – Offertoire


Ant. ad Offertorium. Ps. 138, 17.
Mihi autem nimis honoráti sunt amíci tui, Deus : nimis confortátus est principátus eórum.

Saint Paul
Saint Paul

J’ai vu les amis du Seigneur
Revêtus de gloire et d’honneur !
J’ai cru défaillir devant eux,
Car ceux que Notre-Seigneur aime
Portent un sublime diadème
Ainsi qu’un vêtement laiteux.

Eux qui sur terre étaient si vils,
Eux que l’on tenait imbéciles,
Au Ciel trônent comme des rois.
Dieu les couvre de Ses louanges
Et la multitude des anges
Remet un sceptre entre leurs doigts.

Saint Jean-Baptiste au désert - Anton Raphael Mengs

Vigile de la nativité de saint Jean-Baptiste – Offertoire


Ant. ad Offertorium. Ps. 8, 6-7.
Glória et honóre coronásti eum : et constituísti eum super ópera mánuum tuárum, Dómine.

Saint Jean-Baptiste au désert - Anton Raphael Mengs
Saint Jean-Baptiste au désert – Anton Raphael Mengs

Vous l’avez couronné de gloire
Et d’honneur ceint ;
Il a fait Votre bon vouloir,
Le voici saint.

Lui qui souffrit mille tortures,
Pour rester droit,
Maintenant de Vos créatures
Est l’un des rois.

Saint Augustin de Cantorbéry (cathédrale de Cantorbéry) - CC Saforrest

Saint Augustin de Cantorbéry – Introït


Ant. ad Introitum. Ps. 131, 9-10.
Sacerdótes tui, Dómine, índuant iustítiam, et sancti tui exsúltent : propter David servum tuum, non avértas fáciem Christi tui. (T.P. Allelúia, allelúia.)
Ps. Ibid, 1.
Meménto, Dómine, David : et omnis mansuetúdinis eius.
V/. Glória Patri.

Saint Augustin de Cantorbéry (cathédrale de Cantorbéry) - CC Saforrest
Saint Augustin de Cantorbéry (cathédrale de Cantorbéry) – CC Saforrest

Que Vos prêtres, Seigneur, s’habillent de justice,
Que Vos saints exultent de joie :
Votre serviteur, notre roi,
Se soumit à Vos saintes lois ;
Tournez, tournez vers nous les yeux de Votre Fils.

Tournez les yeux, Seigneur, au fond de Votre esprit,
Et voyez dans Vos souvenirs
Combien David, avec sa lyre,
Vous procurait de doux plaisirs,
Combien, dans Votre cœur, il Vous était chéri !

Crucifix - Michael Pacher

Troisième dimanche de Carême – Trait


Tractus. Ps. 122, 1-3. Trait.
Ad te levávi óculos meos, qui hábitas in cælis.
V/. Ecce, sicut óculi servórum in mánibus dominórum suórum.
V/. Et sicut óculi ancíllæ in mánibus dóminæ suæ : ita óculi nostri ad Dóminum, Deum nostrum, donec misereátur nostri.
V/. Miserére nobis, Dómine, miserére nobis.

C’est vers Vous, ô mon Dieu,
Que j’ai tourné les yeux,
Vous, le maître des Cieux !

Car l’œil du serviteur
Sur la main du seigneur
Est fixé à toute heure.

La servante a pour loi
De regarder les doigts
De l’épouse du roi.

Écoutez les prières
De ceux qui, sur la terre,
Désirent tant Vous plaire.

Ah, voyez : à genou,
Et le cœur qui se noue…
Ayez pitié de nous !

Pitié, Seigneur si pur,
Maître de la nature,
Pour Votre créature.

Saint Sigesbert - cc Caroline Léna Becker

Saint Sigisbert – Communion (dans le diocèse de Saint-Dié)


Ant. ad Communionem. 2 Paral. 17, 4-5
Perréxit in præcéptis Dei ; confirmávit Dóminus regnum in manu ejus, factǽque sunt ei infinítæ divítiæ et multa glória.

Il marcha sans arrêt dans la voie du Seigneur ;
Il obéit toujours à Ses commandements
Sans se préoccuper de l’endroit ou de l’heure,
Et sa vie jusqu’au bout coula fidèlement.

Ce Dieu à qui toujours il voulut rendre hommage
Le couronna de gloire et mit entre ses mains
Autant d’or et d’honneur qu’il était juste et sage,
Et gouverna ses pas sur son heureux chemin.

Image : Saint Sigesbert – cc Caroline Léna Becker

Sainte Martine refuse d'adorer les idoles - Pietro da Cortona

Sainte Martine – Trait (Commun des Vierges I)


Tractus.
Veni, Sponsa Christi, áccipe corónam, quam tibi Dóminus præparávit in ætérnum : pro cuius amóre sánguinem tuum fudísti.
V/. Ps. 44, 8 et 5. Dilexísti iustítiam, et odísti iniquitátem : proptérea unxit te Deus, Deus tuus, óleo lætítiæ præ consórtibus tuis.
V/. Spécie tua et pulchritúdine tua inténde, próspere procéde et regna.

ad carissimam socrum

Dans l’arène où le fauve, à votre vue, rugit,
Approchez sans trembler, et relevez la tête :
Quand, sous le coup fatal, le sable aura rougi,
Vous serez accueillie par les anges en fête.

Avancez, avancez, sainte épouse de l’Oint,
Et venez recevoir la palme et la couronne
Pour avoir, sur la terre, appliqué tous vos soins
A faire Son plaisir et tout ce qu’Il ordonne.

Cette sainte couronne, avant la création,
Fut faite avec amour par le divin orfèvre ;
Et vous, pleine d’ardeur, d’amour et de passion,
L’avez jusqu’à la mort adoré cœur et lèvres.

Qu’avez-vous aimé ? Dieu, le Juste et le Très-Bon
Qui deux fois vous donna la vie dans Sa tendresse ;
Même sous les tourments, et le cœur moribond,
Votre âme refusa d’être injuste et traîtresse.

Alors, ce doux Seigneur que votre âme aime tant
Versa sur votre front l’huile sainte et royale ;
Pleine de majesté, vous régnez hors du temps,
Heureuse et délivrée des atteintes du mal.

Éclatante d’honneur, belle au-dessus des mots,
Quand nous vous invoquons, venez ! que votre règne
Donne à nos faibles cœurs de souffrir tous les maux,
Qu’à votre nom béni l’ennemi tremble et craigne.

Saint Polycarpe

Saint Polycarpe – Graduel


Graduale. Ps. 8, 6-7.
Glória et honóre coronásti eum.
V/. Et constituísti eum super ópera mánuum tuárum, Dómine.

Vous avez posé sur son front
Une couronne sans pareille
Où l’or glorieux de sept fleurons
Pousse sur sept grenats vermeils.

Et pour avoir porté sa croix,
Et périr pour Vous sous l’outrage,
De lui, Vous avez fait un roi
Pour qu’il règne sur Vos ouvrages.

Stèle de saint Dagobert

Saint Dagobert – Postcommunion (dans les diocèses de Nancy, Strasbourg, Toul et Verdun)


Concede, quǽsumus, omnípotens Deus : ut quos culpæ miséria fecit hic éxsules ; beáti Dágoberti, Regis et Mártyris tui, intercéssio gloriósa regni cæléstis fáciat esse coherédes. Per Dóminum.

Misérable péché, tu nous tiens ici-bas
Comme des bœufs captifs qui peinent sous le bât,
Et qui envient, dans leur misère,
L’oiseau libre qui peut s’élever dans les airs.

Bienheureux Dagobert, nous vous en supplions ;
Ô martyr, ô saint roi, par votre intercession
Que Dieu nous accorde les ailes
Qui pourront nous mener au Royaume éternel.