Nativité - Sarcophage des Saints Innocents (ou de St Maximin) - CC Rvalette

Vendredi des Quatre-Temps de l’Avent – Communion


Ant. ad Communionem. Zach. 14, 5–0.
Ecce, Dóminus véniet et omnes Sancti eius cum eo : et erit in die illa lux magna.

Nativité - Sarcophage des Saints Innocents (ou de St Maximin) - CC Rvalette
Nativité – Sarcophage des Saints Innocents (ou de St Maximin) – CC Rvalette

Le Triple Rayon d’or entouré des degrés
Descendra des hauteurs ;
De quel éclat brillant, fils d’Adam, vous serez
Éblouis à cette heure !

Publicités
Le Monogramme de Jésus (dans l'église Gesu, à Rome)

Vendredi des Quatre-Temps de l’Avent – Graduel


Graduale. Ps. 84, 8 et 2.
Osténde nobis, Dómine, misericórdiam tuam : et salutáre tuum da nobis.
V/. Benedixísti, Dómine, terram tuam : avertísti captivitátem Iacob.

Jésus miséricordieux - Eugeniusz Kazimirowski - CC HistoryIsResearch
Jésus miséricordieux – Eugeniusz Kazimirowski – CC HistoryIsResearch

L’esclave sous sa chaîne implore son Seigneur
Et mêle plein d’espoir ses mots avec ses pleurs :
« Montrez-Le, montrez-nous, notre Dieu,
Le visage si doux du Miséricordieux !
Montrez-nous, montrez-Le à la terre,
La face de Votre Oint, la face salutaire ! »

Tout prisonnier qu’il est, l’homme se sait sauvé ;
Il sait que son Seigneur viendra le relever :
« Vous avez, notre Dieu, béni l’homme,
Endossé ses péchés et racheter leur somme ;
Vous avez évité la prison
Aux fils de Votre peuple et de Votre maison. »

Dieu - Viktor Vasnetsov

Vendredi des Quatre-Temps de l’Avent – Collecte


Oratio.
Excita, quǽsumus, Dómine, poténtiam tuam, et veni : ut hi, qui in tua pietáte confídunt, ab omni cítius adversitáte liberéntur : Qui vivis.

Déployez, ô Seigneur, Votre infinie puissance ;
Révélez-Vous à l’homme écrasé d’ignorance ;
Daignez, Très-Doux Seigneur, séjourner parmi nous,
Illuminer nos vies, et nos cœurs, et nos âmes,
Et les allumer de Vos flammes :
Nous Vous supplions à genoux.

Contemplez, ô mon Dieu, les cœurs de Vos fidèles,
Qui voient Votre bonté comme une citadelle,
Et qui savent qu’ils sont sans Vous pauvres et nus ;
Délivrez-les, mon Dieu, du mal qui les accable,
Dans l’ombre, rejetez le diable
Par Votre divine venue.