Douzième dimanche après la Pentecôte – Offertoire


Moïse
Moïse recevant les Tables de la Loi

Chers lecteurs,
cela fait bien deux semaines que ce blogue est resté inactif – ce qui n’a pas été mon cas. J’ai en effet mis en place un projet vieux d’un an maintenant, dont j’avais déjà esquissé les prémisses au début du mois de septembre dernier. Il s’agit du Theochrone : un calendrier liturgique universel selon le rit tridentin (ou forme extraordinaire du rit latin, comme on voudra, je ne suis pas sectaire). Il s’utilise en ligne, ou en téléchargement et, si vous avez un blogue, un site, etc., il peut être intégré très facilement. Il suffit de me contacter. Trêve de bavardages, voici le lien : http://theochrone.fr. Partagez-le autant que possible, sinon tout ce travail n’aura servi à rien ! Et sans plus attendre, le poème du jour !

Ant. ad Offertorium. Exodi 32, 11, 13 et 14.
Precátus est Moyses in conspéctu Dómini, Dei sui, et dixit : Quare, Dómine, irascéris in pópulo tuo ? Parce iræ ánimæ tuæ : meménto Abraham, Isaac et Iacob, quibus iurásti dare terram fluéntem lac et mel. Et placátus factus est Dóminus de malignitáte, quam dixit fácere pópulo suo.

Moïse sur le sol jeta son front chenu
Et supplia le Roy qui trône dans les nues :
« Seigneur, ô mon Seigneur, mon Dieu, Dieu de nos pères,
Pourquoi sur Vos enfants jeter Votre colère ?
Abraham, Isaac et Jacob autrefois
Ont entendu, tremblants, Votre terrible voix
Leur promettre une terre où des ruisseaux de miel
Et de lait couleront au profit d’Israël !
Seigneur, ô Dieu fidèle, à Vos pieds, humblement,
Je Vous prie de tenir cet éternel serment. »
En entendant ces mots, le Seigneur bénévole
Oublia son courroux mais non pas Sa parole.

Publicités
Ponce Pilate se lavant les mains - Maître de Marguerite d'Orléans

Douzième dimanche après la Pentecôte – Introït


Ant. ad Introitum. Ps. 69, 2-3.
Deus, in adiutórium meum inténde : Dómine, ad adiuvándum me festína : confundántur et revereántur inimíci mei, qui quærunt ánimam meam.
Ps. ibid., 4.
Avertántur retrórsum et erubéscant : qui cógitant mihi mala.
V/.Glória Patri.

Ponce Pilate se lavant les mains - Maître de Marguerite d'Orléans
Ponce Pilate se lavant les mains – Maître de Marguerite d’Orléans

À l’aide ! Venez, ô mon Dieu !
Hâtez-Vous de me secourir,
Hâtez-Vous car je vais mourir
Des coups d’un ennemi furieux !

Que du Ciel s’abatte la foudre
Sur celui qui veut mon trépas.
Que son espoir ne dure pas :
Seigneur, réduisez-le en poudre.

Ah, qu’il s’en retourne vaincu,
Comme un chien qui fuit à la hâte
La queue tremblante entre les pattes,
Et dont l’arrogance a vécu.