L'Assomption de la Vierge - Le Brun

Assomption – Introït


Ant. ad Introitum. Ap. 12, 1.
Signum magnum appáruit in cælo : múlier amicta sole, et luna sub pédibus eius, et in cápite eius coróna stellárum duódecim.
Ps. 97, 1.
Cantáte Dómino cánticum novum : quóniam mirabília fecit.
V/. Glória Patri.

L'Assomption de la Vierge - Le Brun
L’Assomption de la Vierge – Le Brun

Un grand signe soudain apparut dans le ciel,
Et le monde admira la femme la plus belle.
Dieu révélait à tous son voile étincelant,
Elle avait revêtu son esprit pur et blanc,
Elle était revêtue d’un habit sans pareil
Tissé, non de fils d’or, mais des rais du soleil.
Cornue des deux côtés, creuse comme un berceau,
La lune sous ses pieds lui servait de vaisseau
Et douze étoiles d’or, et de l’or le plus pur,
Formaient une couronne autour de sa figure.
Acclamez le Seigneur en hymnes victorieux
Car Sa main accomplit des actes prodigieux.

Publicités
L'Assomption - Fermo Ghisoni da Caravaggio

Assomption – Épître


Léctio libri Iudith.
Iudith. 13, 22-25 ; 15, 10.
Benedíxit te Dóminus in virtúte sua, quia per te ad níhilum redégit inimícos nostros. Benedícta es tu, fília, a Dómino Deo excelso, præ ómnibus muliéribus super terram. Benedíctus Dóminus, qui creávit cælum et terram, qui te direxit in vúlnera cápitis príncipis inimicórum nostrórum ; quia hódie nomen tuum ita magnificávit, ut non recédat laus tua de ore hóminum, qui mémores fúerint virtútis Dómini in ætérnum, pro quibus non pepercísti ánimæ tuæ propter angústias et tribulatiónem géneris tui, sed subvenísti ruínæ ante conspéctum Dei nostri. Tu glória Ierúsalem, tu lætítia Israël, tu honorificéntia pópuli nostri.

L'Assomption - Fermo Ghisoni da Caravaggio
L’Assomption – Fermo Ghisoni da Caravaggio

Que de bénédictions vous sont venues de Dieu !
Il vous a revêtue de Sa sainte puissance
Et vaincu de vos mains l’ennemi séditieux.
Ô Vierge, le Très-Haut, dans Sa magnificence,
Entre les filles d’Ève habitant ici-bas
A choisi votre chair au milieu de mille autres,
Et mis dans votre main l’épée pour le combat,
Pour tuer l’adversaire et sauver tous les nôtres.
Béni soit le Seigneur qui tira du néant
La terre qui nous porte et les splendeurs du Ciel :
Par Son humble servante Il abat un géant,
Et fait briller son nom d’une gloire éternelle.
Ô Vierge, aussi longtemps que les Cieux dureront,
L’homme, de vos bienfaits gardera souvenance ;
L’un d’eux, pour vous louer, sonnera du clairon,
Pendant qu’un autre chante, et qu’un troisième danse !
Ah, quand vous avez vu dans quels profonds tourments,
Et dans quels grands malheurs, et dans quelle détresse,
Votre race s’était élancée follement,
Vous vous êtes donnée, ô Vierge, avec noblesse.
Ô bonheur d’Israël, ô gloire de Sion,
Honneur de notre peuple et notre mère à tous,
Soyez louée d’avoir sauvé notre nation
De la ruine éternelle, ô mère et forte et douce.

Dès les premiers temps de l’Église, les chrétiens ont cru à l’Assomption de la Sainte Vierge Marie. Comment la sainte mère de Dieu, inviolée du péché, aurait-elle pu connaître le sort des autres hommes ? Aussi croyons-nous, et devons-nous croire au moins depuis 1950, date à laquelle le vénérable Pie XII l’a défini comme un dogme, que la Sainte Vierge Marie est montée au Ciel avec son corps, et non simplement en esprit. En France, nous nous souvenons également que le roy Louis XIII consacra son royaume à la Sainte Vierge et ordonna de fêter cette consécration le 15 août de chaque année.

L'Assomption de la Vierge - Le Brun

Assomption – Graduel


L'Assomption de la Vierge - Le Brun
L’Assomption de la Vierge – Le Brun

Graduale. Ps. 44, 11-12 et 14.
Audi, fília, et vide, et inclína aurem tuam, et concupíscet rex pulchritúdinem tuam.
V/. Tota decóra ingréditur fília Regis, textúræ áureæ sunt amíctus eius.

Tends l’oreille, ô ma fille, écoute, écoute, et vois,
Car ta beauté ravit ton Seigneur et ton Roy.
Avance, ô toute belle, ô fille du Seigneur !
L’or de ton vêtement rehausse ta splendeur.