Christ Pantocrator - Dôme du Saint-Sépulcre - CC bachmont

Vingt-et-unième dimanche après la Pentecôte – Graduel [extrait] (Sonnet)


Graduale. Ps. 89, 1-2.
Dómine, refúgium factus es nobis, a generatióne et progénie.
[…]

Christ Pantocrator - Dôme du Saint-Sépulcre - CC bachmont
Christ Pantocrator – Dôme du Saint-Sépulcre – CC bachmont

Seigneur, qui contre nous avez tant de raisons
De Vous mettre en colère,
Et qui sur nos esprits, nos villes, nos maisons
Pourriez avec justice envoyer des éclairs ;

Vous daignez protéger, malgré la trahison,
Les hommes de la terre,
Car Votre amour, Seigneur, est sans comparaison,
Rien ne peut prévaloir sur Votre cœur de Père.

Certain esprit qui rôde aimerait nous leurrer,
Et susurre à nos cœurs : « Près de moi demeurez ;
Le criminel va-t-il dans les bras de son juge ? »

Mais c’est Vous, ô Seigneur, pour le pécheur contrit,
Pour l’homme repentant qui répare et qui prie,
Vous, l’unique refuge.

Publicités
Dieu créant l'univers

Vingt-et-unième dimanche après la Pentecôte – Introit


Dieu créant l'univers
Dieu créant l’univers

Ant. ad Introitum. Esth. 13, 9 et 10-11.
In voluntáte tua, Dómine, univérsa sunt pósita, et non est, qui possit resístere voluntáti tuæ : tu enim fecísti ómnia, cælum et terram et univérsa, quæ cæli ámbitu continéntur : Dominus universórum tu es.
Ps. 118, 1.
Beáti immaculáti in via : qui ámbulant in lege Dómini.

Le sceptre du Seigneur pèse sur l’univers.
Qui pourrait résister à Votre volonté ?
Seul un fol plein d’orgueil dirait pour se vanter :
J’ai tiré du néant quelques grains de poussière.

Mais, ô Seigneur mon Dieu, tout ce que nous voyons
Et tout ce qui demeure ignoré de notre œil,
L’ange, l’homme, et la bête, et le fruit que l’on cueille,
Le rocher et l’eau, tout est Votre Création !

Devant tant de grandeur, ô mon Seigneur, nous sommes
Semblables aux cirons, débiles et petits.
Que tout le reconnaisse empreint de modestie,
Tant l’animal que l’ange, et tant l’arbre que l’homme !

L’infime créature au cœur trop ambitieux
N’est qu’une âme malade et un esprit immonde ;
Seul est digne vraiment de régner sur le monde
Dieu, le Roy de la terre, et l’empereur des Cieux.

Heureux l’homme au cœur pur soumis à son Seigneur,
Qui ne s’égare point dans de funestes voies,
Et suit sans hésiter la route de la Loi :
Cet homme, vraiment sage, aura le vrai bonheur.