Jérusalem - Hospices de Reims - CC Garitan

Quatrième Dimanche de Carême – Trait


Tractus. Ps. 124, 1-2.
Qui confídunt in Dómino, sicut mons Sion : non commovébitur in ætérnum, qui hábitat in Ierúsalem.
V/. Montes in circúitu eius : et Dóminus in circúitu pópuli sui, ex hoc nunc et usque in sǽculum.

Jérusalem - Hospices de Reims - CC Garitan
Jérusalem – Hospices de Reims – CC Garitan

L’homme est frêle,
Et devant
Un grand vent
Il chancelle.

Sans combat,
L’adversaire
Met l’à terre
Et l’abat.

Mais l’homme qui met son cœur
Au pouvoir de son Seigneur
Est ferme comme Sion,
Et n’a plus d’appréhension.

Celui que le Seigneur aime
Vit comme en Jérusalem :
Des murs par Dieu raffermis
Le gardent des ennemis.

Des montagnes gratte-ciel
Font comme des citadelles
Tout autour de la cité
Qui du Christ est habitée.

Publicités
Annonciation - Façade de la cathédrale d'Orvieto - CC LPLT

Annonciation – Trait


Tractus. Ps 44:11 et 12.
Audi, fília, et vide, et inclína aurem tuam: quia concupívit Rex speciem tuam.
Ps 44:13 et 10.
Vultum tuum deprecabúntur omnes dívites plebis: fíliæ regum in honóre tuo.
Ps 44:15-16.
Adducántur Regi Vírgines post eam: próximæ eius afferéntur tibi.
V. Adducántur in lætítia et exsultatióne: adducántur in templum Regis.

Annonciation - Façade de la cathédrale d'Orvieto - CC LPLT
Annonciation – Façade de la cathédrale d’Orvieto – CC LPLT

Entends, ma fille, entends la clameur du héraut,
Et donne libre cours à la joie dans ton cœur,
Car tu n’en auras jamais trop,
Puisque approche de toi dans toute Sa splendeur
Notre adorable et divin Roy !
Ta beauté sans égale a ravi ton Seigneur :
Donne à ton tendre esprit libre cours à sa joie !

Vois donc dans l’avenir combien d’hommes se pressent,
S’inclinent à tes pieds et te prient humblement !
Toute la cour et la noblesse
Vient chercher ta faveur comme ton agrément,
Et les plus puissants te demandent
De prier ton Époux d’être pour eux clément
Et font pour te fléchir mille dons, mille offrandes !

Tes compagnes seront après toi présentées
Au Seigneur de ton âme et de tout l’univers
Dans l’infinie félicité.
Le temple fleurira de blanches primevères,
Et puis de chrysanthèmes blancs,
Lorsque les vantaux d’or seront soudain ouverts
Et qu’elles entreront, timides, à pas lents.

Saint Mathias - Simone Martini

Saint Mathias – Trait


Tractus. Ps 20:3-4.
Desidérium ánimæ eius tribuísti ei: et voluntáte labiórum eius non fraudásti eum.
V. Quóniam prævenísti eum in benedictiónibus dulcédinis.
V. Posuísti in cápite eius corónam de lápide pretióso.

Saint Mathias - Simone Martini
Saint Mathias – Simone Martini

Il voulait, dans sa poitrine,
Recueillir tout l’or des Cieux,
Les trésors les plus précieux
Et les richesses divines.

Parmi les hommes mauvais
Qui grouillent sur notre sol,
Dieu Se plut à ses paroles,
Et vit comme il Le servait.

La voix qui passait sa lèvre
N’avait pas un faux accent,
Séducteur et caressant,
Mais venait droit de sa plèvre.

Son effort ne fut pas vain :
Au contraire, qu’on y pense !
Quelle grande récompense
Il reçut du Roy divin !

Pour sa vie si sainte et pieuse,
Dieu, sur sa tête bénie,
Mit un diadème garni
De mille pierres précieuses.

Saint Pierre

Chaire de Saint Pierre – Trait


Tractus. Matt 16:18-19
Tu es Petrus, et super hanc petram ædificábo Ecclésiam meam.
V. Et portæ ínferi non prævalébunt advérsus eam: et tibi dabo claves regni coelórum.
V. Quodcúmque ligáveris super terram, erit ligátum et in coelis.
V. Et quodcúmque sólveris super terram, erit solútum et in coelis.

Saint Pierre
Saint Pierre

Voici que J’ai posé Mon peuple sur ton roc
Afin que sur ton dos il ne craigne aucun choc.

Les portes de l’enfer pourront vomir satan,
Mais en vain claqueront ses sinistres battants.

Mais toi, reçois les clefs des admirables portes
Que J’ouvre de nouveau pour l’humanité morte.

Prince, règne en Mon Nom droit, miséricordieux,
Afin que l’univers suive la Loi de Dieu.

Crucifix - Michael Pacher

Troisième dimanche de Carême – Trait


Tractus. Ps. 122, 1-3. Trait.
Ad te levávi óculos meos, qui hábitas in cælis.
V/. Ecce, sicut óculi servórum in mánibus dominórum suórum.
V/. Et sicut óculi ancíllæ in mánibus dóminæ suæ : ita óculi nostri ad Dóminum, Deum nostrum, donec misereátur nostri.
V/. Miserére nobis, Dómine, miserére nobis.

C’est vers Vous, ô mon Dieu,
Que j’ai tourné les yeux,
Vous, le maître des Cieux !

Car l’œil du serviteur
Sur la main du seigneur
Est fixé à toute heure.

La servante a pour loi
De regarder les doigts
De l’épouse du roi.

Écoutez les prières
De ceux qui, sur la terre,
Désirent tant Vous plaire.

Ah, voyez : à genou,
Et le cœur qui se noue…
Ayez pitié de nous !

Pitié, Seigneur si pur,
Maître de la nature,
Pour Votre créature.

Purification de la Sainte Vierge

Purification de la Très Sainte Vierge (Présentation du Seigneur) – Trait


Tractus. Luc. 2, 29-32.
Nunc dimíttis servum tuum, Dómine, secúndum verbum tuum in pace.
V/. Quia vidérunt óculi mei salutáre tuum.
V/. Quod parásti ante fáciem ómnium populórum.
V/. Lumen ad revelatiónem géntium et glóriam plebis tuæ Israël.

Mon Dieu, laissez partir Votre humble serviteur ;
Laissez-le s’en aller dans la paix et la joie :
Ses yeux n’ont-ils pas vu l’Enfant, le Fils, le Roy,
Le Salut qu’à Son peuple apporte le Seigneur ?

Vous avez préparé au vu de tous les yeux
La lumière qui doit illuminer le monde,
La torche éblouissante, admirable et féconde,
Gloire de Votre peuple Israël, ô mon Dieu.

Sainte Martine refuse d'adorer les idoles - Pietro da Cortona

Sainte Martine – Trait (Commun des Vierges I)


Tractus.
Veni, Sponsa Christi, áccipe corónam, quam tibi Dóminus præparávit in ætérnum : pro cuius amóre sánguinem tuum fudísti.
V/. Ps. 44, 8 et 5. Dilexísti iustítiam, et odísti iniquitátem : proptérea unxit te Deus, Deus tuus, óleo lætítiæ præ consórtibus tuis.
V/. Spécie tua et pulchritúdine tua inténde, próspere procéde et regna.

ad carissimam socrum

Dans l’arène où le fauve, à votre vue, rugit,
Approchez sans trembler, et relevez la tête :
Quand, sous le coup fatal, le sable aura rougi,
Vous serez accueillie par les anges en fête.

Avancez, avancez, sainte épouse de l’Oint,
Et venez recevoir la palme et la couronne
Pour avoir, sur la terre, appliqué tous vos soins
A faire Son plaisir et tout ce qu’Il ordonne.

Cette sainte couronne, avant la création,
Fut faite avec amour par le divin orfèvre ;
Et vous, pleine d’ardeur, d’amour et de passion,
L’avez jusqu’à la mort adoré cœur et lèvres.

Qu’avez-vous aimé ? Dieu, le Juste et le Très-Bon
Qui deux fois vous donna la vie dans Sa tendresse ;
Même sous les tourments, et le cœur moribond,
Votre âme refusa d’être injuste et traîtresse.

Alors, ce doux Seigneur que votre âme aime tant
Versa sur votre front l’huile sainte et royale ;
Pleine de majesté, vous régnez hors du temps,
Heureuse et délivrée des atteintes du mal.

Éclatante d’honneur, belle au-dessus des mots,
Quand nous vous invoquons, venez ! que votre règne
Donne à nos faibles cœurs de souffrir tous les maux,
Qu’à votre nom béni l’ennemi tremble et craigne.

Saint François de Sales - CC Père Igor

Saint François de Sales – Trait (pro aliquibus locis)


Tractus. Ps. 33, 9
Gustáte, et videte quóniam suávis est Dóminus : beátus vir, qui sperat in eo.
V/. Prov. 16, 23 Cor sapientis erúdiet os eius : et lábiis eius addet grátiam.
V/. Ibid. 17, 27 Qui moderátur sermónes suos, doctus et prudens est : et pretiósi spíritus vir erudítus.

Goûte, ô ma langue, ton Seigneur,
Goûte, et sans tarder, réponds-moi :
Est-il plus suave saveur ?
Heureux qui met en Lui sa foi !

Le sage verse dans sa bouche
Le nectar descendu des Cieux,
Et la céleste grâce touche
Le cœur de celui qui craint Dieu.

Souvent, ravale tes paroles,
Pour être au nombre des prudents :
Les lèvres bavardes sont folles,
Et fols les mots trop abondants.

Image : Saint François de Sales – CC Père Igor

Saint Jean Chrysostome

Saint Jean Chrysostome – Trait


Tractus. Ps. 111, 1-3. Trait
Beátus vir, qui timet Dóminum : in mandátis eius cupit nimis.
V/. Potens in terra erit semen eius : generátio rectórum benedicétur.
V/. Glória et divítiæ in domo eius : et iustítia eius manet in sǽculum sǽculi.

Heureux l’homme rempli de la crainte de Dieu,
Et qui, méprisant ses caprices,
Met son bonheur et ses délices
A combler ici-bas la volonté des Cieux !

Comme le grain fécond que jette le semeur,
Ses rejetons seront puissants ;
Le Seigneur bénira son sang :
Jamais on ne dira que sa race se meurt.

Richesses, gloire, honneur à sa digne maison !
Mais à lui le pouvoir du juge
Sur le saint et le lucifuge,
Car sa vie fut entière une alme floraison !