Les Saints Macchabées - Wojciech Stattler

Saints Macchabées – Communion


Ant. ad Communionem. Luc. 12, 4.
Dico autem vobis amícis meis : Ne terreámini ab his, qui vos persequúntur.

Les Saints Macchabées - Wojciech StattlerOù se trouve ton espérance ?
Si tu l’as mise dans les Cieux
Et dans l’amitié du vrai Dieu,
Tu ne craindras point la souffrance.

Ami de Dieu, ne tremble point
Car celui qui te persécute
Ne peut t’entraîner dans sa chute
Si tu demeures Son témoin.

Publicités
Scènes de la Passion du Christ - Albrecht Altdorfer

Vendredi de la Passion – Introït


Ant. ad Introitum. Ps. 30, 10, 16 et 18.
Miserére mihi, Dómine, quóniam tríbulor : líbera me, et éripe me de mánibus inimicórum meórum et a persequéntibus me : Dómine, non confúndar, quóniam invocávi te.
Ps. ib., 2.
In te, Dómine, sperávi, non confúndar in ætérnum : in iustítia tua libera me. Miserére mihi.

Scènes de la Passion du Christ - Albrecht Altdorfer
Scènes de la Passion du Christ – Albrecht Altdorfer

Ayez pitié de mon cœur dans la peine
Et l’affliction !
Libérez-moi des mains souillées de haine
Qui follement m’ont en exécration.

Seigneur du Ciel, j’implore Votre grâce :
N’oubliez pas !
Délivrez-moi de ceux qui me pourchassent
Et dont le cœur ne veut que mon trépas.

Ayez pitié, Seigneur, mon espérance !
Ah, évitez
À mon esprit l’éternelle souffrance,
Mais sauvez-moi dans Votre éternité.

Christ Pantocrator - Dôme du Saint-Sépulcre - CC bachmont

Mardi de la Passion – Introït


Ant. ad Introitum. Ps. 26, 14.
Exspécta Dóminum, viríliter age : et confortétur cor tuum, et sústine Dóminum.
Ps. ibid., 1.
Dóminus illuminátio mea et salus mea : quem timebo ? Exspécta Dóminum.

Christ Pantocrator - Dôme du Saint-Sépulcre - CC bachmont
Christ Pantocrator – Dôme du Saint-Sépulcre – CC bachmont

Voici que gronde l’orage :
Ne tremble pas, mais attends,
Gonfle ton cœur de courage,
Car le Seigneur est constant.

Apaise-toi, car ton Père
A déjà levé Son bras :
Ne tremble pas, mais espère
Et crois ferme qu’Il viendra.

C’est mon Dieu qui règne et siège
Plus grand qu’un roi absolu.
C’est mon soleil : que craindrai-je ?
Le Seigneur est mon salut.

Le Christ représenté en pélican - CC Montréalais

Premier Dimanche de Carême – Offertoire


Ant. ad Offertorium. Ps 90:4-5
Scápulis suis obumbrábit tibi Dóminus, et sub pennis eius sperábis: scuto circúmdabit te véritas eius.

Le Christ représenté en pélican - CC Montréalais
Le Christ représenté en pélican – CC Montréalais

Il te prendra sous Son aile,
Sous Sa plume paternelle,
Et tu ne craindras plus rien.

Il versera dans ton cœur
La plus douce des liqueurs :
L’espérance de Ses biens.

Il couvrira tout ton corps
Des atteintes de la mort
Sous l’écu de la vraie foi.

Ton cœur libre de sa gangue
Laissera dire à ta langue :
« Que je Vous aime, ô mon Roy ! »

Foi, Espérance et Charité - Manuel Tolsá - CC Carmart~commonswiki

Treizième dimanche après la Pentecôte – Collecte


Oratio.
Omnípotens sempitérne Deus, da nobis fídei, spei et caritátis augméntum : et, ut mereámur asséqui quod promíttis, fac nos amáre quod prǽcipis. Per Dóminum.

Foi, Espérance et Charité - Manuel Tolsá - CC Carmart~commonswiki
Foi, Espérance et Charité – Manuel Tolsá – CC Carmart~commonswiki

Ô doux Seigneur dont l’existence
N’a ni fin ni commencement,
Ô Dieu vêtu du vêtement
De l’absolue toute-puissance,
Faites s’accroître en nous la foi,
Et grandir en nous l’espérance,
Et surtout qu’en nos cœurs trop froids
L’amour ait la prépondérance.

Hélas, Vos justes prescriptions
Font horreur à nos cœurs pervers
Et répugnent à notre chair
Qui veut la gloire sans passion ;
Pour que nos vains esprits acceptent
D’obéir, nous Vous en prions,
Faites, Seigneur, que Vos préceptes,
Nous, pauvres hommes, les aimions.

Le Sermon sur la montagne - Karl Heinrich Bloch

Messe de la Sainte Vierge le samedi (après la Trinité) – Évangile


+ Sequéntia sancti Evangélii secúndum Lucam
Luc. 11, 27-28.
In illo témpore : Loquénte Iesu ad turbas, extóllens vocem quædam múlier de turba, dixit illi : Beátus venter, qui te portávit, et úbera, quæ suxísti. At ille dixit : Quinímmo beáti, qui áudiunt verbum Dei, et custódiunt illud.

Le Sermon sur la montagne - Karl Heinrich Bloch
Le Sermon sur la montagne – Karl Heinrich Bloch

Jésus parle à la foule, et la foule, en silence,
Écoute attentivement
Le divin enseignement.

Que de sagesse en Lui, de force et d’espérance,
Et Ses admirables mots
Semblent anciens et nouveaux.

De la foule assemblée une femme se lève
Et proclame par sa voix
Ce que tous les autres croient :

« Heureuse enfant d’Adam, heureuse fille d’Ève
Dont le ventre T’a porté,
Dont le sein T’a allaité !

– Heureux plutôt celui qui se met à l’école
Des commandements de Dieu
Et qui les suit d’un cœur pieux.

Heureux qui du Seigneur écoute les paroles
Et les garde au fond de lui
Pour en faire son appui. »

Saint Marcellin - CC Agridecumantes

Saints Marcellin, Pierre et Erasme – Introït


Ant. ad Introitum. Ps. 33, 18.
Clamavérunt iusti, et Dóminus exaudívit eos : et ex ómnibus tribulatiónibus eórum liberávit eos.
Ps. ibid., 2.
Benedícam Dóminum in omni témpore : semper laus eius in ore meo.
V/.Glória Patri.

Saint Marcellin - CC Agridecumantes
Saint Marcellin – CC Agridecumantes

Le juste crie vers Dieu plein d’espoir et de foi,
Et le Seigneur l’exauce ;
Tout se remplit de crainte au seul son de Sa voix,
Il l’arrache à la fosse.

Je Vous loue, mon Seigneur, dès que je suis levé,
Et jusqu’à ce que je me couche ;
Du Dieu qui m’a toujours de Sa grâce abreuvé,
L’éloge sera sur ma bouche !

Biographie des saints Pierre et Marcellin

Sous l’empereur Dioclétien, Pierre était exorciste à Rome. Le juge Sérénus le fit jeter en prison pour avoir confessé la foi chrétienne. Il délivra la fille du directeur de prison d’un démon qui la tourmentait. Sa famille et ses voisins se convertirent, le prêtre Marcellin les baptisa. Sérénus demanda à Marcellin et à Pierre de renier le Christ, ils refusèrent et furent emprisonnés, l’un nu dans un cachot jonché de tessons, l’autre ligoté. Fermes dans leur foi, ils furent décapités. (Merci à mon épouse pour son aide)

Tombeau de saint Grégoire VII - cc NicFer

Saint Grégoire VII – Collecte


Oratio P
Deus, in te sperántium fortitúdo, qui beátum Gregórium Confessórem tuum atque Pontíficem, pro tuénda Ecclésiæ libertáte, virtúte constántiæ roborásti : da nobis, eius exémplo et intercessióne, ómnia adversántia fórtiter superáre. Per Dóminum.

Tombeau de saint Grégoire VII - cc NicFer
Tombeau de saint Grégoire VII – cc NicFer

Dieu, divine force et puissance
De ceux qui du milieu
D’aveugles orgueilleux
Ont mis en Vous leur espérance ;
Vous avez mis entre les mains
Du bienheureux Grégoire
Tout honneur et pouvoir
Pour guider sur Votre chemin
Le troupeau de la Sainte Église,
Le garder en tout temps
Délivré de satan
Et de toute mauvaise emprise ;
Seigneur, nous Vous en supplions
Au cœur de Votre temple,
Que son très saint exemple
Et sa céleste intercession
Donne à nos cœurs des forces neuves
Pour sans cesse affronter
Et toujours surmonter
Nos indispensables épreuves.

Biographie de saint Grégoire VII

Ce toscan cultivé et pieux prit l’habit religieux au monastère de Cluny. Cardinal de l’Église Romaine puis pape, il fut le défenseur de la liberté ecclésiastique et le principal artisan de la réforme grégorienne. (Merci à mon épouse pour son aide)

Lorenzo Costa - Sainte Marguerite en prière

Jeudi de la troisième semaine de Carême – Graduel


Graduale. Ps. 144, 15-16.
Oculi ómnium in te sperant, Dómine : et tu das illis escam in témpore opportúno.
V/. Aperis tu manum tuam : et imples omne ánimal benedictióne.

Voyez, tous les yeux,
Remplis d’espérance,
Vers Vous, ô mon Dieu,
Dans les airs s’élancent.

Ô Seigneur aimant,
Votre main si bonne,
Au juste moment,
Nous aide et nous donne.

Votre main bénit
Nos âmes tremblantes
Et si démunies
Qui pourtant Vous chantent.

Antiphonaire - CC ignis

Te Deum – Liturgie #9


Antiphonaire - CC ignis
Antiphonaire – CC ignis

Il était d’usage, après les grandes victoires, de célébrer un Te Deum pour remercier Dieu de l’appui qu’Il avait accordé. Bien que je ne sois pas une nation, j’ai reçu de nombreuses grâces pour obtenir un concours, la semaine dernière précisément, raison pour laquelle je n’ai pas publié de poème sur ce blogue. Rassurez-vous, toutefois, la cadence va reprendre, à un rythme plus soutenu.

Mon Seigneur, ô mon Dieu, je chante Vos louanges !
Avec toute la création,
Avec l’armée des saints et le chœur de Vos anges,
J’entonne un chant de gloire et de bénédiction.

De leur plus belle voix, les puissances du Ciel,
Derrière Vos grands séraphins,
Glorifient Votre Nom, ô Seigneur éternel,
Et tressaillant d’amour, ils répètent sans fin :

« Qui peut se dire saint, sinon Vous, ô Seigneur,
Vous dont la perfection,
La majesté, la gloire, éblouit à toute heure
Les cohortes du ciel et les mille nations ? »

Du crépuscule à l’aube et du matin au soir,
Qu’importe le lion ou le loup !
Le prophète et l’apôtre, ô Prince plein de gloire,
Et le martyr candide, à l’unisson Vous louent.

L’Église immaculée proclame Vos mérites,
Vous, ô Père radieux,
Vous, ô Fils, divin Fils, dans son plus noble rite,
Et Vous, ô Saint-Esprit, qui n’êtes pas moins Dieu !

Fils éternel du Père, ô Christ, je Vous adore !
Ô Jésus, très doux Souverain,
Qui pour revêtir l’homme et rejeter la mort
N’avez point dédaigné la Vierge pour écrin !

Sur le hideux péché, Seigneur Dieu, quel triomphe !
Tous ceux qui croient en Votre Nom
Pourront Vous voir siéger au trône chrysogomphe
Parmi tous Vos guerriers portant Vos gonfanons.

Un jour, avec le sceptre et la main de justice,
Vous reviendrez pour nous juger ;
Pitié ! Dès maintenant, extirpez tous nos vices ;
Avant le Jugement, venez nous corriger.

Conduisez Votre peuple, ô Colonne de flammes,
Jusques aux joies du Paradis ;
Faites souffrir nos chairs, mais délivrez nos âmes ;
Que l’homme soit sauvé comme il lui fut prédit.

Tous les jours, ô Seigneur, que Votre main nous donne,
Avec ma trompette fendue,
Dans le sombre du cœur, ou la foule, je sonne,
Je chante en Votre honneur, me sachant entendu.

Nous Vous en supplions, regardez en ce jour
Votre serviteur à genoux ;
A nos supplications, ne demeurez point sourd :
Loin du péché, Seigneur, par pitié, tenez-nous.

Nous avons mis en Vous une grande espérance :
Soyez-nous miséricordieux ;
Ô Seigneur, Votre amour est pour nous plus qu’immense :
Laissez-nous pour toujours Vous rejoindre, ô mon Dieu.