Dieu le Père trônant, entouré de la Vierge Marie et du Christ

Visitation de la Vierge Marie – Alléluia


Allelúia, allelúia. V/. Felix es, sacra Virgo María, et omni laude digníssima : quia ex te ortus est sol iustítiæ, Christus, Deus noster. Allelúia.

Dieu le Père trônant, entouré de la Vierge Marie et du Christ
Dieu le Père trônant, entouré de la Vierge Marie et du Christ

Vierge sainte, ô Vierge Marie,
Ô Reine du Ciel et des anges,
Ô digne de toute louange,
Votre joie pour toujours fleurit.

De votre sein vient Jésus-Christ,
Le Dieu que Ses fidèles mangent,
Et l’astre éclatant qui se venge
Du crime et qui nous en guérit.

 

Publicités
Le Saint-Esprit souffle où Il veut - CC Penitentsblancs

Cinquième dimanche après la Pentecôte – Graduel


Graduale. Ps. 83, 10 et 9.
Protéctor noster, áspice, Deus, et réspice super servos tuos.
V/. Dómine, Deus virtútum, exáudi preces servórum tuórum.

Le Saint-Esprit souffle où Il veut - CC Penitentsblancs
Le Saint-Esprit souffle où Il veut – CC Penitentsblancs

Ô Vous qui nous couvrez de Votre main puissante,
Vos humbles serviteurs et Vos faibles servantes,
Daignez les regarder, mon Dieu.

Ô Vous qui dirigez des armées invincibles,
Ô Seigneur à qui seul il n’est rien d’impossible,
Soyez-nous miséricordieux.

 

La Sainte Trinité - Les Grandes Heures d'Anne de Bretagne

Trinité – Introït


Ant. ad Introitum. Tob. 12, 6.
Benedícta sit sancta Trínitas atque indivísa Unitas : confitébimur ei, quia fecit nobíscum misericórdiam suam.
Ps. 8, 2.
Dómine, Dóminus noster, quam admirábile est nomen tuum in univérsa terra !
V/.Glória Patri.

La Sainte Trinité - Les Grandes Heures d'Anne de Bretagne
La Sainte Trinité – Les Grandes Heures d’Anne de Bretagne

Ô Trinité très sainte, indivisible Union,
À Vous l’encens, la gloire et la bénédiction.
Du Ciel coule sur nous Votre miséricorde
Comme un torrent furieux qui gonfle et qui déborde.
Seigneur, ô Seigneur notre Dieu,
Votre Nom est grand en tous lieux.

 

Le Saint-Esprit souffle où Il veut - CC Penitentsblancs

Mardi de Pentecôte – Communion


Ant. ad Communionem. Ioann. 15, 26 ; 16, 14 ; 17, 1 et 5.
Spíritus qui a Patre procédit, allelúia : ille me clarificábit, allelúia, allelúia.

Le Saint-Esprit souffle où Il veut - CC Penitentsblancs
Le Saint-Esprit souffle où Il veut – CC Penitentsblancs

Le Saint-Esprit qui procède du Père
Me rendra gloire, au Ciel et sur la terre.

 

Ascension du Seigneur - Cathédrale Notre-Dame des Anges de Los Angeles

Dimanche après l’Ascension – Offertoire


Ant. ad Offertorium. Ps. 46, 6.
Ascéndit Deus in iubilatióne, et Dóminus in voce tubæ, allelúia.

Ascension du Seigneur - Cathédrale Notre-Dame des Anges de Los Angeles
Ascension du Seigneur – Cathédrale Notre-Dame des Anges de Los Angeles

Dieu monte au Ciel, et tous les chœurs
Des anges éclatent de joie.
Sonnez, sonnez, buccins vainqueurs ;
Trompettes, donnez de la voix !

 

L'Agneau de Dieu

Cinquième dimanche après Pâques – Introït


Ant. ad Introitum. Is. 48, 20.
Vocem iucunditátis annuntiáte, et audiátur, allelúia : annuntiáte usque ad extrémum terræ : liberávit Dóminus pópulum suum, allelúia, allelúia.
Ps. 65, 1-2.
Iubiláte Deo, omnis terra, psalmum dícite nómini eius : date glóriam laudi eius.
V/.Glória Patri.

L'Agneau de Dieu
L’Agneau de Dieu

Portez jusqu’aux confins cette douce nouvelle :
« Le Seigneur a rouvert les portes éternelles,
Il a sauvé Son peuple et libéré les Siens.
Vous étiez affligés ? L’allégresse revient !

Ô terre, loue ton Dieu, frémis de joie, exulte,
Rends-Lui l’honneur qui Lui est dû.
Que tout homme se lève et fasse un grand tumulte
Pour honorer le nom par qui Dieu fut rendu.

 

La Réforme liturgique anglicane - Portrait de Cranmer

Un coup d’essai du diable ?


La Réforme liturgique anglicane - Portrait de Cranmer
La Réforme liturgique anglicane – Portrait de Cranmer

La réforme liturgique menée en Angleterre au XVIème siècle fut-elle un coup d’essai du diable ? On ne saurait croire autre chose à la lecture de ce livre de Michael Davies, ancien président d’Una Voce. Lorsqu’il raconte de quelle manière Cranmer, primat d’Angleterre mais protestant en secret, modifia le missel pour lui donner un sens acceptable pour les hérétiques, et tolérable pour les orthodoxes qui voulaient bien y croire, on est frappé par la ressemblance avec le missel de 1969 et de tous ses dérivés, officiels ou non. En fait, on croirait bien souvent que c’est de celui-là qu’il parle, non du Prayer Book de Cranmer.

La langue vernaculaire ? La communion sous les deux espèces ? Le remplacement de l’autel par une table ? Le refus de l’orientation ad Orientem ? L’abandon des prières au bas de l’autel ? de l’Offertoire ? de la rampe de communion ? La participation active du peuple ? L’ajout, après les mots « Ceci est mon Corps » des mots : « livré pour vous » ? Tout cela est contenu dans le Prayer Book de Cranmer.

Les Anglais, surtout du peuple, furent majoritairement opposés à ce nouveau rituel hétérodoxe, à tout le moins ambigu. Ils se révoltèrent, ils furent vaincus, et leurs enfants, baignés dans cette nouvelle messe, qui en portait le nom sans l’être encore, furent protestants. Lex orandi, lex credendi.

Terminons ce petit billet qui sort un peu des limites de ce blogue par ce poème, trouvé à la page 112, écrit par John Lydgate au début du seizième siècle, et qui était récité pendant l’élévation, du temps que l’Angleterre avait encore la foi.

Hail Jesu, our health, our ghostly food,
Hail blessed Lord here in the form of bread,
Hail, for mankind offered in the rood,
For our redemption with Thy blood made red,
Stung to the heart with a spear-head,.
Now gracious Jesu, for Thy wounds five,
Grant of Thy mercy before I be dead
Clean housel and shrift while I am alive.

Salut, ô doux Jésus, vous qui nous guérissez,
Et qui de votre chair nos âmes nourrissez.
Sous l’espèce du pain Seigneur ici présent,
Immolé sur la croix rouge de votre sang
Pour notre Rédemption ; Jésus, très doux Sauveur,
D’une lance percé jusques au fond du cœur,
Par vos cinq plaies sacrées daigne votre pitié
M’admettre au saint banquet l’âme purifiée
Avant que je ne meure, et tandis que je vis,
Absoudre de tout mal le pécheur que je suis.

La traduction n’est pas de mon fait, et, en l’absence de toute référence, il y a fort à parier qu’elle soit du traducteur, Jacques Cloarec.

La Sainte Trinité - Les Grandes Heures d'Anne de Bretagne

Quatrième dimanche après Pâques – Épître


Léctio Epístolæ beáti Iacóbi Apóstoli.
Iac. 1, 17-21.
Caríssimi : Omne datum óptimum, et omne donum perféctum desúrsum est, descéndens a Patre lúminum, apud quem non est transmutátio nec vicissitúdinis obumbrátio. Voluntárie enim génuit nos verbo veritátis, ut simus inítium áliquod creatúræ eius. Scitis, fratres mei dilectíssimi. Sit autem omnis homo velox ad audiéndum : tardus autem ad loquéndum et tardus ad iram. Ira enim viri iustítiam Dei non operátur. Propter quod abiiciéntes omnem immundítiam et abundántiam malítiæ, in mansuetúdine suscípite ínsitum verbum, quod potest salváre ánimas vestras.

La Sainte Trinité - Les Grandes Heures d'Anne de Bretagne
La Sainte Trinité – Les Grandes Heures d’Anne de Bretagne

Tout beau présent, mes bien aimés,
Tout don parfait descend du Ciel ;
Il nous vient du Dieu des armées
Et de Sa lumière éternelle.

Pas une ombre sur Ses rayons,
Pas une seule altération !

Il voulut nous tirer du sol
Au début des siècles anciens,
Et d’une seule vraie parole
Il nous fit pour devenir Siens.

Vous le savez, il faut, mes frères,
Beaucoup écouter et se taire.

Laissez dans la paix vos esprits,
Ne permettez pas qu’ils s’irritent.
Dans ces cœurs que l’orage a pris,
Est-ce que la justice habite ?

En vos cœurs Dieu planta Ses mots :
Libérez-vous donc de vos maux.

Ils sont comme un lierre qui monte,
S’agrippe et fait mourir le tronc.
Écoutez Dieu, pour que la honte
Ne fasse pas rougir vos fronts.

Quand vous présenterez votre âme,
Faites-le sans risquer de blâmes.

 

Saint Léon le Grand - Francisco Herrera le Jeune

Saint Léon Ier – Alléluia pascal (Messe Si diligis)


Tempore paschali omittitur graduale, et eius loco dicitur :
Allelúia, allelúia. V/. Matth. 16, 18. Tu es Petrus, et super hanc petram ædificábo Ecclésiam meam. Allelúia, allelúia.
Allelúia. V/. Ps. 44, 17, 18. Constítues eos príncipes super omnem terram : mémores erunt nóminis tui, Dómine. Allelúia.

Saint Léon le Grand - Francisco Herrera le Jeune
Saint Léon le Grand – Francisco Herrera le Jeune

Oublie Simon !
Tu seras désormais un roc,
Toi qui fus tiré du limon,
Et tu ne craindras point les chocs.

J’établirai
Sur ton rocher Ma sainte Église.
Ton front brillera de Mes rais,
La terre te sera soumise.

Garde Mon Nom,
Demeure-Moi toujours fidèle.
Que tes lois et tes canons
Prennent Ma Loi pour modèle.

Les Saintes Femmes au Saint Sépulcre - Benjamin West

Lundi de Pâques – Alléluia


Allelúia, allelúia. V/. Matth. 28, 2.
Angelus Dómini descéndit de cælo : et accédens revólvit lápidem, et sedébat super eum.

Les Saintes Femmes au Saint Sépulcre - Benjamin West
Les Saintes Femmes au Saint Sépulcre – Benjamin West

L’ange de Dieu descendit sur la terre,
Près du Tombeau dont il ouvrit l’issue ;
Comme un orage, il fit rouler la pierre
Et s’assit au-dessus.

 

Cranach - La Résurrection

Dimanche de Pâques – Offertoire


Ant. ad Offertorium. Ps. 75, 9-10.
Terra trémuit, et quiévit, dum resúrgeret in iudício Deus, allelúia.

Cranach - La Résurrection
Cranach – La Résurrection

Pourquoi la terre tremble-t-elle ?
Pourquoi te tais-tu, sol mortel ?
L’abîme s’ouvre, et du milieu
Des enfers paraît notre Dieu.
Voici le fruit du Sacrifice :
Il règne et rendra la justice.

 

Le Christ en Croix

Jeudi Saint – Graduel


Graduale. Philipp. 2, 8-9.
Christus factus est pro nobis obœdiens usque ad mortem, mortem autem crucis.
V/. Propter quod et Deus exaltávit illum : et dedit illi nomen, quod est super omne nomen.

Le Christ en croix
Le Christ en croix

Si le Christ s’abaissa par Son humble naissance,
Quelle suprême obéissance
Lorsqu’Il expira sur la croix,
La croix ! dont le nom seul nous fait trembler d’effroi !

Dieu vit que de Lui-même aux plus affreux supplices
S’était livré Son glorieux Fils,
Et Lui remit un nom plus grand,
Au-dessus de tous ceux qui sont au premier rang.

 

Mercredi de la Passion – Offertoire


Ant. ad Offertorium. Ps. 58, 2.
Eripe me de inimícis meis, Deus meus : et ab insurgéntibus in me líbera me, Dómine.

Jésus en prison - Copyright Notice - Private Collection Digital Images (c) 2012 Cynthia A. Stevens, all rights reserved
Jésus en prison – Copyright Notice – Private Collection Digital Images (c) 2012 Cynthia A. Stevens, all rights reserved

De la griffe affreuse et noire,
Des doigts tordus faits de nœuds
Qui des fonds fuligineux
Où leur orgueil les fit choir
S’extirpent pour m’y plonger,
Dieu ! Venez me protéger !

Voici que l’ombre se lève
Et se donne un jour charmant ;
Sa lèvre suave ment
Et m’hallucine de rêves !
Venez, venez, ô Seigneur vrai,
Venez, venez me délivrer !

L'Agneau de Dieu

Sexagésime – Secrète


Secreta.
Oblátum tibi, Dómine, sacrifícium, vivíficet nos semper et múniat. Per Dóminum nostrum.

 

L'Agneau de Dieu
L’Agneau de Dieu

 

Les mains tendues vers Vous, je dépose à Vos pieds
L’eau du sein et l’Agneau sous Vos yeux sacrifiés :
Entourez, ô Rai d’or, nos temples d’un rempart,
Et faites nous entrer dans Vos vergers le soir.

  • Mains tendues : attitude du suppliant
  • Déposer aux pieds de : offrir
  • L’eau du sein : le sang du Christ
  • L’agneau : le corps du Christ
  • Rai d’or : Dieu
  • Temple : corps du chrétien
  • Rempart : protection
  • Vergers : le paradis
  • Soir : mort