Sacré-Cœur de Jésus - CC The Photographer

Christ-Roy – Communion


Ant. ad Communionem. Ps. 28, 10 et 11.
Sedébit Dóminus Rex in ætérnum : Dóminus benedícet pópulo suo in pace.

Sacré-Cœur de Jésus - CC The Photographer
Sacré-Cœur de Jésus – CC The Photographer

Il fut remis au Christ tout pouvoir sur la terre
Et dans l’éternité,
Car Il s’est acquitté de Son saint ministère :
En rachetant le monde, Il a tout mérité.

Majestueusement, sous le triple diadème,
Il règne, Il est le Roy !
Sous Son sceptre sacré surmonté d’une croix,
Il rassemble et bénit l’heureux peuple qu’Il aime.

Publicités
Tobie et l'archange saint Raphaël - Pieter Lastman

Saint Raphaël – Introït


Ant. ad Introitum. Ps. 102, 20.
Benedícite Dóminum, omnes Angeli eius : poténtes virtúte, qui fácitis verbum eius, ad audiéndam vocem sermónum eius.
Ps. ibid., 1.
Benedic, ánima mea. Dómino : et ómnia, quæ intra me sunt, nómini sancto eius.
V/. Glória Patri.

Tobie et l'archange saint Raphaël - Pieter Lastman
Tobie et l’archange saint Raphaël – Pieter Lastman

Anges de Dieu, qui contemplez Sa face,
Bénissez-Le !
Anges puissants qui répandez Sa grâce
Et sur Son ordre allez du Ciel si bleu
Jusqu’à la terre et nos âmes si noires,
Bénissez Dieu de l’aube au soir.

Et toi, mon cœur, bénis le Roy des Cieux !
Prie-Le qu’Il fasse
Que tout en toi Le chante de son mieux,
Et que jamais, jamais tu ne te lasses
De glorifier le seul, l’unique Roy,
Et Son saint nom en qui tu crois.

Sainte Marguerite-Marie Alacoque - Johann Baptist Moroder-Lusenberg - CC Wolfgang Moroder

Sainte Marguerite-Marie Alacoque – Communion


Ant. ad Communionem. Cant. 6, 2.
Ego dilécto meo, et diléctus meus mihi, qui páscitur inter lília.

Sainte Marguerite-Marie Alacoque - Johann Baptist Moroder-Lusenberg - CC Wolfgang Moroder
Sainte Marguerite-Marie Alacoque – Johann Baptist Moroder-Lusenberg – CC Wolfgang Moroder

À qui suis-je ? Ô mon Amour,
Je suis à Toi !
Et Toi, Tu es sans retour
À moi, mon Roy !

Tu vas au milieu des lys,
Doux, droits et blancs ;
Mon cœur, aux fleurs qui pâlissent,
Est ressemblant.

Un retable de la Crucifixion

Exaltation de la Sainte Croix – Alléluia


Allelúia, allelúia. V/. Dulce lignum, dulces clavos, dúlcia ferens póndera : quæ sola fuísti digna sustinére Regem cælórum et Dóminum. Allelúia.

Un retable de la Crucifixion
Un retable de la Crucifixion

Qu’il est doux le bois
Sacré de la Croix,
Et doux les trois clous de fer
Mais nul n’est pour nous
Plus tendre et plus doux
Que l’Homme-Dieu qu’ils portèrent.

Ô bois assassin
Et pourtant si saint,
Le Ciel te jugea seul digne
De porter son Roy
Et fit de ta croix
Son plus noble et plus grand signe.

Saint Gorgon - CC G. Garitan

Saint Gorgon – Secrète


Secreta
Grata tibi sit, Dómine, nostræ servitútis oblátio : pro qua sanctus Gorgónius Martyr intervéntor exsístat. Per Dóminum.

Saint Gorgon - CC G. Garitan
Saint Gorgon – CC G. Garitan

Ô Seigneur, que cette humble offrande
Que présente en tremblant ma main,
Mais qui bientôt deviendra grande,
Soit admise à Votre examen.

Saint Gorgon qu’aujourd’hui l’Église
Chante, acclame et redit glorieux,
Accordez-nous votre entremise
Près du Roy miséricordieux.

Naissance de saint Etienne de Hongrie

Saint Étienne de Hongrie – Épître


Léctio libri Sapiéntiæ.
Eccli. 31, 8-11.
Beátus vir, qui invéntus est sine mácula, et qui post au-rum non ábiit, nec sperávit in pecúnia et thesáuris. Quis est hic, et laudábimus eum ? fecit enim mirabília in vita sua. Qui probátus est in illo, et perféctus est, erit illi glória ætérna : qui potuit tránsgredi, et non est transgréssus : fácere mala, et non fecit : ídeo stabilíta sunt bona illíus in Dómino, et eleemósynis illíus enarrábit omnis ecclésia sanctórum.

Naissance de saint Etienne de Hongrie
Naissance de saint Etienne de Hongrie

Ô vous que le Seigneur a trouvé sans péché,
Vous que Dieu n’a point vu se gaver de richesses,
Que Dieu n’a point trouvé le visage penché
Devant l’or et l’argent qui tous deux disparaissent,
De vous nous pouvons dire : « Ah, cet homme est heureux ! »
Quel est son nom ? Cet homme a droit à nos louanges.
Il a suivi sans faille un chemin valeureux,
Et reçu le trophée de la main des saints anges.
Quel est le nom de l’homme éprouvé par son Roy
Et par Lui trouvé saint, sans tache et sans souillure ?
Il pouvait jeter bas le cadeau de la croix,
Piétiner son fardeau ; mais il est resté pur.
Admirez donc celui qui souffrit et pourtant
Demeura jusqu’au soir ferme autant que fidèle :
Son Seigneur le fait roi d’un royaume hors du temps
Et devant tous le vêt d’une gloire éternelle.

Le Saint-Esprit souffle où Il veut - CC Penitentsblancs

Lundi de la Pentecôte – Introït


Ant. ad Introitum. Ps. 80, 17.
Cibávit eos ex ádipe fruménti, allelúia : et de petra, melle saturávit eos, allelúia, allelúia.
Ps. ibid., 2.
Exsultáte Deo, adiutóri nostro : iubiláte Deo Iacob.
V/.Glória Patri.

Le Saint-Esprit souffle où Il veut - CC Penitentsblancs
Le Saint-Esprit souffle où Il veut – CC Penitentsblancs

Il n’a pas nourri Ses fils de pain sec et d’eau saumâtre
Mais de la fleur du froment,
Et du miel sans cire et pur qui coule d’un bloc d’albâtre
Et plairait au plus gourmand.

Fais entendre au monde entier, hurle, rends-le presque sourd
Devant l’éclat de ta joie !
Chante le Dieu de Jacob, ton Seigneur et ton secours,
Ton protecteur et ton Roy !

Sainte Hostie de la Chapelle de Dijon - Barthélémy d'Eyck (attribution)

Quatrième Dimanche après Pâques – Postcommunion


Postcommunio.
Adésto nobis, Dómine, Deus noster : ut per hæc, quæ fidéliter súmpsimus, et purgémur a vítiis et a perículis ómnibus eruámur. Per Dóminum nostrum.

Sainte Hostie de la Chapelle de Dijon - Barthélémy d'Eyck (attribution)
Sainte Hostie de la Chapelle de Dijon – Barthélémy d’Eyck (attribution)

Ô divin Roy du Ciel, Vous venez sous la voûte
De mon âme qui tremble et de joie frémit toute,
Et de l’éternité boit déjà quelques gouttes.

Restez, restez Seigneur : le vice est résistant,
Et les périls nombreux pour qui vit dans le temps ;
Restez, arrachez-nous aux griffes de satan.

Cranach - La Résurrection

Jeudi de Pâques – Introït (Sonnet)


Ant. ad Introitum. Sap. 10, 20-21.
Victrícem manum tuam, Dómine, laudavérunt páriter, allelúia : quia sapiéntia apéruit os mutum, et linguas infántium fecit disértas, allelúia, allelúia.
Ps. 97, 1.
Cantáte Dómino cánticum novum : quia mirabília fecit.
V/.Glória Patri.

Cranach - La Résurrection
Cranach – La Résurrection

Entendez, fils d’Adam, les trompettes de gloire
Et tous les chœurs du Roy des Cieux
Célébrer dans la joie Sa terrible victoire
Et Son bras victorieux.

La Sagesse divine a montré Son pouvoir
Et fait parler le silencieux ;
La bouche du muet, Il l’a remplie d’espoir
Et du désir de Dieu.

Acclamez le Seigneur, exaltez-Le, vous dis-je,
Car pour nous délivrer Il a fait des prodiges
Et des merveilles de Ses mains.

Entendez donc Sa voix ! Écoutez ! Que dit-elle ?
« Chantez de nouveaux chants et des hymnes nouvelles
Aujourd’hui et demain. »

Annonciation - Façade de la cathédrale d'Orvieto - CC LPLT

Annonciation – Trait


Tractus. Ps 44:11 et 12.
Audi, fília, et vide, et inclína aurem tuam: quia concupívit Rex speciem tuam.
Ps 44:13 et 10.
Vultum tuum deprecabúntur omnes dívites plebis: fíliæ regum in honóre tuo.
Ps 44:15-16.
Adducántur Regi Vírgines post eam: próximæ eius afferéntur tibi.
V. Adducántur in lætítia et exsultatióne: adducántur in templum Regis.

Annonciation - Façade de la cathédrale d'Orvieto - CC LPLT
Annonciation – Façade de la cathédrale d’Orvieto – CC LPLT

Entends, ma fille, entends la clameur du héraut,
Et donne libre cours à la joie dans ton cœur,
Car tu n’en auras jamais trop,
Puisque approche de toi dans toute Sa splendeur
Notre adorable et divin Roy !
Ta beauté sans égale a ravi ton Seigneur :
Donne à ton tendre esprit libre cours à sa joie !

Vois donc dans l’avenir combien d’hommes se pressent,
S’inclinent à tes pieds et te prient humblement !
Toute la cour et la noblesse
Vient chercher ta faveur comme ton agrément,
Et les plus puissants te demandent
De prier ton Époux d’être pour eux clément
Et font pour te fléchir mille dons, mille offrandes !

Tes compagnes seront après toi présentées
Au Seigneur de ton âme et de tout l’univers
Dans l’infinie félicité.
Le temple fleurira de blanches primevères,
Et puis de chrysanthèmes blancs,
Lorsque les vantaux d’or seront soudain ouverts
Et qu’elles entreront, timides, à pas lents.

Saint Joseph et l'Enfant Jésus - Guido Reni

Saint Joseph, époux de la Vierge Marie – Postcommunion


Postcommunio
Adésto nobis, quǽsumus, miséricors Deus : et, intercedénte pro nobis beáto Ioseph Confessóre, tua circa nos propitiátus dona custódi. Per Dóminum.

Saint Joseph et l'Enfant Jésus - Guido Reni
Saint Joseph et l’Enfant Jésus – Guido Reni

Ô Seigneur, faites-nous l’aumône
De venir siéger sur le trône
Ouvré pour Vous dans notre esprit !

Siégez, ô seul Roy qu’on encense,
Ô vrai Roy de toute puissance
Sans nous accabler de mépris.

De Vous, nous ne sommes pas dignes,
Mais Votre serviteur insigne,
Joseph, pour nous Vous parlera.

Alors, sensible à sa prière,
Donnez au peuple qui Vous sert
La protection de Votre bras.

Le Christ représenté en pélican - CC Montréalais

Premier Dimanche de Carême – Offertoire


Ant. ad Offertorium. Ps 90:4-5
Scápulis suis obumbrábit tibi Dóminus, et sub pennis eius sperábis: scuto circúmdabit te véritas eius.

Le Christ représenté en pélican - CC Montréalais
Le Christ représenté en pélican – CC Montréalais

Il te prendra sous Son aile,
Sous Sa plume paternelle,
Et tu ne craindras plus rien.

Il versera dans ton cœur
La plus douce des liqueurs :
L’espérance de Ses biens.

Il couvrira tout ton corps
Des atteintes de la mort
Sous l’écu de la vraie foi.

Ton cœur libre de sa gangue
Laissera dire à ta langue :
« Que je Vous aime, ô mon Roy ! »

Saint Mathias - Simone Martini

Saint Mathias – Trait


Tractus. Ps 20:3-4.
Desidérium ánimæ eius tribuísti ei: et voluntáte labiórum eius non fraudásti eum.
V. Quóniam prævenísti eum in benedictiónibus dulcédinis.
V. Posuísti in cápite eius corónam de lápide pretióso.

Saint Mathias - Simone Martini
Saint Mathias – Simone Martini

Il voulait, dans sa poitrine,
Recueillir tout l’or des Cieux,
Les trésors les plus précieux
Et les richesses divines.

Parmi les hommes mauvais
Qui grouillent sur notre sol,
Dieu Se plut à ses paroles,
Et vit comme il Le servait.

La voix qui passait sa lèvre
N’avait pas un faux accent,
Séducteur et caressant,
Mais venait droit de sa plèvre.

Son effort ne fut pas vain :
Au contraire, qu’on y pense !
Quelle grande récompense
Il reçut du Roy divin !

Pour sa vie si sainte et pieuse,
Dieu, sur sa tête bénie,
Mit un diadème garni
De mille pierres précieuses.

Sainte Agnès - Le Dominiquin

Sainte Agnès – Postcommunion


Postcommunio.
Refécti cibo potúque cælésti, Deus noster, te súpplices exorámus : ut, in cuius hæc commemoratióne percépimus, eius muniámur et précibus. Per Dóminum.

Sainte Agnès - Le Dominiquin
Sainte Agnès – Le Dominiquin

Ô Corps si cher,
Ô Sang si saint,
Qui vins sur terre
Et dans mon sein !

Ô Chair d’Amour,
Ô divin mets,
Fais-moi secours
À tout jamais !

Ô jour d’Agnès,
Supplie pour moi
La tendre nièce
Du tendre Roy !