Saint Léon le Grand - Francisco Herrera le Jeune

Saint Léon Ier – Alléluia pascal (Messe Si diligis)


Tempore paschali omittitur graduale, et eius loco dicitur :
Allelúia, allelúia. V/. Matth. 16, 18. Tu es Petrus, et super hanc petram ædificábo Ecclésiam meam. Allelúia, allelúia.
Allelúia. V/. Ps. 44, 17, 18. Constítues eos príncipes super omnem terram : mémores erunt nóminis tui, Dómine. Allelúia.

Saint Léon le Grand - Francisco Herrera le Jeune
Saint Léon le Grand – Francisco Herrera le Jeune

Oublie Simon !
Tu seras désormais un roc,
Toi qui fus tiré du limon,
Et tu ne craindras point les chocs.

J’établirai
Sur ton rocher Ma sainte Église.
Ton front brillera de Mes rais,
La terre te sera soumise.

Garde Mon Nom,
Demeure-Moi toujours fidèle.
Que tes lois et tes canons
Prennent Ma Loi pour modèle.

Publicités
Tu es Petrus - CC SteO153

Saint Marcel Ier – Évangile (Messe Si diligis)


 

+ Sequéntia sancti Evangélii secúndum Matthǽum.
Matth. 16, 13-19.
In illo témpore : Venit Iesus in partes Cæsaréæ Philíppi, et interrogábat discípulos suos, dicens : Quem dicunt hómines esse Fílium hóminis ? At illi dixérunt : Alii Ioánnem Baptístam, alii autem Elíam, alii vero Ieremíam aut unum ex prophétis. Dicit illis Iesus : Vos autem quem me esse dícitis ? Respóndens Simon Petrus, dixit : Tu es Christus, Fílius Dei vivi. Respóndens autem Iesus, dixit ei : Beátus es, Simon Bar Iona : quia caro et sanguis non revelávit tibi, sed Pater meus, qui in cælis est. Et ego dico tibi, quia tu es Petrus, et super hanc petram ædificábo Ecclésiam meam, et portæ ínferi non prævalébunt advérsus eam. Et tibi dabo claves regni cælórum. Et quodcúmque ligáveris super terram, erit ligátum et in cælis : et quodcúmque sólveris super terram, erit solútum et in cælis.

Tu es Petrus - CC SteO153
Tu es Petrus – CC SteO153

« Qui, d’après la rumeur, serait le Fils de l’homme ?
D’après la renommée, comme est-ce qu’il se nomme ? »
Ainsi parlait le Christ aux siens.
« Pour les uns, c’est Élie », lui dit l’un des apôtres.
« Jérémie – Jean-Baptiste, à ce que disent d’autres.
– L’un des prophètes qui revient. »

– Mais pour vous, dit le Christ, qui suivez Mes vestiges ;
Pour vous qui M’entendez et Me voyez, qui suis-Je ? »
Or Simon se jette en avant,
Et répond sans attendre avec force et chaleur :
« C’est Toi, c’est vraiment Toi, le Christ, l’Oint du Seigneur,
L’unique Fils du Dieu vivant.

– Heureux es-tu, Simon ! Ni le sang, ni la chair
Ne t’ont soufflé ces mots ; ils viennent de Mon Père,
Ils te viennent du Roy des Cieux.
Quant à Moi, Je te dis : désormais tu es Pierre,
Et J’élève sur toi l’Église que l’enfer
Ne touchera qu’avec ses yeux.

Tu recevras bientôt de Ma main éternelle
La clef d’or et de sang de la porte du Ciel.
Tu deviendras Mon lieutenant.
Tu devras édicter des lois selon Mon Cœur
Qui vaudront ici-bas comme dans les Hauteurs,
Pouvoir sublime et rayonnant. »

Saint Télesphore

Saint Télesphore – Épître (Messe Si diligis)


Léctio Epístolæ beáti Petri Apóstoli.
l. Petri 5, 1-4 et 10-11.
Caríssimi : Senióres, qui in vobis sunt, obsécro consénior et testis Christi passiónum, qui et eius, quæ in futúro revelánda est, glóriæ communicátor : páscite qui in vobis est gregem Dei, providéntes non coácte, sed spontánee secúndum Deum, neque turpis lucri grátia, sed voluntárie ; neque ut dominántes in cleris, sed forma facti gregis ex ánimo. Et, cum appáruerit princeps pastórum, percipiétis immarcescíbilem glóriæ corónam. Deus autem omnis grátiæ, qui vocávit nos in ætérnam suam glóriam in Christo Iesu, módicum passos ipse perfíciet, confirmábit solidabítque. Ipsi glória et impérium in sǽcula sæculórum. Amen.

 

Saint Télesphore
Saint Télesphore

Je vous écris, chrétiens, que j’aime tendrement,
Et j’écris pour vous, chefs, particulièrement,
Vous à qui le Seigneur remit tant de pouvoir
Pour éclairer Son peuple en ces siècles si noirs.
Gouvernez sans orgueil et dans l’esprit de Dieu,
Sans regeindre à la tâche et sans être ambitieux,
Sans chercher les faveurs, les biens ou le prestige,
Mais soyez l’instrument de Celui qui dirige.
Ne faites point peser sur vos fils votre main,
Mais que votre existence montre à tous un chemin
Qui monte au Ciel. Alors, lorsqu’au tout dernier jour,
Le seul Pasteur sera parmi nous de retour,
Après un peu de temps d’épreuve et d’affliction,
Vous serez couronnés de Ses bénédictions.
Vous recevrez alors, et moi aussi, la gloire
Qui dure tout le jour qui n’a jamais de soir.

La Résurrection du Christ - Icône bulgare

Dimanche in Albis – Introït


Ant. ad Introitum. 1. Petri 2, 2. Introït
Quasi modo géniti infántes, allelúia : rationabiles, sine dolo lac concupíscite, allelúia, allelúia allelúia.
Ps. 80, 2.
Exsultáte Deo, adiutóri nostro : iubiláte Deo Iacob.
V/.Glória Patri.

La Résurrection du Christ - Icône bulgare
La Résurrection du Christ – Icône bulgare

Comme des enfants nouveaux-nés,
Alme liesse !
Ce lait pur qui nous est donné,
Allégresse !
Par l’épouse du jeune Adam,
Ayons-en le désir ardent.
Alme liesse,
Allégresse !

Exultons en mille heureux cris,
Alme liesse !
Pour notre Sauveur Jésus-Christ,
Allégresse !
Et poussons mille cris heureux
En l’honneur du Dieu des Hébreux.
Alme liesse,
Allégresse !

Saint Pierre

Chaire de Saint Pierre – Trait


Tractus. Matt 16:18-19
Tu es Petrus, et super hanc petram ædificábo Ecclésiam meam.
V. Et portæ ínferi non prævalébunt advérsus eam: et tibi dabo claves regni coelórum.
V. Quodcúmque ligáveris super terram, erit ligátum et in coelis.
V. Et quodcúmque sólveris super terram, erit solútum et in coelis.

Saint Pierre
Saint Pierre

Voici que J’ai posé Mon peuple sur ton roc
Afin que sur ton dos il ne craigne aucun choc.

Les portes de l’enfer pourront vomir satan,
Mais en vain claqueront ses sinistres battants.

Mais toi, reçois les clefs des admirables portes
Que J’ouvre de nouveau pour l’humanité morte.

Prince, règne en Mon Nom droit, miséricordieux,
Afin que l’univers suive la Loi de Dieu.

Statue de saint Paul au Vatican - CC AngMoKio

Quatrième dimanche après l’Épiphanie – Épître


Léctio Epístolæ beáti Páuli Apóstoli ad Romános.
Rom. 13, 8-10.
Fratres : Némini quidquam debeátis, nisi ut ínvicem diligátis : qui enim díligit próximum, legem implévit. Nam : Non adulterábis, Non occídes, Non furáberis, Non falsum testimónium dices, Non concupísces : et si quod est áliud mandátum, in hoc verbo instaurátur : Díliges próximum tuum sicut teípsum. Diléctio próximi malum non operátur. Plenitúdo ergo legis est diléctio.

Statue de saint Paul au Vatican - CC AngMoKio
Statue de saint Paul au Vatican – CC AngMoKio

Frère, n’aie qu’une dette, une dette d’amour,
Car tu devras aimer ton prochain chaque jour.
Tu as, fils de Moïse, appris la sainte Loi,
Et lorsqu’Il est venu, le Fils du divin Roy
N’a point jeté d’un coup ses préceptes par terre,
Mais Il est parmi nous venu pour la parfaire.
Aussi, ne vole pas, ne mens pas, ne tue point,
Ne trahis pas la femme à qui Dieu t’a conjoint,
Ne livre pas ta bouche aux jurons, aux blasphèmes,
En un mot comme en cent, en un mot, mon frère, aime.
La charité n’est pas ce pauvre sentiment
Qui fait vibrer ton cœur et qui parfois te ment,
Mais elle vient du Ciel, et non de l’animal,
Et fait toujours le bien, toujours, jamais le mal.
Au Ciel, même, que font les anges et les saints
Sinon servir l’Amour qui les tient en Son sein ?
Aime donc ton prochain, frère, comme toi-même,
Aime par-dessus tout, voilà la loi suprême.

Saint Sylvestre tuant un dragon et ressuscitant les victimes

Saint Sylvestre Ier – Alléluia (Messe Si diligis)


Allelúia, allelúia. V/. Matth. 16, 18 Tu es Petrus, et super hanc petram ædificábo Ecclésiam meam. Allelúia.

Saint Sylvestre tuant un dragon et ressuscitant les victimes
Saint Sylvestre tuant un dragon et ressuscitant les victimes

Ô Pierre, n’oublie pas que c’est sur ton épaule
Que J’ai daigné placé Mon corps, ce doux fardeau.
Ne faiblis point, ni tombe, et ne perds pas contrôle :
C’est Moi que tu ferais, le Christ ! choir de ton dos.

Saint Pierre

Commémoraison de tous les Saints Souverains Pontifes – Postcommunion (Pro aliquibus locis)


Postcommunio
Da, quǽsumus, Dómine, fidélibus pópulis : sanctórum Pontíficum tuórum semper veneratióne lætári ; et eórum perpétua supplicatióne muníri. Per Dóminum.

Saint Pierre
Saint Pierre

Donnez à Vos peuples fidèles
La joie de toujours célébrer
Vos Pontifes qui sont au Ciel.

Vous, nos chefs en ces lieux mortels,
Près de Dieu, pour nous, soupirez
De vos prières éternelles.

Saint Silvère

Saint Silvère – Introït (messe Si diligis)


Ant. ad Introitum. Ioann. 21, 15, 16 et 17.
Si díligis me, Simon Petre, pasce agnos meos, pasce oves meas. (T.P. Allelúia, allelúia.)
Ps. 29, 2.
Exaltábo te, Dómine, quóniam suscepísti me, nec delectásti inimícos.
V/.Glória Patri.

Saint Silvère
Saint Silvère

Si tu M’aimes, Simon, laisse ici tes filets
Et dans ce pré dont Dieu te confie la tutelle,
Fais paître Mon troupeau de brebis et d’agnels,
Et du terrible loup, Pierre, protège-les.

Vers Vous Seigneur, mon chant s’élève !
Vous m’avez trouvé terrassé
Et sous la menace d’un glaive.

Mais Vous avez daigné chasser
Celui qui m’avait mis à terre,
Et ma honte s’est effacée.

Il ne rit plus, mon adversaire,
Il se lamente dans la nuit !
Soyez béni, ô divin Père,

Secourable et céleste appui !

Saint Vincent de Lérins

Saint Vincent de Lérins – Evangile (Diocèses de Nancy et Toul, avant 1955)


+ Sequéntia sancti Evangélii secúndum Matthǽum.
Matth. 19, 27-29.
In illo témpore : Dixit Petrus ad Iesum : Ecce, nos relíquimus ómnia, et secúti sumus te : quid ergo erit nobis ? Iesus autem dixit illis : Amen, dico vobis, quod vos, qui secuti estis me, in regeneratióne, cum séderit Fílius hóminis in sede maiestátis suæ, sedébitis et vos super sedes duódecim, iudicántes duódecim tribus Israël. Et omnis, qui relíquerit domum, vel fratres, aut soróres, aut patrem, aut matrem, aut uxórem, aut fílios, aut agros, propter nomen meum, céntuplum accípiet, et vitam ætérnam possidébit.

Vincent_de_Lerins
Saint Vincent de Lérins

Pierre dit à Jésus : « Nous avons, ô Seigneur,
Tout laisser pour suivre Vos pas ;
Mais qu’arrivera-t-il ? Nous tremblons en nos cœurs,
Nous tremblons et ne savons pas.
– Imposez le silence à vos pensées de crainte
Car Je m’engage devant vous :
Quiconque suit Mes pas sur cette route sainte,
Tout cœur qui pour Moi se dévoue,
Lorsque le Fils de l’homme, auréolé de gloire,
Siégera plein de majesté,
Ô vous tous qui avez mis en Lui votre espoir
Votre heur sera manifesté.
Alors, vous jugerez les tribus d’Israël,
Et vous jouirez du plus haut rang ;
On vous acclamera, sur terre et dans le Ciel,
Et votre renom sera grand.
Quittez donc vos maisons, abandonnez vos frères,
Abandonnez tout votre bien,
Laissez derrière vous tout ce qui vous est cher,
Laissez tout sans regretter rien.
Car si vous laissez tout et marchez sur mes traces,
Je vous le dis, en vérité,
Vous recevrez de Dieu des rivières de grâces
Et vivrez pour l’éternité.

Biographie de saint Vincent de Lérins

Moine et écrivain du Vème siècle, frère de Loup de Troyes, Vincent de Lérins suivit des études profanes et théologiques, exerça le métier des armes puis se retira au monastère de Lérins. Ce Père de l’Église écrivit un Commonitorium ou aide-mémoire permettant de distinguer la vraie foie catholique des hérésies. (Un grand merci à mon épouse pour son aide)

Saint Pierre - Grão Vasco

Chaire de Saint Pierre – Communion (Acrostiche)


Ant. ad Communionem. Matth. 16, 18.
Tu es Petrus, et super hanc petram ædificábo Ecclésiam meam.

Pour toujours, désormais, on t’appellera Pierre,
Et c’est sur ce rocher que, des coins de la terre
Tous les hommes devront monter pour leur salut ;
Rien ne peut ébranler celui que J’ai élu :
Un homme dans l’orage aura sans cesse prise ;
Sur lui Je bâtirai mon infaillible Église.

Variante pour les quatrième et cinquième vers :
Rien ne peut jeter bas celui que J’ai élu :
Uni à lui, tout homme ébranlé aura prise.

Messe votive pour l’unité de l’Eglise – Offertoire


Ant. ad Offertorium. Rom. 15, 5-6.
Det vobis Deus idípsum sápere in altérutrum : ut unánimes uno ore honorificétis Deum nostrum.

Accordez, ô Très-Doux Seigneur,
Que nous soyons unis de cœur,
Et règne la paix entre nous ;
Venez, Divine Providence,
Pour que Votre admirable alliance
Entre tous Vos enfants se noue.

Que d’une seule voix, alors,
Comme un seul cœur, comme un seul corps,
Tous Vos fidèles réunis,
Depuis le matin jusqu’au soir
Rendent honneur, louange et gloire
A notre Seigneur infini.

Le Christ entouré de quatre anges

Saint Martin Ier, pape et martyr – Communion (avant 1942)


Ant. ad Communionem. Ps. 20, 4.
Posuísti, Dómine, in cápite eius corónam de lápide pretióso.

L’âme de saint Martin s’avance vers les Cieux :
Déjà les portes chrysogomphes1
S’ouvrent devant les pas d’un pontife si pieux,
Et la foule des saints et des anges glorieux
Célèbre dans la liesse un si juste triomphe.

Saint Pierre le reçoit et, lui montrant la voie,
Mène son juste successeur
Devant l’illustre trône où siège le Grand Roy,
Et, pour avoir souffert et péri pour la foi,
Dieu pose sur son front la couronne d’honneur.

1 : Chrysogomphe : ce mot extrêmement rare, inventé par les frères Berthelot, signifie : qui a des charnières en or, ou clouté d’or.

Saint Apollinaire

Saint Apollinaire – Secrète


Saint Apollinaire
Saint Apollinaire

Secreta.
Réspice, Dómine, propítius super hæc múnera : quæ pro beáti Sacerdótis et Martyris tui Apollináris commemoratióne deférimus, et pro nostris offensiónibus immolámus. Per Dóminum.

Paraphrase de la secrète

Le prêtre a déposé l’offrande sur l’autel,
L’offrande immaculée, l’offrande sainte et belle,
Que nous vous présentons, en suivant Vos desseins,
Pour Votre saint martyr, et Votre prêtre saint,
Pour Votre serviteur, le grand Apollinaire,
Apôtre de Ravenne et disciple de Pierre.
Jetez, jetez, Seigneur, un regard complaisant,
Nous Vous en supplions, sur ces chastes présents.
A Vous qui nous avez libérés de la mort,
Nous Vous les immolons pour expier nos torts.