Dieu le Père - Cima da Conegliano

Quatrième dimanche après la Pentecôte – Introït


Ant. ad Introitum. Ps. 26, 1 et 2.
Dóminus illuminátio mea et salus mea, quem timebo ? Dóminus defénsor vitæ meæ, a quo trepidábo ? qui tríbulant me inimíci mei, ipsi infirmáti sunt, et cecidérunt.
Ps. ibid., 3.
Si consístant advérsum me castra : non timébit cor meum.
V/.Glória Patri.

Dieu le Père - Cima da Conegliano
Dieu le Père – Cima da Conegliano

Seigneur, Vous êtes ma lumière ;
Seigneur, Vous êtes mon salut :
Je ne tremblerai plus.

Vous me protégez de l’enfer ;
Vous gardez en paix mon esprit :
La peur n’a plus de prix.

Celui qui me voulait du mal,
Au contraire s’est affaissé
Et gît dans le fossé.

Toutes les armées infernales
Ne me troubleraient même pas,
Car Dieu guide mes pas.

 

Saint Jean-Baptiste au désert - Anton Raphael Mengs

Nativité de Saint Jean-Baptiste – Offertoire (Acrostiche)


Ant. ad Offertorium. Ps. 91, 13.
Iustus ut palma florébit : sicut cedrus, quæ in Líbano est, multiplicábitur.

Saint Jean-Baptiste au désert - Anton Raphael Mengs
Saint Jean-Baptiste au désert – Anton Raphael Mengs

Justes élus de Dieu, au jardin éternel,
Vous élevez vos fleurs et vos rameaux au ciel
Sous le Soleil brillant de Ses rayons divins
Tout comme des palmiers, des cèdres et des pins.
Vous élevez toujours vos faîtes pleins de gloire,
Sublimes dans le jour qui n’aura point de soir

 

Jean Raspail - © Lionel Allorge

Tombeau de Jean Raspail – Sonnet


Jean Raspail - © Lionel Allorge
Jean Raspail – © Lionel Allorge

Voici venue pour vous la douceur du tombeau ;
Et votre esprit agile enfui d’un corps mortel,
Après avoir brandi le lucide flambeau,
Avoir tant défendu et le Sceptre et l’Autel,

Enfin tant évoqué les rêves les plus beaux,
Vagabonde à présent sur la rive éternelle.
Bientôt croasseront les plus hideux corbeaux
Proférant, travestis, que votre œuvre était belle.

Oh, ils diront partout, mais pour vous oublier,
Que vos livres jouaient avec le sablier,
Teintés d’une atmosphère obscure et nostalgique,

Âpres et exaltants, et presque liturgiques :
L’écho multiplié d’une morte saison ;
Mais ils ne diront pas que vous aviez raison.

N.B. J’ai écrit ce poème il y a plus de dix ans, à un moment où quelque rumeur le disait près d’expirer. À la relecture, j’en changerais volontiers la plupart des vers mais, ayant pris connaissance d’un certain nombre de nécrologies, certainement pas le dernier.

Martyre des saints Prime et Félicien

Saints Prime et Félicien – Collecte


Oratio.
Fac nos, quǽsumus. Dómine, sanctórum Martyrum tuórum Primi et Feliciáni semper festa sectári : quorum suffrágiis protectiónis tuæ dona sentiámus. Per Dóminum.

Martyre des saints Prime et Félicien
Martyre des saints Prime et Félicien

Puissions-nous célébrer Vos bienheureux martyrs
Toujours prêts à les suivre et vers Vous à partir !
Mais nos cœurs sont sans force : ainsi donc, à genoux,
Nous Vous prions, Seigneur, d’agir sans cesse en nous.
Et vous, saint Félicien, et vous, bienheureux Prime,
Portez notre prière au Prince magnanime
Pour qu’à jamais nous puissions
Vivre sous Sa protection.

 

Écusson de la Sainte Trinité

Trinité – Graduel


Graduale. Dan. 3, 55-56.
Benedíctus es, Dómine, qui intuéris abýssos, et sedes super Chérubim.
V/.Benedíctus es, Dómine, in firmaménto cæli, et laudábilis in sǽcula.

Écusson de la Sainte Trinité
Écusson de la Sainte Trinité

La terre et les Cieux Vous bénissent,
Seigneur, qui scrutez les abysses,
Et siégez sur les séraphins !

Les saints de l’Empyrée bénissent
Avec la céleste milice
Le seul Dieu qui n’a point de fin.

 

Saint Robert Bellarmin

Saint Robert Bellarmin – Introït


Ant. ad Introitum. Eccli. 15, 5.
In médio Ecclésiæ apéruit os eius : et implévit eum Dóminus spíritu sapiéntiæ et intelléctus : stolam glóriæ índuit eum. (T.P. Allelúia, allelúia.)
Ps. 91,2.
Bonum est confitéri Dómino : et psállere nómini tuo, Altíssime.

Saint Robert Bellarmin
Saint Robert Bellarmin

Dans le sein de l’Église, au milieu de la foule,
Il ouvre sans trembler ses lèvres d’où s’écoule
La science dont la source est au sommet des Cieux
– Mais voyez, oh, voyez ! ce vêtement glorieux
Dont un ange l’habille et recouvre sa coule !

Qui niera qu’il est bon de louer le Seigneur
Et d’encenser Son nom, Sa force et Sa grandeur ?

 

Dieu le Père - Cima da Conegliano

Quatrième dimanche après Pâques – Offertoire


Ant. ad Offertorium. Ps. 65, 1-2 et 16.
Iubiláte Deo, univérsa terra, psalmum dícite nómini eius : veníte et audíte, et narrábo vobis, omnes qui timétis Deum, quanta fecit Dóminus ánimæ meæ, allelúia.

Dieu le Père - Cima da Conegliano
Dieu le Père – Cima da Conegliano

Ô terre, lève-toi,
Que ta joie monte au ciel !
En l’honneur de ton Roy
Chante une hymne nouvelle.

Ô vous qui craignez Dieu,
Il faut que je vous dise
Combien mon cœur joyeux
Eut de faveurs exquises.

 

Saint Pierre de Vérone - Vecchietta

Saint Pierre de Vérone – Alléluia


Saint Pierre de Vérone - Vecchietta

Allelúia, allelúia. V/. Ps. 88, 6. Confitebúntur cæli mirabília tua, Dómine : étenim veritátem tuam in ecclésia sanctórum.

L’assemblée de Vos saints, réunis dans les Cieux,
Dira : « Chantons, chantons les miracles de Dieu ! »

Allelúia. V/. Ps. 20, 4. Posuísti, Dómine, super caput eius corónam de lápide pretióso. Allelúia.

Sur sa couronne d’or, au rubis du martyre,
Vous ajoutez, Seigneur, la perle et le saphir.

Le Christ en croix

Vendredi Saint – 1er Répons


Responsorium Habacuc 3.
Dómine, audívi audítum tuum, et tímui : considerávi ópera tua, et expávi.
V/. In médio duórum animálium innotescéris : dum appropinquáverint anni, sognoscéris : dum advénerit tempus, osténdens.
V/. In eo, dum conturbáta fúerit ánima mea : in ira, misericórdiæ memor eris.
V/. Deus a Líbano véniet, et Sanctus de monte umbróso et condénso.
V/. Opéruit cælos maiéstas eius : et laudis eius plena est terra.

Le Christ en croix
Le Christ en croix

Oh, que j’eus peur quand tonna Votre voix !
Je vis Votre œuvre et je frémis d’effroi.

Vous paraîtrez au milieu de deux bêtes
Aux temps fixés et dans l’heure parfaite.

Mon âme tremble et cependant mon Dieu
Dans le courroux est miséricordieux.

Il descendra des monts frais et pleins d’ombre
Où les bosquets se répandent sans nombre.

Ô Cieux, ô terre, en Vous Sa majesté
Et Son saint nom seront manifestés.

 

Christ Pantocrator - Dôme du Saint-Sépulcre - CC bachmont

Mercredi Saint – Collecte 1


Oratio.
Præsta, quǽsumus, omnípotens Deus : ut, qui nostris excéssibus incessánter afflígimur, per unigéniti Fílii tui passiónem liberémur : Qui tecum vivit.

Christ Pantocrator - Dôme du Saint-Sépulcre - CC bachmont
Christ Pantocrator – Dôme du Saint-Sépulcre – CC bachmont

Seigneur, voyez cette affliction
Qui prend nos cœurs après nos crimes ;
Que Votre Fils en Sa passion
Daigne nous reprendre à l’abîme.

 

Tombeau du Docteur Dor (Sonnet)


Sur vous un lourd cercueil, un cercueil non de bois,
Mais de mépris, d’oubli, de vague indifférence,
S’est refermé ; hélas, sous ce couvercle immense
Gît la gloire et l’honneur que le pays vous doit.

Brisons sans hésiter cet indigne silence !
Mais qui vous chantera, vous et vos doux exploits,
Vous dont toute la vie fut de servir la loi,
Vous qui fûtes un juste, un des rares de France ?

La veille des Rameaux, l’infirmière, sans bruit,
Entre dans votre chambre ; épuisée par la nuit,
Elle voit vos yeux clos et se dit : « C’est qu’il dort. »

Mais une autre réplique : « Oh non, tout est fini.
– Pourtant, fait la première, on dirait qu’il sourit. »
Votre âme voit son Dieu, S’y repose et L’adore.

 

Dimanche de la Passion – Graduel


Graduale. Ps. 142, 9 et 10.
Eripe me, Dómine, de inimícis meis : doce me fácere voluntátem tuam.
V/. Ps. 17, 48-49.Liberátor meus, Dómine, de géntibus iracúndis : ab insurgéntibus in me exaltábis me : a viro iníquo erípies me.

Jésus en prison - Copyright Notice - Private Collection Digital Images (c) 2012 Cynthia A. Stevens, all rights reserved
Jésus en prison – Copyright Notice – Private Collection Digital Images (c) 2012 Cynthia A. Stevens, all rights reserved

Arrachez-moi, Seigneur, à la griffe infernale,
Ô Maître, enseignez-moi la fuite face au mal.
Qui peut me libérer de ce peuple furieux
Qui voudrait me ravir, sinon Vous, ô mon Dieu ?
Vous m’ôterez des mains de l’homme qui se perd
Et Vous m’élèverez au-dessus de la terre.

 

Les croisés de Frédéric II à l'entrée de Jérusalem

Quatrième dimanche de Carême – Introït


Ant. ad Introitum. Is. 66, 10 et 11.
Lætáre, Ierúsalem : et convéntum fácite, omnes qui dilígitis eam : gaudéte cum lætítia, qui in tristítia fuístis : ut exsultétis, et satiémini ab ubéribus consolatiónis vestræ.
Ps. 121, 1.
Lætátus sum in his, quæ dicta sunt mihi : in domum Dómini íbimus.
V/.Glória Patri.

Les croisés de Frédéric II à l'entrée de Jérusalem
Les croisés de Frédéric II à l’entrée de Jérusalem

Réjouis-toi, Jérusalem,
Et toi, son peuple qui l’aime,
Rassemble-toi dans son sein.

Ô cœur brisé de tristesse,
Éclate en cris d’allégresse
Sur la montagne des saints.

Où tariras-tu tes pleurs ?
Où tes yeux seront en fleur ?
Dans l’enceinte de Sion !

Bois le vin à sa mamelle,
Le nectar et l’hydromel,
Le lait de consolation.

Mon cœur s’est rempli d’une joie extrême
Quand des chants sacrés, doux et mélodieux
M’ont dit : « La voici, la maison de Dieu ;
Entrons sans tarder pour Le voir Lui-même. »

 

La Main de Dieu - Fresque du douzième siècle

Premier dimanche de Carême – Introït


Ant. ad Introitum. Ps. 90, 15 et 16.
Invocábit me, et ego exáudiam eum : erípiam eum, et glorificábo eum : longitúdine diérum adimplébo eum.
Ps. ibid., 1.
Qui hábitat in adiutório Altíssimi, in protectióne Dei cæli commorábitur.
V/.Glória Patri.

La Main de Dieu - Fresque du douzième siècle
La Main de Dieu – Fresque du douzième siècle

Au milieu du combat, Mon Nom se fait entendre :
C’est sa voix qui M’appelle ; et Moi, je vais descendre,
Je vais le délivrer de son vieil ennemi,
L’écraser à ses pieds, le lui rendre soumis ;
Je le couronnerai d’une gloire éternelle gloire
Et ferai de sa vie un jour privé de soir.

Non, il ne sera pas déçu
L’homme qui se confie et croit
En Celui qui règne au dessus
Des plus puissants de tous les rois.