Châsse de Saint Vincent de Paul - CC FLLL

Saint Vincent de Paul – Secrète


Secreta
Præsta nobis, quǽsumus, omnípotens Deus : ut nostræ humilitátis oblátio et pro tuórum tibi grata sit honóre Sanctórum, et nos córpore páriter et mente puríficet. Per Dóminum.

Châsse de Saint Vincent de Paul - CC FLLL
Châsse de Saint Vincent de Paul – CC FLLL

Voici, Seigneur, l’admirable présent,
Le vin mêlé de la divine ivresse,
Le pain qui tient en lui toute richesse,
Mais nous offrons ce cadeau écrasant
Avec des mains tremblantes de faiblesse.

Venez, ô saints, que l’Église aujourd’hui
Dans son bonheur fête, célèbre, honore !
Avec vos bras que le Ciel rend plus forts,
Portez à Dieu cet admirable fruit
Pour purifier nos âmes et nos corps.

Publicités
Le Saint-Esprit souffle où Il veut - CC Penitentsblancs

Lundi de la Pentecôte – Introït


Ant. ad Introitum. Ps. 80, 17.
Cibávit eos ex ádipe fruménti, allelúia : et de petra, melle saturávit eos, allelúia, allelúia.
Ps. ibid., 2.
Exsultáte Deo, adiutóri nostro : iubiláte Deo Iacob.
V/.Glória Patri.

Le Saint-Esprit souffle où Il veut - CC Penitentsblancs
Le Saint-Esprit souffle où Il veut – CC Penitentsblancs

Il n’a pas nourri Ses fils de pain sec et d’eau saumâtre
Mais de la fleur du froment,
Et du miel sans cire et pur qui coule d’un bloc d’albâtre
Et plairait au plus gourmand.

Fais entendre au monde entier, hurle, rends-le presque sourd
Devant l’éclat de ta joie !
Chante le Dieu de Jacob, ton Seigneur et ton secours,
Ton protecteur et ton Roy !

Martyre de saint Venant - Scarsellino

Saint Venant – Postcommunion


Postcommunio
Súmpsimus, Dómine, ætérnæ vitæ sacraménta, te humiliter deprecántes : ut, beáto Venántio Mártyre tuo pro nobis deprecánte, véniam nobis concílient et grátiam. Per Dóminum.

Martyre de saint Venant - Scarsellino
Martyre de saint Venant – Scarsellino

Semblables à des oisillons
Dont les ailes froissées sont lourdes
Et la démarche lente et gourde,
Humbles, nous nous agenouillons
Pour recevoir, la bouche ouverte,
Le plus sacré des aliments,
La Victime du sacrement
Qui pour nous sauver S’est offerte.
Nous Vous attendons à genoux,
Et Vous prions, Pain éternel,
Blanc comme lait, doux comme miel,
De bien vouloir descendre en nous.
Le prêtre béni vient. Derrière
Marche le saint martyr Venant
Qui souffrit et qui maintenant
Parle pour nous auprès du Père.
Ô saint glorieux et couronné,
Vos fidèles remplis d’audace
Viennent vous demander la grâce
Que Dieu daigne leur pardonner.

Sainte Hostie de la Chapelle de Dijon - Barthélémy d'Eyck (attribution)

Saint Pierre Nolasque – Postcommunion


Postcommunio
Refécti cibo potúque cælésti, Deus noster, te súpplices exorámus : ut, in cuius hæc commemoratióne percépimus, eius muniámur et précibus. Per Dóminum.

Sainte Hostie de la Chapelle de Dijon - Barthélémy d'Eyck (attribution)
Sainte Hostie de la Chapelle de Dijon – Barthélémy d’Eyck (attribution)

Venez vivre dans mon cœur, Vin et Pain du Ciel,
Dieu fort descendu pour nous dans les cœurs fidèles !
Vous, saint, veuillez supplier votre Roy si bon
D’offrir des secours nouveaux dès que nous tombons.

Saint Jean Baptiste

Mercredi des Quatre-Temps d’Avent – Secrète (Sonnet)


Secreta.
Accépta tibi sint, quǽsumus, Dómine, nostra ieiúnia : quæ et expiándo nos tua grátia dignos effíciant, et ad sempiterna promíssa perdúcant. Per Dóminum.

Saint Paul de Thèbes, ermite - José de Ribera
Saint Paul de Thèbes, ermite – José de Ribera

Oh, que mon ventre crie famine,
Que mon corps est faible et souffrant !
Je mangerais de la farine
Pour satisfaire mon tyran !

Mais manquer des faveurs divines,
Voilà qui t’est indifférent ;
Des deux malheurs, pauvre vermine,
Sais-tu lequel est le plus grand ?

Voici le Pain pour te nourrir
Sans lequel tu devras mourir
D’un trépas plus que mérité.

Que ton âme, dans le silence
Et le jeûne, expie ses violences
Pour recevoir l’éternité.

Jésus au désert - Barthélemy Parrocel

Quinzième dimanche après la Pentecôte – Secrète


Secreta.
Tua nos, Dómine, sacramenta custodiant : et contra diabólicos semper tueántur incúrsus. Per Dóminum.

Jésus au désert - Barthélemy Parrocel
Jésus au désert – Barthélemy Parrocel

Seigneur, je vois le diable ; il rôde près de moi ;
Il ne se lasse point ; il attaque à toute heure,
Jour après jour, nuit après nuit, mois après mois,
Année après année le terrible menteur
Veut perdre mon esprit dans l’éternel malheur.

Seigneur, ayez pitié de ceux qui Vous supplient,
De ceux qui Vous verront d’ici quelques minutes
Dans ce disque tout pâle et ce vase rempli !
Ah, ne permettez point que satan dans sa chute
Les entraîne à jamais au terme de la lutte.

Châsse contenant les reliques des saints Macchabées - CC Hans Peter Schaefer

Saints Macchabées – Secrète


Secreta
Mystéria tua, Dómine, pro sanctórum Martyrum tuórum honóre, devóta mente tractémus : quibus et præsídium nobis crescat et gáudium. Per Dóminum.

Châsse contenant les reliques des saints Macchabées - CC Hans Peter Schaefer
Châsse contenant les reliques des saints Macchabées – CC Hans Peter Schaefer

Posez sur mon épaule un manteau protecteur,
Et versez Votre joie dans le fond de mon cœur !
Ainsi Vos saints martyrs, les glorieux Macchabées,
Sous Votre protection n’ont jamais succombé,
Et périssaient pour Vous inondés de bonheur.

Et puisque nous offrons les mystères divins,
Que nous Vous présentons le pain avec le vin,
Puisque nous Vous offrons le Très-Saint Sacrifice
Qu’annonçaient cette mère et ses sept jeunes fils,
Faites qu’en nous ces dons ne demeurent pas vains.

Sainte Angèle Merici - CC Luigi Chiesa

Sainte Angèle Merici – Secrète


Secreta P
Hóstia, Dómine, quam tibi beátæ Angelæ memóriam recoléntes offérimus, et nostræ pravitatis véniam implóret, et grátiæ tuæ nobis dona concíliet. Per Dóminum.

Sainte Angèle Merici - CC Luigi Chiesa
Sainte Angèle Merici – CC Luigi Chiesa

Saints anges qui jadis élevèrent au Ciel
Devant les yeux de Dieu l’âme de sainte Angèle,
Présentez cette offrande à Ses regards divins
Pour qu’Il daigne bénir et ce pain et ce vin.

Ah, nous Vous supplions, les yeux baignés de pleurs,
Daignez, mon Dieu, laver les fautes de nos cœurs,
Daignez nous accorder Votre si doux pardon,
Et répandre sur nous la grâce de Vos dons.

Biographie de Sainte Angèle de Mérici

Cette religieuse lombarde du 15ème siècle, très pieuse et charitable, embrassa la règle du Tiers-Ordre de saint François et joignit à la gloire de la virginité celle de la pauvreté évangélique. Elle fonda à Brescia la première congrégation religieuse féminine dédiée à l’éducation des jeunes filles et la mit sous le nom et la protection de sainte Ursule.

Elie et la veuve de Sarepta - Bernardo Strozzi (CC Yelkrokoyade)

Mardi de la deuxième semaine de Carême – Epître


3 Reg. 17, 8-16.
In diébus illis : Factus est sermo Dómini ad Elíam Thesbíten, dicens : Surge et vade in Saréphta Sidoniórum, et manébis ibi : præcépi enim ibi mulíeri víduæ, ut pascat te. Surréxit et ábiit in Saréphta. Cumque venísset ad portam civitátis, appáruit ei múlier vídua cólligens ligna, et vocávit eam, dixítque ei : Da mihi páululum aquæ in vase, ut bibam. Cumque illa pérgeret, ut afférret, clamávit post tergum eius, dicens : Affer mihi, óbsecro, et buccéllam panis in manu tua. Quæ respóndit : Vivit Dóminus, Deus tuus, quia non habeo panem, nisi quantum pugíllus cápere potest farínæ in hýdria, et páululum ólei in lécytho : en, collige duo ligna, ut ingrédiar, et fáciam illum mihi et fílio meo, ut comedámus et moriámur. Ad quam Elías ait : Noli timére, sed vade, et fac, sicut dixísti : verúmtamen mihi primum fac de ipsa farínula subcinerícium panem párvulum, et affer ad me : tibi autem et fílio tuo fácies póstea. Hæc autem dicit Dóminus, Deus Israël : Hýdria farínæ non defíciet, nec lécythus ólei minuétur, usque ad diem, in qua Dóminus datúrus est plúviam super fáciem terræ. Quæ ábiit, et fecit iuxta verbum Elíæ : et comédit ipse et illa et domus eius : et ex illa die hýdria farínæ non defécit, et lécythus ólei non est imminútus, iuxta verbum Dómini, quod locútus fúerat in manu Elíæ.

La parole de Dieu descendit sur Élie,
Et comme un vase ouvert, aussitôt le remplit :
« Ô toi que J’ai choisi, que J’aime et qui M’écoute,
Lève-toi, quitte tout, et marche sur la route
Jusques à Sarepta, du pays de Sidon,
Où tu demeureras, et tu vivras des dons
D’une veuve affligée d’une grande misère,
A qui J’ai, Moi, son Dieu, demandé de le faire. »
Élie se leva donc, il vint à Sarepta,
Et tout près de sa porte, assoiffé, s’arrêta.
Une veuve, penchée, peinait sous son regard,
Augmentant son fagot de bouts de bois épars.
« J’ai soif ! Sers-moi, dit-il, dans un vase un peu d’eau. »
Elle allait en puiser, quand il dit, dans son dos :
« Que ta main, je te prie, daigne m’offrir encor
Une bouchée de pain pour sustenter mon corps.
– Hélas, je n’en ai point, je n’en ai pas, mon Dieu !
J’ai deux doigts de farine, et ne puis t’offrir mieux
Pour les accompagner qu’un peu d’huile en un vase
Qui est aussi étroit du col jusqu’à la base.
Hélas, je viens ici pour ramasser du bois,
Et pour faire à manger une dernière fois :
Si grande est la misère où je me vois réduite,
Que nous devrons, mon fils, et moi, mourir ensuite.
– Ne tremble pas et fais tout comme tu le veux,
Néanmoins, tout d’abord, agis selon mes vœux :
Fais cuire un petit pain du reste de farine,
Pour qu’il éteigne en moi le feu de la famine,
Puis sers ton fils et toi, car Dieu te le promet :
La farine du pot ne manquera jamais,
Et tu pourras toujours te servir de cette huile
Tant qu’il ne pleuvra pas sur la terre stérile. »
Ainsi fit cette femme, et tout fut accompli
Selon la prédiction du grand prophète Élie.

Élie et la veuve de Sarepta – Bernardo Strozzi (CC Yelkrokoyade)

Isaïe - Michel-Ange

Mardi de la première semaine de Carême – Epître


Is. 55, 6-11.
In diébus illis : Locútus est Isaías Prophéta, dicens : Quǽrite Dóminum, dum inveníri potest : invocáte eum, dum prope est. Derelínquat ímpius viam suam, et vir iníquus cogitatiónes suas, et revertátur ad Dóminum : et miserébitur eius, et ad Deum nostrum : quóniam multus est ad ignoscéndum. Non enim cogitationes meæ cogitatiónes vestræ : neque viæ vestræ viæ meæ, dicit Dóminus. Quia sicut exaltántur cæli a terra, sic exaltátæ sunt viæ meæ a viis vestris, et cogitatiónes meæ a cogitatiónibus vestris. Et quómodo descéndit imber et nix de cælo, et illuc ultra non revértitur, sed inébriat terram, et infúndit eam, et germináre eam facit, et dat semen serénti, et panem comedénti : sic erit verbum meum, quod egrediétur de ore meo : non revertétur ad me vácuum, sed fáciet quæcúmque volui, et prosperábitur in his, ad quæ misi illud : ait Dóminus omnípotens.

Tant qu’on peut Le trouver, recherchez le Seigneur ;
Priez, invoquez-Le, tant qu’Il est près de vous,
Et n’atermoyez pas, ne tardez point, de peur
Que, parti sans vous voir, Il ne vous désavoue.
Quitte ta route, impie, inique, tes sentences,
Et reviens au Seigneur, car Il te graciera,
Et retourne à ton Dieu, car Sa toute puissance
Peut donner Son pardon au pire scélérat.
Mes sentences ne sont en aucun cas les vôtres,
Et les routes sacrées que votre Seigneur suit
Sont, remplies de lumière, et de splendeur, tout autres
Que les voies que prend l’homme au milieu de la nuit.
Voyez comme les cieux sont plus hauts que la terre :
Mes sentences ainsi dominent vos pensées,
Et ces obscures voies, où l’homme, hélas, se perd,
Seront infiniment par Mes voies dépassées.
La pluie comme la neige ont pour source le ciel,
Descendent sur la terre et ne remontent point ;
L’eau reste dans le sol, et la terre par elle
Sera désaltérée, fécondée par ses soins,
La graine germera, et quand l’heureux semeur
Pourra, le temps venu, moissonner dans ses champs,
Il en fera du pain, le rompra de grand cœur,
Et les yeux vers le ciel, il lancera son chant.
Ainsi quand Ma parole abandonne Ma langue,
Elle ne revient pas, inutile, vers Moi,
Mais fait ce que Je veux, et sa douce harangue
Fait germer dans les cœurs la sagesse et la foi.

Martyre de saint Ignace d'Antioche

Saint Ignace d’Antioche -Communion


Ant. ad Communionem.
Fruméntum Christi sum : déntibus bestiárum molar, ut panis mundus invéniar.

Je suis un peu de blé dans la main du Seigneur :
Jetez-moi sous la meule énorme du moulin !
Fauve, dévore-moi jusqu’à ce que je meure :
De ma farine blanche, on fera un bon pain.

Saint Pie X

Saint Pie X – Communion


Saint Pie X
Saint Pie X

Ant. ad Communionem. Ioan. 6, 56-57.
Caro mea vere est cibus, et sanguis meus vere est potus. Qui mandúcat meam carnem et bibit meum sánguinem, in me manet et ego in illo.

Mangez, mangez Ma chair, Elle vous nourrira
Plus que le pain de blé que produisent vos bras.
Buvez, buvez Mon sang, car quel autre breuvage
Vous gardera vivants même au-delà des âges ?
Car qui mange Ma chair, qui boit Mon précieux sang,
Demeure en Moi, et Moi, en son cœur Je descends.

Ostensoir

Hostie – Acrostiche #8


Ostensoir
Ostensoir

Le Jeudi Saint est la fête de l’institution de l’Eucharistie, un des mystères les plus paradoxaux de tout le christianisme.

Humble disque tout pâle et sans grande saveur,
Oh, c’est pourtant vers toi que s’élèvent nos yeux !
Soleil, ne l’es-tu pas pour tous les hommes pieux ?
Tes rais saints et sacrés nous gonflent de ferveur.
Ignores-tu, lecteur, qu’il est lui-même Dieu,
Et que ce bout de pain est notre seul sauveur ?