Christ Pantocrator - Dôme du Saint-Sépulcre - CC bachmont

Samedi des Quatre-Temps de septembre – Introït (Virelai)


Ant. ad Introitum. Ps. 94, 6-7.
Veníte, adorémus Deum et procidámus ante Dóminum, plorémus ante eum, qui fecit nos : quia ipse est Dóminus, Deus noster.
Ps. ibid., 1.
Veníte, exsultémus Dómino : iubilémus Deo, salutári nostro.
V/.Glória Patri.

Christ Pantocrator - Dôme du Saint-Sépulcre - CC bachmont
Christ Pantocrator – Dôme du Saint-Sépulcre – CC bachmont

Venez, adorons Dieu !
Prosternons corps et cœurs
Devant Notre-Seigneur.

Venez, adorons Dieu,
Ce Prince victorieux
De notre grand malheur.

Et que nos pauvres yeux
Versent sans fin des pleurs
Devant Notre-Seigneur.

Venez, adorons Dieu,
Ce Maître soucieux
De tous Ses serviteurs.

Ô mon esprit, sois pieux,
Et tiens-toi dans la peur
Devant Notre-Seigneur.

Venez, adorons Dieu,
Prions de notre mieux
Notre doux Créateur !

Offre dans le saint lieu
L’agneau de bonne odeur
Devant Notre-Seigneur.

Venez, adorons Dieu,
Ce Prince glorieux
Qui fait notre bonheur !

Chantez, d’un ton joyeux
Des chants pleins de grandeur
Devant Notre-Seigneur.

Venez, adorons Dieu,
Qui descendit des Cieux
Pour Se faire Sauveur !

Venez, adorons Dieu,
Agissons à toute heure
Devant Notre-Seigneur !

Publicités
St Cyriaque - CC Andreas Praefcke

Saints Cyriaque, Large et Smaragde – Collecte


Oratio.
Deus, qui nos ánnua sanctórum Mártyrum tuórum Cyriáci, Largi et Smarágdi sollemnitáte lætíficas : concéde propítius ; ut, quorum natalítia cólimus, virtútem quoque passiónis imitémur. Per Dóminum.

St Cyriaque - CC Andreas Praefcke
St Cyriaque – CC Andreas Praefcke

Ô très-doux Créateur, ô Dieu qui ramenez
La chaleur et l’orage en ces jours de l’année,
Vous réjouissez aussi nos âmes du retour
De la fête de ceux qui sont morts par amour.

Nous célébrons le jour de la naissance aux Cieux
Des saints Cyriaque, Large, et Smaragde que Dieu,
Voulant que Son troupeau glorifie Ses martyrs,
Rappelle tous les ans à notre souvenir.

Si nous venions un jour à choir dans les tourments
Pour avoir obéi à Vos commandements,
Accordez-nous, Seigneur, d’imiter leur exemple
Et de pouvoir franchir le seuil de Votre temple.

La Résurrection du Christ - CC Waiting For The Word

Jeudi de Pâques – Alléluia


La Résurrection du Christ - CC Waiting For The Word
La Résurrection du Christ – CC Waiting For The Word

Allelúia, allelúia. V/. Surréxit Christus, qui creávit ómnia : et misértus est humáno géneri.

Il est ressuscité, le Seigneur Jésus-Christ,
Le Créateur de l’univers !
Celui qui, sur la Croix, daigna rendre l’esprit
Pour nous arracher à l’enfer !

Dieu le Père trônant, entouré de la Vierge Marie et du Christ

Lundi de la quatrième semaine de Carême – Graduel


Graduale. Ps. 30, 3.
Esto mihi in Deum protectórem et in locum refúgii, ut salvum me fácias.
V/. Ps. 70, 1. Deus, in te sperávi : Dómine, non confúndar in ætérnum.

Au milieu des périls et des dangers extrêmes,
Au milieu d’assassins, d’impies et de méchants,
Daignez, daignez, ô Dieu que j’aime,
Écouter ma prière, et ma voix, et mon chant.

Seigneur aux mille noms ! Créateur, Amour, Juge,
Soyez mon protecteur dans ce désert affreux ;
Que Votre main soit mon refuge,
Ô Seigneur adoré, ô Maître généreux.

Mon Seigneur et mon Dieu, c’est en Vous que j’espère :
Ne laissez pas peser l’iniquité sur moi ;
Ouvrez l’éternel, le prospère,
Le palais du salut où siège le Grand Roy.

Maître-autel de l'église d'Obernai - CC RH-67

Samedi des Quatre-Temps de Carême – Deuxième Lecture


2 Mach. l, 23-26 et 27.
In diébus illis : Oratiónem faciebant omnes sacerdotes, dum consummarétur sacrifícium, Iónatha inchoánte, céteris autem respondéntibus. Et Nehemíæ erat orátio hunc habens modum : Dómine Deus, ómnium Creátor, terríbilis et fortis, iustus et miséricors, qui solus es bonus rex, solus præstans, solus iustus et omnípotens et ætérnus, qui líberas Israël de omni malo, qui fecísti patres electos et sanctificásti eos : accipe sacrifícium pro univérso pópulo tuo Israël, et custódi partem tuam et sanctífica : ut sciant gentes, quia tu es Deus noster.

En l’honneur du Seigneur, la victime à l’autel
S’élevait en fumée jusqu’au faîte du ciel,
Et les prêtres de Dieu, tout autour réunis,
Lancèrent au milieu de la cérémonie
Une oraison splendide et pleine de confiance
A laquelle aussitôt s’associa l’assistance :
Ô Dieu terrible et fort, ô Seigneur des nations,
Ô Créateur et Roy de Votre création,
Ô miséricordieux, ô sage, ô grand, ô juste,
Ô Vous, l’unique Roy que l’on peut dire auguste,
Éternel, tout puissant, impartial, généreux,
Qui de tout mal avez libéré les Hébreux,
Vous qui jadis avez élu, béni nos pères,
Les avez rendus saints et dignes de Vous plaire,
Acceptez la victime offerte en oblation,
Et de Vos serviteurs, voyez l’imploration ;
Sanctifiez, protégez et gardez d’âge en âge
Ceux qui seuls ont l’honneur d’être Votre héritage,
Afin que tout pays qui s’étend sous les Cieux
Apprenne que c’est Vous qui êtes notre Dieu.

Image : Maître-autel de l’église d’Obernai – CC RH-67

Dieu le Père trônant, entouré de la Vierge Marie et du Christ

Sixième jour dans l’Octave de la Nativité – Offertoire


Ant. ad Offertorium. Ps. 88,12et 15.
Tui sunt cœli et tua est terra : orbem terrárum et plenitúdinem eius tu fundásti : iustítia et iudícium præparátio sedis tuæ.

Les Cieux disent à Dieu : nous Vous appartenons,
Et la terre obéit seulement à Son nom ;
Écoute, écoute encor la voix de l’univers :
« C’est à Dieu qui me fit que je suis asservi,
Et c’est Lui, le Très-Bon, qui fit don de la vie
A tous ces animaux dont je suis recouvert. »

Soyez loué, mon Dieu, pour Votre création !
Ô peuples, chantez-Le ! Acclamez-le, nations !
N’avez-Vous pas créé le Ciel, l’homme et la terre ?
Contemple ton Seigneur au céleste pourpris :
La justice est Son trône, et saints sont Ses rescrits ;
C’est Lui qui nous régit, c’est à Lui qu’il faut plaire.

Dieu créant l'univers

Vingt-et-unième dimanche après la Pentecôte – Introit


Dieu créant l'univers
Dieu créant l’univers

Ant. ad Introitum. Esth. 13, 9 et 10-11.
In voluntáte tua, Dómine, univérsa sunt pósita, et non est, qui possit resístere voluntáti tuæ : tu enim fecísti ómnia, cælum et terram et univérsa, quæ cæli ámbitu continéntur : Dominus universórum tu es.
Ps. 118, 1.
Beáti immaculáti in via : qui ámbulant in lege Dómini.

Le sceptre du Seigneur pèse sur l’univers.
Qui pourrait résister à Votre volonté ?
Seul un fol plein d’orgueil dirait pour se vanter :
J’ai tiré du néant quelques grains de poussière.

Mais, ô Seigneur mon Dieu, tout ce que nous voyons
Et tout ce qui demeure ignoré de notre œil,
L’ange, l’homme, et la bête, et le fruit que l’on cueille,
Le rocher et l’eau, tout est Votre Création !

Devant tant de grandeur, ô mon Seigneur, nous sommes
Semblables aux cirons, débiles et petits.
Que tout le reconnaisse empreint de modestie,
Tant l’animal que l’ange, et tant l’arbre que l’homme !

L’infime créature au cœur trop ambitieux
N’est qu’une âme malade et un esprit immonde ;
Seul est digne vraiment de régner sur le monde
Dieu, le Roy de la terre, et l’empereur des Cieux.

Heureux l’homme au cœur pur soumis à son Seigneur,
Qui ne s’égare point dans de funestes voies,
Et suit sans hésiter la route de la Loi :
Cet homme, vraiment sage, aura le vrai bonheur.

Saint Dominique recevant le rosaire de la Vierge Marie - Franz Mayer & Co. - CC Andreas F. Borchert

Vigile de l’Assomption – Offertoire


Saint Dominique recevant le rosaire de la Vierge Marie - Franz Mayer & Co. - CC Andreas F. Borchert
Saint Dominique recevant le rosaire de la Vierge Marie – Franz Mayer & Co. – CC Andreas F. Borchert

Ant. ad Offertorium.
Beáta es, Virgo María, quæ ómnium portásti Creatórem : genuísti qui te fecit, et in ætérnum pérmanes Virgo.

D’avoir porté le Créateur,
Vierge Marie ! quel grand bonheur !
Vous fîtes venir ici-bas
L’Être même qui vous créa.
Pour l’éternité toute entière,
Vous êtes vierge autant que mère.

Saint Jean-Marie Vianney - CC Herwig Reidlinger

Saint Jean-Marie Vianney – Collecte


Saint Jean-Marie Vianney - CC Herwig Reidlinger
Saint Jean-Marie Vianney – CC Herwig Reidlinger

Oratio.
Omnípotens et miséricors Deus, qui sanctum Ioánnem Maríam pastoráli stúdio et iugi oratiónis ac pæniténtiæ ardóre mirábilem effecísti : da, quǽsumus, ut eius exémplo et intercessióne, ánimas fratrum lucrári Christo, et cum eis ætérnam glóríam cónsequi valeámus. Per eúndem Dóminum.

Ô Seigneur plein d’amour, de force et de puissance,
Qui nous avez donné Votre saint Jean-Marie,
Qui l’avez soutenu dans son obéissance,
Dans ses contemplations et dans sa pénitence,
Dans sa lutte acharnée contre les diableries ;
ô Seigneur, seul appui de ce fervent pasteur,
Dont l’unique souci était de ramener
Ses brebis égarées à Vous, leur Créateur,
Car il ne voulait pas que l’une d’elles meure
Et soit punie toujours, à jamais condamnée ;
Accordez-nous, Seigneur, que les prêtres sur terre
Le prennent pour exemple et marchent sur ses pas ;
Que devant le pécheur ils n’osent point se taire,
Qu’ils lui fassent quitter la route délétère,
Et que, Seigneur très bon ! ils ne l’égarent pas.

Saint Nazaire

Saints Nazaire, Celse, Victor et Innocent – Offertoire


Saint Nazaire
Saint Nazaire

Nous fêtons aujourd’hui saints Nazaire et Celse, martyrs, saint Victor, pape et martyr, et saint Innocent, pape. Pour ce poème, je me suis seulement fondé sur la première phrase de l’antienne de l’Offertoire.

Ant. ad Offertorium. Ps. 67, 36.
Mirábilis Deus in Sanctis suis : […]

Quand je vénère un saint, je ne vois pas un dieu ,
Quelque grand qu’il puisse être, et sublime, et glorieux ;
Si, devant sa statue, j’ai les genoux au sol,
Je ne l’adore point comme on fait des idoles.

La statue donne à l’œil une image du saint,
Le saint donne à l’esprit une idée du Seigneur ;
La pierre est peu de chose, et qui suit Ses desseins
Avant tout glorifie l’unique Créateur.

A la gloire de Dieu, rien ne peut ajouter :
Quoiqu’Il soit aussi grand lorsqu’Il est solitaire,
Et le sera toujours, Il veut, dans Sa bonté,
Être aussi grand dans l’homme, au ciel et sur la terre.

Le Repentir de saint Pierre - Johannes Moreelse

Mea culpa, mea culpa, mea maxima culpa – Confiteor #7 – Rondeau #9


Le Repentir de saint Pierre - Johannes Moreelse
Le Repentir de saint Pierre – Johannes Moreelse

Nous parvenons à la fin de notre série sur le Confiteor, avec la triple accusation de la faute.

Le voici mon péché, pardonnez-moi Seigneur !
Hélas, je sais trop bien que malgré tous mes pleurs,
En dépit de Votre aide, en dépit de ma foi,
Je viendrais à blesser Votre amoureuse loi
Et non pas dans un an, mais d’ici moins d’une heure.

Pourtant, que je regrette ! Alors, du fond du cœur,
Redisons sans tarder avec plus de chaleur,
Reconnaissons encor, répétons une fois :
Le voici mon péché !

Comme un ver, du serpent maudit imitateur,
J’ai voulu m’élever contre Vous, Créateur,
Hypostases sacrées, contre Vous seul, Vous trois !
Je voulus usurper la couronne du Roy.
Accusons-nous encor, songeons à sa1 grandeur :
Le voici mon péché !

1 Sa : la grandeur peut se rapporter à Dieu également ; on lira ici dans les deux sens, car il ne peut y avoir de grand péché que s’il est un grand Dieu. Songer à la grandeur de Dieu nous fait immédiatement apercevoir la grandeur de notre péché, fût-il le péché le moins grave.

Ad te reversis exhibe remissionis gratiam

Audi benigne Conditor – Hymne #1 – Stances #76 – Liturgie #3


Ad te reversis exhibe remissionis gratiam
Ad te reversis exhibe remissionis gratiam

On chante aux Vêpres, tout au long du Carême, une hymne de saint Grégoire le Grand dont je vous propose ici une adaptation en vers français. J’en profite pour vous annoncer qu’à partir de cette semaine, et ce jusque vers début juillet, pour des raisons personnelles, je ne pourrai pas tenir le blogue quotidiennement. La parution sera désormais hebdomadaire jusqu’à cette date. Je me confie également à vos prières : si vous pouviez dire un Ave Maria pour moi, j’en serais déjà très heureux. Merci d’avance.

Audi benigne Conditor,
nostras preces cum fletibus,
sacrata in abstinentia
fusas quadragenaria.

Scrutator alme cordium,
infirma tu scis virium;
ad te reversis exhibe
remissionis gratiam.

Multum quidem peccavimus,
sed parce confitentibus,
tuique laude nominis
confer medelam languidis.

Sic corpus extra conteri
dona per abstinentiam,
ieiunet ut mens sobria
a labe prorsus criminum.

Praesta, beata Trinitas,
concede, simplex Unitas,
ut fructuosa sint tuis
haec parcitatis munera. Amen.

Ô Créateur plein de bonté,
Voyez Vos enfants sangloter
Et, dans le jeûne du Carême,
Implorer leur Juge suprême.

Doux érudit du cœur humain,
Vous le savez faible en chemin ;
Malgré son manque de mérite,
Pardonnez à l’âme contrite.

Nous avons péché contre Vous,
Mais à tout homme qui l’avoue,
Veuillez remettre en Votre honneur
Le médicament salvateur.

Si brisé par la privation,
Notre corps fait sa soumission,
Qu’à son tour se prive notre âme
De la faute et de Votre blâme.

Veuillez, très sainte Trinité,
Daignez, seule Divinité,
Donner des fruits perpétuels
Pour le jeûne de Vos fidèles.
Amen.