Sacré-Cœur de Jésus - CC The Photographer

Quatrième dimanche après la Pentecôte – Introït (bis)


Ant. ad Introitum. Ps. 26, 1 et 2.
Dóminus illuminátio mea et salus mea, quem timebo ? Dóminus defénsor vitæ meæ, a quo trepidábo ? qui tríbulant me inimíci mei, ipsi infirmáti sunt, et cecidérunt.
Ps. ibid., 3.
Si consístant advérsum me castra : non timébit cor meum.
V/.Glória Patri.

Sacré-Cœur de Jésus - CC The Photographer
Sacré-Cœur de Jésus – CC The Photographer

Mon Seigneur est plus blanc que neige ;
C’est Lui mon Salut : que craindrai-je ?
Que craindre ? Dieu défend ma vie ;
Contemplez mes persécuteurs :
C’est contre eux que mon Dieu sévit ;
Voici qu’ils vacillent, qu’ils meurent.

Rangez vos armées devant moi :
Mon cœur a Dieu mais nul émoi.

 

Saint Pierre de Vérone – Introït


Ant. ad Introitum. Ps. 63, 3.
Protexísti me, Deus, a convéntu malignántium, allelúia : a multitúdine operántium iniquitátem, allelúia, allelúia.
Ps. Ibid., 2.
Exáudi, Deus, oratiónem meam, cum déprecor : a timóre inimíci éripe ánimam meam.
V/. Glória Patri.

La foule des impies vit que j’avais la foi :
Ils se réunirent en masse
Et m’accablèrent de menaces.
« Tu mourras sans tarder si tu gardes ta voie. »
Mais Vous m’avez, Seigneur, couvert de Votre grâce.

Exaucez-moi, car je gémis ;
Soutenez-moi, car je me pâme ;
De la crainte de l’ennemi,
Ô Seigneur, délivrez mon âme.

Deuxième dimanche après Pâques – Introït


Ant. ad Introitum. Ps. 32, 5-6.
Misericórdia Dómini plena est terra, allelúia : verbo Dómini cæli firmáti sunt, allelúia, allelúia.
Ps. ibid., 1.
Exsultáte, iusti, in Dómino : rectos decet collaudátio.
V/.Glória Patri.

La main du Seigneur victorieux
Et Son bras miséricordieux
Désormais parcourent la terre.
Le Seigneur affermit les Cieux
Par Sa voix semblable au tonnerre
Et Son souffle brisant l’enfer.

Soyez remplis de joie, ô saints,
Ô vous qui vivez dans le sein
De l’agneau pur du sacrifice !
Qui, sinon vous, Ses fantassins,
Peut louer dignement le Fils,
Restaurateur de la justice ?

Saint Pierre Damien

Épître – Saint Pierre Damien (Messe In Medio)


Saint Pierre Damien
Saint Pierre Damien
Item alia Epistola pro Doctoribus :
Léctio libri Sapiéntiæ. Lecture du livre de la Sagesse.
Eccli. 39, 6-14.
Iustus cor suum tradet ad vigilándum dilúculo ad Dóminum, qui fecit illum, et in conspéctu Altíssimi deprecábitur. Apériet os suum in oratióne, et pro delíctis suis deprecábitur. Si enim Dóminus magnus volúerit, spíritu intellegéntias replébit illum : et ipse tamquam imbres mittet elóquia sapiéntiæ suæ, et in oratióne confitébitur Dómino : et ipse díriget consílium eius et disciplínam, et in abscónditis suis consiliábitur. Ipse palam fáciet disciplínam doctrínæ suæ, et in lege testaménti Dómini gloriábitur. Collaudábunt multi sapiéntiam eius, et usque in sǽculum non delébitur. Non recédet memória eius, et nomen eius requirétur a generatióne in generatiónem. Sapiéntiam eius enarrábunt gentes, et laudem eius enuntiábit ecclésia.

Le juste, dès l’aurore, ouvrira grand son cœur
Pour goûter les rayons de son doux Créateur,
Et sous l’œil du Très-Haut qui règne de Sion
Sa bouche répandra mille supplications :
« Daignez prêter l’oreille à l’aveu d’un coupable
Qui se reconnaît tel et demande contrit
Pardon à son Seigneur en châtiant son esprit :
Soyez pour lui, mon Dieu, propice et favorable. »

Si Dieu, dans Sa grandeur, en a la volonté,
Il viendra dans son âme afin d’y habiter.
Que de beautés alors paraissent dans sa voix !
Il conduit ses pensées dans une juste voie,
Il songe aux grands secrets que son Dieu lui dévoile,
Il parle, et sa parole a l’éclat d’une étoile,
Il parle, et sa sagesse éblouit tous les yeux,
Il parle, et l’on entend comme un écho de Dieu !
Sa gloire, elle n’est point dans de folles dépenses,
Dans le regard de l’homme ou le plaisir grossier ;
Mais il rend grâce à Dieu qui Se l’est associé
Et ne trouve de joie que dans sa sainte alliance.

Le temps, qui détruit tout, n’effacera jamais,
Le souvenir du saint que le Seigneur aimait.
On en verra beaucoup qui feront son éloge :
Tandis que le païen, tout surpris, s’interroge :
« Comment un être humain peut-il en savoir tant ?
Où donc peut se trouver la source de sa science
Et qui donc lui fit don de cette intelligence ? »
L’Église le louera jusqu’au-delà des temps.

Saint Cyrille d'Alexandrie - CC Erud

Saint Cyrille d’Alexandrie – Communion (In Medio)


Saint Cyrille d'Alexandrie - CC Erud
Saint Cyrille d’Alexandrie – CC Erud
Ant. ad Communionem. Luc. 12, 42. Fidélis servus et prudens, quem constítuit dóminus super famíliam suam : ut det illis in témpore trítici mensúram. (T.P. Allelúia.)

Louez ce serviteur sage autant que fidèle
Que le Maître établit chef de Sa maisonnée
Pour qu’il dispense au temps donné
Une nourriture éternelle.

L'Agneau de Dieu

Septuagésime – Collecte


L'Agneau de Dieu
L’Agneau de Dieu
Oratio.
Preces pópuli tui, quǽsumus, Dómine, cleménter exáudi : ut, qui iuste pro peccátis nostris afflígimur, pro tui nóminis glória misericórditer liberémur. Per Dóminum nostrum.

Las, écoutez, trône éternel,
Votre petit troupeau qui bêle :
Il a donné sa chair au loup
Et reçu de lui mille coups.
Hélas, c’est par son imprudence
Que sa plaie saigne en abondance !
Si Vous le soignez, les clairons
Pour Votre gloire sonneront.

Saint Hilaire de Poitiers - Franz Anton Koch - CC Wolfgang Sauber

Saint Hilaire de Poitiers – Épître (Messe In medio)


Saint Hilaire de Poitiers - Franz Anton Koch - CC Wolfgang Sauber
Saint Hilaire de Poitiers – Franz Anton Koch – CC Wolfgang Sauber
Léctio Epístolæ beáti Pauli Apóstoli ad Timótheum.
2 Tim. 4, 1-8.
Caríssime : Testíficor coram Deo, et Iesu Christo, qui iudicatúrus est vivos et mórtuos, per advéntum ipsíus et regnum eius : prǽdica verbum, insta opportúne, importune : árgue, óbsecra, íncrepa in omni patiéntia, et doctrína. Erit enim tempus, cum sanam doctrínam non sustinébunt, sed ad sua desidéria, coacervábunt sibi magistros, pruriéntes áuribus, et a veritáte quidem audítum avértent, ad fábulas autem converténtur. Tu vero vígila, in ómnibus labóra, opus fac Evangelístæ, ministérium tuum imple. Sóbrius esto. Ego enim iam delíbor, et tempus resolutiónis meæ instat. Bonum certámen certávi, cursum consummávi, fidem servávi. In réliquo repósita est mihi coróna iustítiæ, quam reddet mihi Dóminus in illa die, iustus iudex : non solum autem mihi, sed et iis, qui díligunt advéntum eius.

Au nom de notre Dieu, notre Père éternel,
Au nom de Jésus-Christ qui descendra du Ciel
Pour juger les vivants comme ceux qui dormaient,
Au nom de notre Roy qui trône pour jamais,
Je t’adjure, ô mon fils, de prêcher sans relâche :
Livre-toi tout entier à cette noble tâche ;
Enseigne tout le monde et redis à chacun ;
Répète sans souci d’être même importun ;
Exhorte l’hésitant ; réfute l’adversaire ;
Menace l’obstiné ; supplie le cœur de pierre ;
Sois patient envers tous et fais, sans t’irriter,
Triompher à leurs yeux la sainte vérité.
Bientôt viendra le jour où la saine doctrine
Sera d’un poids trop lourd aux âmes libertines ;
Où chacun choisira de croire ce qu’il veut ;
Chacun de sa passion voudra se faire un dieu ;
Prendra, pour assouvir son appétit de croire,
Tel maître le matin, et tel autre le soir.
En bref, beaucoup ayant du dégoût pour le vrai
Tourneront leur esprit vers tout ce qui leur plait.
Mais toi, monte la garde et sois fort dans l’épreuve,
Annonce l’Évangile, et que rien ne t’émeuve !
Pour moi, j’ai combattu dans le juste combat ;
Au terme du chemin, ma tête jetée bas
Sera bientôt offerte en humble sacrifice
Pour la seule vraie foi dans le Père et le Fils.
Oui, bientôt sur ce chef tout rouge de mon sang,
Le Juge posera le nimbe éblouissant,
Et tous ceux qui seront demeurés ses fidèles
Recevront comme moi la couronne éternelle.

Jésus charpentier - Sagrada Familia - Portail de la Foi

Sainte Famille – Alléluia (Acrostiche)


Allelúia, allelúia. V/.Isai. 45, 15. Vere tu es Rex abscónditus, Deus Israël Salvátor. Allelúia.

Jésus charpentier - Sagrada Familia - Portail de la Foi
Jésus charpentier – Sagrada Familia – Portail de la Foi

Ce poème contient l’alexandrin suivant : Jésus-Christ, Fils de Dieu, Sauveur, Pontife et Roy.

Je vois des dieux païens les statues titanesques,
Les superbes frontons, les éclatantes fresques
Où leurs crimes honteux et leurs tristes exploits
Bafouent, défient sans peur la morale et les lois ;
Je vois l’autel de marbre où des victimes vaines
Sont aux démons odieux immolés par centaines,
Et des cérémonies sauvages, des festins
Où viles dépravées, viveurs aux bas instincts
Reçoivent des lauriers dans la pompe publique
À l’ombre d’une idole inerte et tyrannique ;
Dans le monde obscurci, chacun en effet voit
Les démons singeant Dieu ; mais qui Vous voit, ô Roy ?

L'Adoration des Mages - Maître de Messkirch

Offertoire – Épiphanie


Ant. ad Offertorium. Ps. 71, 10-11.
Reges Tharsis, et ínsulæ múnera ófferent : reges Arabum et Saba dona addúcent : et adorábunt eum omnes reges terræ, omnes gentes sérvient ei.

L'Adoration des Mages - Maître de Messkirch
L’Adoration des Mages – Maître de Messkirch

Ils viendront de toute la terre
Chargés d’or et de pierreries,
Traverseront fleuves et mers,
Montagnes et vastes prairies ;
Et devant Vous, Enfant candide,
Tous les rois se prosterneront,
À Vos pieds poudreront leur front
Tous les rois, ô Maître splendide !

 

 

Le retour d'Égypte - James Tissot

Dimanche dans l’Octave de Noël – Communion


Ant. ad Communionem. Matth. 2, 20.
Tolle Púerum et Matrem eius, et vade in terram Israël : defúncti sunt enim, qui quærébant ánimam Púeri.

Le retour d'Égypte - James Tissot
Le retour d’Égypte – James Tissot

Prenez l’Enfant avec Sa mère,
Menez-Le dans votre pays
Sans crainte : ceux qui L’ont haï
Ont, impuissants, quitté la terre.

 

Hostie - CC Patnac

Troisième dimanche de l’Avent – Postcommunion


Hostie - CC Patnac
Hostie – CC Patnac
Postcommunio. Implorámus, Dómine, cleméntiam tuam : ut hæc divína subsídia, a vítiis expiátos, ad festa ventúra nos prǽparent. Per Dóminum.

Ne tarde point, mon cœur, prie le Dieu de clémence
Dont la Main t’a nourrie d’un aliment immense
De te rendre assez pur et saint pour mériter
De partager les joies de la Nativité.

Le Denier de César - Philippe de Champaigne

Vingt-deuxième dimanche après la Pentecôte – Évangile


+ Sequéntia sancti Evangélii secundum Matthǽum.
Matth. 22, 15-21.
In illo témpore : Abeúntes pharisǽi consílium iniérunt, ut cáperent Iesum in sermóne. Et mittunt ei discípulos suos cum Herodiánis, dicéntes : Magíster, scimus, quia verax es et viam Dei in veritáte doces, et non est tibi cura de áliquo : non enim réspicis persónam hóminum : dic ergo nobis, quid tibi vidétur, licet censum dare Cǽsari, an non ? Cógnita autem Iesus nequítia eórum, ait : Quid me tentátis, hypócritæ ? Osténdite mihi numísma census. At illi obtulérunt ei denárium. Et ait illis Iesus : Cuius est imágo hæc et superscríptio ? Dicunt ei : Cǽsaris. Tunc ait illis : Réddite ergo, quæ sunt Cǽsaris, Cǽsari ; et, quæ sunt Dei, Deo.

Le Denier de César - Philippe de Champaigne
Le Denier de César – Philippe de Champaigne

Les Pharisiens, pleins de colère,
Contre le Seigneur complotèrent.
« Contraignons Le à faire un choix :
Ce sera César, ou la Loi.
S’Il paraît à Rome infidèle,
Nous l’accuserons de rebelle ;
Mais si c’est la Loi qu’Il renie,
Il sera de nos mains puni. »
Ils appliquèrent leur méthode
Avec les partisans d’Hérode
(S’ils leur sont d’ordinaire odieux,
Que ne ferait-on contre Dieu !)
Ils Lui dirent, en hypocrites
Que l’ennemi de l’homme habite,
Avec des petits yeux sournois
Et de grands sourires narquois :
« Maître, nul d’entre nous n’ignore
Que Vous êtes vrai, non retors.
Sur ce problème embarrassant,
Donnez-nous Votre sentiment :
Est-il acceptable qu’un homme
Paye l’impôt levé par Rome ?
– Fourbes, pourquoi Me tentez-vous ?
L’expression de vos yeux avoue
Les intentions les plus infâmes
Que cachent le fond de vos âmes.
Tous vos pensers, Je les connais.
Montrez-moi plutôt la monnaie.
Qu’est-il écrit sur cette pièce,
Et ce visage-ci, qui est-ce ?
– C’est César. – Rendez-lui son bien ;
Et à Dieu, ce qui Lui revient. »

 

Les Saints du Ciel - Bienheureux Fra Angelico

Toussaint – Collecte


Oratio.
Omnípotens sempitérne Deus, qui nos ómnium Sanctórum tuórum mérita sub una tribuísti celebritáte venerári : quǽsumus ; ut desiderátam nobis tuæ propitiatiónis abundántiam, multiplicátis intercessóribus, largiáris. Per Dóminum.

Les Saints du Ciel - Bienheureux Fra Angelico
Les Saints du Ciel – Bienheureux Fra Angelico

Ô Triple Rayon d’or, Vous qui avez logé
De plus en plus d’oiseaux dans Votre alme verger,
Versez sur nos habits, des montagnes du Ciel,
L’ineffable douceur d’une rosée de miel :
Nous Vous le demandons, nous, pauvres avortons,
Haussés sur ces degrés qu’aujourd’hui nous fêtons.

Job - Léon Bonnat

Vingt-et-unième dimanche après la Pentecôte – Offertoire


Ant. ad Offertorium. Iob 1.
Vir erat in terra Hus, nómine Iob : simplex et rectus ac timens Deum : quem Satan pétiit ut tentáret : et data est ei potéstas a Dómino in facultátes et in carnem eius : perdidítque omnem substántiam ipsíus et fílios : carnem quoque eius gravi úlcere vulnerávit.

Job - Léon Bonnat
Job – Léon Bonnat

Quel est cet homme assis sur son tas de fumier ?
De son peuple, naguère, il fut l’un des premiers.
Il était opulent, mais aussi juste et probe ;
Il craignait le Seigneur et son nom était Job.
Le Tentateur le vit, et demanda, envieux,
Le droit de l’éprouver, ce qu’autorisa Dieu.
Il se jeta sur lui, lui retira son or,
Ses fils et le perça d’un ulcère en son corps.
Cet homme a-t-il failli ? A-t-il renié Dieu ? Non,
Il répète en pleurant : « Béni soit le Saint Nom ! »