Le Christ représenté comme un soleil

Mercredi de Pâques – Introït


Ant. ad Introitum. Matth. 25, 34.
Veníte, benedícti Patris mei, percípite regnum, allelúia : quod vobis parátum est ab orígine mundi, allelúia, allelúia, allelúia.
Ps. 95, 1.
Cantáte Dómino cánticum novum : cantáte Dómino, omnis terra.
V/.Glória Patri.

Le Christ représenté comme un soleil
Le Christ représenté comme un soleil

Ô vous que Mon Père a bénis,
Soulagés du fardeau terrible
D’une cruelle tyrannie,
Approchez-vous d’un cœur paisible.

Mon Père avait, avant le temps,
Forgé ces splendides couronnes :
Recevez-les en cet instant,
Et régnez, car Je vous les donne.

Quittez vos champs et vos travaux,
Prenez possession du Royaume,
Faites entendre un chant nouveau,
Et glorifiez Dieu dans les psaumes !

Publicités
Saint Mathias - Simone Martini

Saint Mathias – Trait


Tractus. Ps 20:3-4.
Desidérium ánimæ eius tribuísti ei: et voluntáte labiórum eius non fraudásti eum.
V. Quóniam prævenísti eum in benedictiónibus dulcédinis.
V. Posuísti in cápite eius corónam de lápide pretióso.

Saint Mathias - Simone Martini
Saint Mathias – Simone Martini

Il voulait, dans sa poitrine,
Recueillir tout l’or des Cieux,
Les trésors les plus précieux
Et les richesses divines.

Parmi les hommes mauvais
Qui grouillent sur notre sol,
Dieu Se plut à ses paroles,
Et vit comme il Le servait.

La voix qui passait sa lèvre
N’avait pas un faux accent,
Séducteur et caressant,
Mais venait droit de sa plèvre.

Son effort ne fut pas vain :
Au contraire, qu’on y pense !
Quelle grande récompense
Il reçut du Roy divin !

Pour sa vie si sainte et pieuse,
Dieu, sur sa tête bénie,
Mit un diadème garni
De mille pierres précieuses.

Saint Hilarion

Saint Hilarion – Graduel (Messe Os Justi)


hilarion_the_great_menologion_of_basil_ii
Saint Hilarion

Graduale. Ps. 20, 4-5.
Dómine, prævenísti eum in benedictiónibus dulcédinis : posuísti in cápite eius corónam de lápide pretióso.
V/. Vitam pétiit a te, et tribuísti ei longitúdinem diérum in sǽculum sǽculi.

Comme il est comblé de douceurs
Et de bénédictions !
Voici que le Seigneur
L’illumine de Ses rayons.

Ah, comme on lui fait fête !
Et de Son trône, notre Dieu
Pose sur cette noble tête
Un diadème précieux.

Il a dit : « Seigneur, que je vive ! »
Et Dieu dans Sa bonté
Le prit sur l’autre rive
Et lui donna l’éternité.

Saint Alphonse de Liguori - CC Andreas Praefcke

Saint Alphonse de Liguori – Introït


Ant. ad Introitum. Luc. 4, 18.
Spíritus Dómini super me : propter quod unxit me : evangelizáre paupéribus misit me, sanáre contrítos corde.
Ps. 77, 1.
Atténdite, pópule meus, legem meam : inclináte aurem vestram in verba oris mei.
V/. Glória Patri.

Saint Alphonse de Liguori - CC Andreas Praefcke
Saint Alphonse de Liguori – CC Andreas Praefcke

L’Esprit de Dieu plane au-dessus de moi
Et dans mon cœur trône le Roy des rois.
C’est sur mon front qu’Il a versé Son huile :
À Le servir j’ai consacré mes soins,
Et mon Seigneur me choisit entre mille,
Et mon Seigneur a fait de moi Son oint.

Quand Il versa Son huile sur ma tête,
Il proclama : « Voici Mon interprète.
Écoutez-le, car Je guide ses pas.
Je veux qu’il aille et Je veux qu’il enseigne
Aux pauvres gens qui ne Me savent pas
Pour que sur eux il étende Mon règne. »

Prête l’oreille à Mes commandements,
Et donne-Moi tout ton consentement.
Fais attention aux précieuses paroles
Que J’ai placées sur les lèvres des saints :
J’ai couronné leurs fronts d’une auréole
Et de Ma voix toujours ils sont enceints.

Saint Bonaventure - Rubens

Saint Bonaventure – Communion


Ant. ad Communionem. Luc. 12, 42.
Fidélis servus et prudens, quem constítuit dóminus super famíliam suam : ut det illis in témpore trítici mensúram.

Saint Bonaventure - Rubens
Saint Bonaventure – Rubens

Gloire au serviteur prudent et fidèle
Sous qui le Seigneur mit Sa maisonnée ;
Il fut dans sa vie un ange pour elle,
Au retour du Maître il fut couronné.

Car il était sage et plein de patience,
Faisait la récolte avec un grand soin,
Et même vieillard plantait ses semences,
Donnant à chacun selon son besoin.

Saint Paul

Commémoraison de saint Paul – Offertoire


Ant. ad Offertorium. Ps. 138, 17.
Mihi autem nimis honoráti sunt amíci tui, Deus : nimis confortátus est principátus eórum.

Saint Paul
Saint Paul

J’ai vu les amis du Seigneur
Revêtus de gloire et d’honneur !
J’ai cru défaillir devant eux,
Car ceux que Notre-Seigneur aime
Portent un sublime diadème
Ainsi qu’un vêtement laiteux.

Eux qui sur terre étaient si vils,
Eux que l’on tenait imbéciles,
Au Ciel trônent comme des rois.
Dieu les couvre de Ses louanges
Et la multitude des anges
Remet un sceptre entre leurs doigts.

Sainte Martine refuse d'adorer les idoles - Pietro da Cortona

Sainte Martine – Trait (Commun des Vierges I)


Tractus.
Veni, Sponsa Christi, áccipe corónam, quam tibi Dóminus præparávit in ætérnum : pro cuius amóre sánguinem tuum fudísti.
V/. Ps. 44, 8 et 5. Dilexísti iustítiam, et odísti iniquitátem : proptérea unxit te Deus, Deus tuus, óleo lætítiæ præ consórtibus tuis.
V/. Spécie tua et pulchritúdine tua inténde, próspere procéde et regna.

ad carissimam socrum

Dans l’arène où le fauve, à votre vue, rugit,
Approchez sans trembler, et relevez la tête :
Quand, sous le coup fatal, le sable aura rougi,
Vous serez accueillie par les anges en fête.

Avancez, avancez, sainte épouse de l’Oint,
Et venez recevoir la palme et la couronne
Pour avoir, sur la terre, appliqué tous vos soins
A faire Son plaisir et tout ce qu’Il ordonne.

Cette sainte couronne, avant la création,
Fut faite avec amour par le divin orfèvre ;
Et vous, pleine d’ardeur, d’amour et de passion,
L’avez jusqu’à la mort adoré cœur et lèvres.

Qu’avez-vous aimé ? Dieu, le Juste et le Très-Bon
Qui deux fois vous donna la vie dans Sa tendresse ;
Même sous les tourments, et le cœur moribond,
Votre âme refusa d’être injuste et traîtresse.

Alors, ce doux Seigneur que votre âme aime tant
Versa sur votre front l’huile sainte et royale ;
Pleine de majesté, vous régnez hors du temps,
Heureuse et délivrée des atteintes du mal.

Éclatante d’honneur, belle au-dessus des mots,
Quand nous vous invoquons, venez ! que votre règne
Donne à nos faibles cœurs de souffrir tous les maux,
Qu’à votre nom béni l’ennemi tremble et craigne.

Saint Polycarpe

Saint Polycarpe – Graduel


Graduale. Ps. 8, 6-7.
Glória et honóre coronásti eum.
V/. Et constituísti eum super ópera mánuum tuárum, Dómine.

Vous avez posé sur son front
Une couronne sans pareille
Où l’or glorieux de sept fleurons
Pousse sur sept grenats vermeils.

Et pour avoir porté sa croix,
Et périr pour Vous sous l’outrage,
De lui, Vous avez fait un roi
Pour qu’il règne sur Vos ouvrages.

Saint François Xavier débarquant en Chine - Joseph-Marie Vien

Saint François Xavier – Alleluia


Allelúia, allelúia. V/. Iac. 1, 12. Beátus vir, qui suffert tentatiónem : quóniam, cum probátus fúerit, accípiet corónam vitæ. Allelúia.

Ici-bas il a souffert
De multiples tentations,
Et son chemin sur la terre
Suit celui de la Passion.

Il est demeuré fidèle
Au seul véritable Dieu,
Et si sa mort fut cruelle,
Elle lui ouvrit les Cieux.

Bienheureux celui qui meurt
Sans être au diable asservi ;
Il recevra du Seigneur
La couronne de la vie.

Le Christ entouré de quatre anges

Saint Martin Ier, pape et martyr – Communion (avant 1942)


Ant. ad Communionem. Ps. 20, 4.
Posuísti, Dómine, in cápite eius corónam de lápide pretióso.

L’âme de saint Martin s’avance vers les Cieux :
Déjà les portes chrysogomphes1
S’ouvrent devant les pas d’un pontife si pieux,
Et la foule des saints et des anges glorieux
Célèbre dans la liesse un si juste triomphe.

Saint Pierre le reçoit et, lui montrant la voie,
Mène son juste successeur
Devant l’illustre trône où siège le Grand Roy,
Et, pour avoir souffert et péri pour la foi,
Dieu pose sur son front la couronne d’honneur.

1 : Chrysogomphe : ce mot extrêmement rare, inventé par les frères Berthelot, signifie : qui a des charnières en or, ou clouté d’or.

Saint Martin partageant son manteau avec un mendiant - CC Yelkrokoyade

Saint Martin – Alleluia (aux messes votives du temps pascal)


Allelúia, allelúia. V/. Beátus vir, sanctus Martínus, urbis Turónis Epíscopus, requiévit : quem suscéperunt Angeli atque Archángeli, Throni, Dominatiónes et Virtútes.
Allelúia. V/. Hic est sacérdos, quem coronávit Dóminus. Allelúia.

Voici le bienheureux que les palais célestes
Accueillent, débordant d’une joie manifeste !
Les anges les plus hauts conduisent saint Martin
Vers la salle éclatante où se tient le festin,
Et pour avoir été trouvé pur à sa mort,
Dieu pose sur sa tête une couronne d’or.

Le Christ, Tsar des Tsars - Alexandre Kazantsev

Christ-Roy – Introit


Le Christ, Tsar des Tsars - Alexandre Kazantsev
Le Christ, Tsar des Tsars – Alexandre Kazantsev

Ant. ad Introitum. Apoc. 5, 12 ; 1, 6.
Dignus est Agnus, qui occísus est, accípere virtútem, et divinitátem, et sapiéntiam, et fortitúdinem, et honórem. Ipsi glória et impérium in sǽcula sæculórum.
Ps. 71, 1.
Deus, iudícium tuum Regi da : et iustítiam tuam Fílio Regis.

Chrétiens, levez les yeux, contemplez l’Agneau blanc,
Cet Agnel immolé par le glaive sanglant,
Et dans la communion et des saints et des anges,
Entonnez sans tarder une hymne de louange.
Acclamez le Seigneur, ô fidèles, chantez
L’Agneau qui de l’autel renaît ensanglanté.
Gloire à l’Agneau de Dieu, gloire à l’Agneau royal,
Gloire à l’Immaculé qui nous sauva du mal !
Lui seul est vraiment digne, a vraiment mérité
De recevoir la force et la divinité,
La puissance et l’honneur, la sagesse et la gloire,
Et dans l’éternité, sceptre, trône et pouvoir.
Maître de l’univers, daignez remettre au Roy,
A Votre divin Fils qui souffrit sur la Croix,
La pourpre, la couronne et la main de justice,
Et qu’à Sa voix sacrée chaque chose obéisse.

Le Repentir de saint Pierre - Johannes Moreelse

Mea culpa, mea culpa, mea maxima culpa – Confiteor #7 – Rondeau #9


Le Repentir de saint Pierre - Johannes Moreelse
Le Repentir de saint Pierre – Johannes Moreelse

Nous parvenons à la fin de notre série sur le Confiteor, avec la triple accusation de la faute.

Le voici mon péché, pardonnez-moi Seigneur !
Hélas, je sais trop bien que malgré tous mes pleurs,
En dépit de Votre aide, en dépit de ma foi,
Je viendrais à blesser Votre amoureuse loi
Et non pas dans un an, mais d’ici moins d’une heure.

Pourtant, que je regrette ! Alors, du fond du cœur,
Redisons sans tarder avec plus de chaleur,
Reconnaissons encor, répétons une fois :
Le voici mon péché !

Comme un ver, du serpent maudit imitateur,
J’ai voulu m’élever contre Vous, Créateur,
Hypostases sacrées, contre Vous seul, Vous trois !
Je voulus usurper la couronne du Roy.
Accusons-nous encor, songeons à sa1 grandeur :
Le voici mon péché !

1 Sa : la grandeur peut se rapporter à Dieu également ; on lira ici dans les deux sens, car il ne peut y avoir de grand péché que s’il est un grand Dieu. Songer à la grandeur de Dieu nous fait immédiatement apercevoir la grandeur de notre péché, fût-il le péché le moins grave.