Martyre des saints Prime et Félicien

Saints Prime et Félicien – Graduel


Graduale. Ps. 88, 6 et 2.
Confitebúntur cæli mirabília tua, Dómine : etenim veritátem tuam in ecclésia sanctórum.
V/. Misericórdias tuas, Dómine, in ætérnum cantábo : in generatióne et progénie.

Martyre des saints Prime et Félicien
Martyre des saints Prime et Félicien

La terre pécheresse a détourné sa face
Et son cœur du Seigneur et de Sa sainte grâce
Et ne dit même plus le nom, le nom sacré
Qui l’a créée.

Mais les Cieux chanteront sans cesse les merveilles
À l’oreille des saints du Seigneur sans pareil,
Et nous, mes fils et moi, nous risibles cirons,
Les chanterons.

Martyre des saints Prime et Félicien

Saints Prime et Félicien – Introït


Ant. ad Introitum. Eccli. 44,15 et 14.
Sapiéntiam Sanctórum narrent pópuli, et laudes eórum núntiet ecclésia : nomina autem eórum vivent in sǽculum sǽculi.
Ps. 32, 1.
Exsultáte, iusti, in Dómino : rectos decet collaudátio.
V/.Glória Patri.

Martyre des saints Prime et Félicien
Martyre des saints Prime et Félicien

Ô peuples, proclamez la sagesse des Saints,
Et vous tous réunis pour proclamer leur gloire,
Entonnez la trompette et sonnez le buccin,
Faites donc résonner le chant de leur victoire !

Car leurs noms sont gravés sur la voûte des Cieux,
Brillent au firmament comme des astres d’or,
Et la tête penchée sur le côté de Dieu,
C’est pour l’éternité qu’ils ont vaincu la mort.

Justes, éclatez d’allégresse,
Car le Seigneur est votre joie.
Vers vous, ma louange se presse,
C’est vous que doit chanter ma voix.

Biographie des Saints Prime et Félicien

Lors de la persécution de Dioclétien et Maximien, ces deux frères furent mis tous les deux aux fers car ils professaient la religion chrétienne. Un ange délia leurs chaînes mais ils furent conduits devant le préteur : Félicien fut cloué par les pieds et les mains à un tronc d’arbre pendant trois jours, on versa du plomb fondu dans la bouche de Prime. Le préteur ordonna de les mener à l’amphithéâtre et de lâcher deux lions, lesquels, doux comme des agneaux, vinrent se coucher à leurs pieds. Le préteur fit alors décapiter les deux martyrs et jeter leurs corps aux chiens et aux oiseaux de proie qui les laissèrent intacts.