La Main de Dieu - Fresque du douzième siècle

Quatrième dimanche après Pâques – Alléluia


Allelúia, allelúia. V/. Ps. 117, 16. Déxtera Dómini fecit virtútem : déxtera Dómini exaltávit me.
Allelúia. V/. Rom. 6, 9. Christus resúrgens ex mórtuis iam non móritur : mors illi ultra non dominábitur. Allelúia.

La Main de Dieu - Fresque du douzième siècle
La Main de Dieu – Fresque du douzième siècle

La droite du Seigneur a montré Sa puissance,
Ô douce joie !
Et la main du Seigneur des prodiges immenses :
Louons le Roy.

Il a tiré mon cœur des profondeurs du lac,
Sublime exploit !
Il a sauvé ma vie dans plus de mille attaques :
Ah, réjouis-toi !

L’Oint revenu des morts ne pourra plus mourir,
Mais sous Sa loi
Le trépas dépouillé de son funeste empire
Désormais ploie.

 

Publicités
La Sainte Trinité - Les Grandes Heures d'Anne de Bretagne

Quatrième dimanche après Pâques – Épître


Léctio Epístolæ beáti Iacóbi Apóstoli.
Iac. 1, 17-21.
Caríssimi : Omne datum óptimum, et omne donum perféctum desúrsum est, descéndens a Patre lúminum, apud quem non est transmutátio nec vicissitúdinis obumbrátio. Voluntárie enim génuit nos verbo veritátis, ut simus inítium áliquod creatúræ eius. Scitis, fratres mei dilectíssimi. Sit autem omnis homo velox ad audiéndum : tardus autem ad loquéndum et tardus ad iram. Ira enim viri iustítiam Dei non operátur. Propter quod abiiciéntes omnem immundítiam et abundántiam malítiæ, in mansuetúdine suscípite ínsitum verbum, quod potest salváre ánimas vestras.

La Sainte Trinité - Les Grandes Heures d'Anne de Bretagne
La Sainte Trinité – Les Grandes Heures d’Anne de Bretagne

Tout beau présent, mes bien aimés,
Tout don parfait descend du Ciel ;
Il nous vient du Dieu des armées
Et de Sa lumière éternelle.

Pas une ombre sur Ses rayons,
Pas une seule altération !

Il voulut nous tirer du sol
Au début des siècles anciens,
Et d’une seule vraie parole
Il nous fit pour devenir Siens.

Vous le savez, il faut, mes frères,
Beaucoup écouter et se taire.

Laissez dans la paix vos esprits,
Ne permettez pas qu’ils s’irritent.
Dans ces cœurs que l’orage a pris,
Est-ce que la justice habite ?

En vos cœurs Dieu planta Ses mots :
Libérez-vous donc de vos maux.

Ils sont comme un lierre qui monte,
S’agrippe et fait mourir le tronc.
Écoutez Dieu, pour que la honte
Ne fasse pas rougir vos fronts.

Quand vous présenterez votre âme,
Faites-le sans risquer de blâmes.

 

Sainte Hostie de la Chapelle de Dijon - Barthélémy d'Eyck (attribution)

Quatrième Dimanche après Pâques – Postcommunion


Postcommunio.
Adésto nobis, Dómine, Deus noster : ut per hæc, quæ fidéliter súmpsimus, et purgémur a vítiis et a perículis ómnibus eruámur. Per Dóminum nostrum.

Sainte Hostie de la Chapelle de Dijon - Barthélémy d'Eyck (attribution)
Sainte Hostie de la Chapelle de Dijon – Barthélémy d’Eyck (attribution)

Ô divin Roy du Ciel, Vous venez sous la voûte
De mon âme qui tremble et de joie frémit toute,
Et de l’éternité boit déjà quelques gouttes.

Restez, restez Seigneur : le vice est résistant,
Et les périls nombreux pour qui vit dans le temps ;
Restez, arrachez-nous aux griffes de satan.

Dieu en majesté entouré des Tétramorphes

Quatrième Dimanche après Pâques – Introït


Christ en majesté - CC Aristeas
Christ en majesté – CC Aristeas

Ant. ad Introitum. Ps. 97, 1 et 2.
Cantáte Dómino cánticum novum, allelúia : quia mirabília fecit Dóminus, allelúia : ante conspéctum géntium revelávit iustítiam suam, allelúia, allelúia, allelúia.
Ps. ibid, 1.
Salvávit sibi déxtera eius : et bráchium sanctum eius.

Chantez un cantique nouveau,
Chantez et louez le Seigneur !
Il triompha des imposteurs
Qui se prétendaient ses rivaux.

Abandonnez votre sommeil,
Et chantez la gloire de Dieu ;
Chantez, car Il fit à nos yeux
Des prodiges et des merveilles.

De Son trône au faîte de Sion
Il a révélé Sa justice
En immolant Son propre Fils
Devant la face des nations.

Il n’a pas reçu de renforts :
La seule force de Sa main
Lui suffit au surlendemain
Pour faire trépasser la mort.

« Ô grand prophète, sauve-toi ! »
Lui disait-on, affreux blasphème ;
Le Seigneur S’est sauvé Lui-même,
Il a triomphé, Il est Roy.