Saint Etienne - Johann von Schraudolph

Invention des reliques de saint Étienne – Alléluia (avant 1960)


Allelúia, allelúia. V/. Act. 7, 55. Vídeo cœlos apértos, et Iesum stantem a dextris virtútis Dei. Allelúia.

Saint Etienne - Johann von Schraudolph
Saint Etienne – Johann von Schraudolph

Le Ciel s’ouvre devant mes yeux
Et Jésus trône plein de gloire
À la droite du Seigneur Dieu
Dont la main tient tous les pouvoirs.

Publicités
Saint Jean - Le Dominiquin

Saint Jean devant la Porte Latine – Postcommunion


Postcommunio
Refécti, Dómine, pane cælésti : ad vitam, quǽsumus, nutriámur ætérnam. Per Dóminum.

John_the_Evangelist
Saint Jean – Le Dominiquin

Vous ravivez ma force, ô Pain venu du Ciel.
Oh, daignez me nourrir pour la vie éternelle !

Le Tétragramme - Château de Versailles - CC Pvasiliadis.jpg

Saints Euspice et Maximin – Alleluia (à Verdun, avant 1960) (Acrostiche)


Allelúia, allelúia. V/. Ps. 9, 11. Sperent in te qui novérunt nomen tuum : quóníam non dereliquísti quæréntes te, Dómine. Allelúia.

Dieu secourt qui Le cherche et qui veut Le connaître ;
Il ne nous quitte point si nous pérégrinons.
Espérez donc, ô vous qui connaissez Son nom,
Une grâce plus grande encor de votre Maître !

Image : Le Tétragramme – Château de Versailles – CC Pvasiliadis

Saint Cyprien de Carthage - Meister von Meßkirch

Saint Corneille et saint Cyprien – Sixième leçon des matines (avant 1960)


Saint Cyprien de Carthage - Meister von Meßkirch
Saint Cyprien de Carthage – Meister von Meßkirch

Du Livre de saint Jérôme, Prêtre : Des écrivains ecclésiastiques.
Sixième leçon. Cyprien, africain d’origine, enseigna d’abord la rhétorique avec beaucoup d’éclat. Puis, s’étant fait chrétien, à la persuasion de Cécilius, dont il choisit le nom pour l’ajouter au sien, il donna aux pauvres toute sa fortune. Peu de temps après, il fut élevé au sacerdoce, et enfin nommé Évêque de Carthage. Il serait superflu de parler de son génie, puisque ses œuvres sont plus brillantes que le soleil. Il endura le martyre sous le règne de Valérien et de Gallien, dans la huitième persécution, le même jour que Corneille souffrit à Rome, mais non la même année.

Que valent les beautés de l’art de l’orateur
Si l’on ne les fait pas esclaves du Seigneur ?
C’est ainsi que, savant en cet art, Cyprien
Aux pauvres indigents abandonna ses biens,
Et reçut sans tarder l’eau pure du Baptême.
Le voici prêtre, évêque, et de ce Dieu Qu’il aime,
Il répand plein d’ardeur la doctrine sacrée,
Prononce des discours aussi saints qu’admirés,
Et donne aux rudes mots qui cachent des merveilles1
La splendeur et l’éclat des rayons du soleil.
Mais ce n’est rien encor que d’être un écrivain
Qui parle sagement des mystères divins :
Quand les persécutions secouèrent l’empire,
Dieu remit à Son saint la palme du martyre.

1 Du temps de saint Cyprien, la Bible paraissait aux oreilles latines et grecques quelque peu barbare, stylistiquement parlant. Les canons stylistiques hébraïques n’étant pas du tout les mêmes que ceux des Gréco-Romains, le texte biblique avait pour ces lettrés habitués à la rhétorique cicéronienne quelque chose de déplaisant. Les païens ne manquaient pas de se moquer de la pauvreté (à leurs yeux aveugles) du texte biblique, mais les chrétiens cultivés étaient, de leur côté, gênés. Les Pères latins n’ont pas manqué de répondre aux attaques par des arguments divers et parfois contradictoires, mais non sans intérêt.

Saint Etienne - Johann von Schraudolph

Invention des reliques de saint Etienne, protomartyr (avant 1960) – Introit


Saint Etienne - Johann von Schraudolph
Saint Etienne – Johann von Schraudolph

Avant 1960, on fêtait en ce jour l’invention des reliques de saint Etienne, dont voici une paraphrase de l’Introit.

Ant. ad Introitum. Ps. 118,23,86 et 23.
Sedérunt príncipes, et advérsum me loquebántur : et iníqui persecúti sunt me : ádiuva me, Dómine, Deus meus, quia servus tuus exercebátur in tuis iustificatiónibus.
Ps. ibid., 1.
Beati immaculáti in via, qui ámbulant in lege Dómini.

Prêtres et chefs du peuple ont parlé contre moi,
Et devant l’assemblée répandent leur malice.
Ils complotent ma perte à cause de ma foi,
Et craignent ma vertu qui révèle leurs vices.

Aidez-moi, mon Seigneur, mon Seigneur et mon Dieu,
Venez, je Vous en prie, venez à mon secours !
N’ai-je point obéi en tous temps, en tous lieux ?
A mes supplications, ne demeurez pas sourd !

Heureux qui sans dévier suit toujours le chemin
Que Dieu traça pour l’homme en Sa grande sagesse :
Contre ses ennemis, Il étendra Sa main,
Et dans l’éternité le couvre de largesses.