L'Assomption de la Vierge - Le Brun

Assomption – Introït


Ant. ad Introitum. Ap. 12, 1.
Signum magnum appáruit in cælo : múlier amicta sole, et luna sub pédibus eius, et in cápite eius coróna stellárum duódecim.
Ps. 97, 1.
Cantáte Dómino cánticum novum : quóniam mirabília fecit.
V/. Glória Patri.

L'Assomption de la Vierge - Le Brun
L’Assomption de la Vierge – Le Brun

Un grand signe soudain apparut dans le ciel,
Et le monde admira la femme la plus belle.
Dieu révélait à tous son voile étincelant,
Elle avait revêtu son esprit pur et blanc,
Elle était revêtue d’un habit sans pareil
Tissé, non de fils d’or, mais des rais du soleil.
Cornue des deux côtés, creuse comme un berceau,
La lune sous ses pieds lui servait de vaisseau
Et douze étoiles d’or, et de l’or le plus pur,
Formaient une couronne autour de sa figure.
Acclamez le Seigneur en hymnes victorieux
Car Sa main accomplit des actes prodigieux.

Publicités
Vierge à l'Enfant - Basilique Sainte-Sophie de Constantinople - CC Guillaume Piolle

La Bienheureuse Vierge Marie Reine – Communion


Ant. ad Communionem.
Regina mundi digníssima, María, Virgo perpétua, intercéde pro nostra pace et salúte, quæ genuísti Christum Dóminum, Salvatórem ómnium. (T.P. Allelúia.)

Vierge à l'Enfant - Basilique Sainte-Sophie de Constantinople - CC Guillaume Piolle
Vierge à l’Enfant – Basilique Sainte-Sophie de Constantinople – CC Guillaume Piolle

Reine de l’univers seule digne de l’être,
Ô mère immaculée du Seigneur Jésus-Christ,
Ô mère bien-aimée du Sauveur, notre Maître,
Entendez ma prière, écoutez notre cri !

Suppliez votre Fils d’accorder à sa mère
Ce qu’elle Lui demande avec de tendres yeux :
La paix dans notre cœur sur ces rives amères,
Et sur l’autre rivage, un coin tout près de Dieu.

Vierge à l'Enfant - Basilique Sainte-Sophie de Constantinople - CC Guillaume Piolle

De la Sainte Vierge le samedi – Postcommunion (de Noël à la Purification)


Postcommunio.
Hæc nos commúnio, Dómine, purget a crímine : et, intercedénte beáta Vírgine Dei Genetríce María, cæléstis remédii fáciat esse consórtes. Per eúndem Dóminum nostrum.

Vierge à l'Enfant - Basilique Sainte-Sophie de Constantinople - CC Guillaume Piolle
Vierge à l’Enfant – Basilique Sainte-Sophie de Constantinople – CC Guillaume Piolle

Ô Jésus venu dans l’Hostie,
Ô Dieu très grand et tout petit,
Délivrez-moi de mes souillures
Et de mes mauvais appétits
Pour que mon cœur devienne pur.

Ô Fils de la Vierge Marie,
Créature et mère chérie,
Accordez-moi secours et aide,
Car votre mère que je prie
À mes demandes intercède.

Vierge à l'Enfant - Basilique Sainte-Sophie de Constantinople - CC Guillaume Piolle

De la Sainte-Vierge le samedi – Alléluia


Allelúia, allelúia. V/. Post partum, Virgo, invioláta permansisti : Dei Génetrix, intercéde pro nobis. Allelúia.

Vierge à l'Enfant - Basilique Sainte-Sophie de Constantinople - CC Guillaume Piolle
Vierge à l’Enfant – Basilique Sainte-Sophie de Constantinople – CC Guillaume Piolle

Il était né, l’Enfant qui sauverait le monde.
Sa mère l’admirait, et ses pensées profondes
S’élevaient vers les Cieux.

Mère, elle sentait bien qu’elle était vierge encor ;
La fleur était restée dans l’âme et dans le corps
De l’épouse de Dieu.

Le couronnement de la Sainte Vierge - Velázquez

La bienheureuse Vierge Marie Reine – Alléluia


Allelúia, allelúia. V/. Salve, Regína misericórdiae, tu nos ab hoste prótege, et mortis hora súscipe. Allelúia.

Le couronnement de la Sainte Vierge - Velázquez
Le couronnement de la Sainte Vierge – Velázquez

Salut, sainte Reine des Cieux,
Salut, cœur miséricordieux,
Salut, Vierge chérie de Dieu !

Défendez-nous de l’adversaire,
Et quand nous quitterons la terre
Présentez nos âmes au Père.

Dieu le Père trônant, entouré de la Vierge Marie et du Christ

Lundi de la quatrième semaine de Carême – Graduel


Graduale. Ps. 30, 3.
Esto mihi in Deum protectórem et in locum refúgii, ut salvum me fácias.
V/. Ps. 70, 1. Deus, in te sperávi : Dómine, non confúndar in ætérnum.

Au milieu des périls et des dangers extrêmes,
Au milieu d’assassins, d’impies et de méchants,
Daignez, daignez, ô Dieu que j’aime,
Écouter ma prière, et ma voix, et mon chant.

Seigneur aux mille noms ! Créateur, Amour, Juge,
Soyez mon protecteur dans ce désert affreux ;
Que Votre main soit mon refuge,
Ô Seigneur adoré, ô Maître généreux.

Mon Seigneur et mon Dieu, c’est en Vous que j’espère :
Ne laissez pas peser l’iniquité sur moi ;
Ouvrez l’éternel, le prospère,
Le palais du salut où siège le Grand Roy.

Saint Cyrille d'Alexandrie - CC Erud

Saint Cyrille d’Alexandrie – Collecte


Oratio. P
Deus, qui beátum Cyríllum Confessórem tuum atque Pontíficem divínæ maternitátis beatíssimæ Vírginis Maríæ assertórem invíctum effecísti : concéde, ipso intercedénte ; ut, qui vere eam Genetrícem Dei crédimus, matérna eiúsdem protectióne salvémur. Per eúndem Dóminum nostrum.

« Ce n’est pas seulement d’un homme qu’elle est mère,
Si grand que soit son fils, sans égal et sans pair :
Elle est, en vérité, la vraie mère de Dieu,
Son fils est le vrai Fils qui descendit des Cieux,
Et malheur à celui qui dira le contraire ! »

Ainsi, plein de sagesse et du divin Esprit,
Parlait le bienheureux Cyrille en ses écrits :
De Jésus vraiment Dieu il fut le défenseur,
Sous les persécutions, parla toujours sans peur,
Et rendit vraiment gloire à la Vierge Marie.

A nous qui repoussons les erreurs sacrilèges,
L’infernale hérésie, ses appas et ses pièges,
A nous qui répétons que Jésus, notre Roy,
Est Fils de Dieu, vrai Dieu, Dieu Lui-même un et trois,
Que la Mère de Dieu nous garde et nous protège.

Image : Saint Cyrille d’Alexandrie – CC Erud

Dieu le Père trônant, entouré de la Vierge Marie et du Christ

Sixième jour dans l’Octave de la Nativité – Offertoire


Ant. ad Offertorium. Ps. 88,12et 15.
Tui sunt cœli et tua est terra : orbem terrárum et plenitúdinem eius tu fundásti : iustítia et iudícium præparátio sedis tuæ.

Les Cieux disent à Dieu : nous Vous appartenons,
Et la terre obéit seulement à Son nom ;
Écoute, écoute encor la voix de l’univers :
« C’est à Dieu qui me fit que je suis asservi,
Et c’est Lui, le Très-Bon, qui fit don de la vie
A tous ces animaux dont je suis recouvert. »

Soyez loué, mon Dieu, pour Votre création !
Ô peuples, chantez-Le ! Acclamez-le, nations !
N’avez-Vous pas créé le Ciel, l’homme et la terre ?
Contemple ton Seigneur au céleste pourpris :
La justice est Son trône, et saints sont Ses rescrits ;
C’est Lui qui nous régit, c’est à Lui qu’il faut plaire.

La Vierge l'Enfant entourée des Saints Innocents - Pierre-Paul Rubens

Saints Innocents – Collecte


Oratio.
Deus, cuius hodierna die præcónium Innocéntes Mártyres non loquéndo, sed moriéndo conféssi sunt : ómnia in nobis vitiórum mala mortífica ; ut fidem tuam, quam lingua nostra lóquitur, étiam móribus vita fateátur. Per Dóminum.

Ils ont glorifié Dieu, ces martyrs innocents,
Non par leurs faibles voix, mais en versant leur sang.
Et nous qui Vous louons, ô Seigneur, en paroles,
Saurons-nous humblement nous mettre à leur école ?
Que ces enfants muets nous indiquent la voie,
Que notre vie témoigne aussi de notre foi.

Isaïe - Michel-Ange

Quatrième dimanche de l’Avent – Communion


Ant. ad Communionem. Is. 7, 14.
Ecce, Virgo concípiet et páriet fílium : et vocábitur nomen eius Emmánuel.

Ecoutez ce miracle, ô peuples de la terre,
Vous n’avez jamais rien entendu de si grand :
Vierge, demeurée vierge, elle devenue mère,
Et son Fils, dans le monde, aura le plus haut rang.

Mais prêtez donc l’oreille : aucun de vous n’ignore
Qu’il faut adorer Dieu humblement, à genoux
Et rempli de terreur ; mais, ô miracle encore !
Cet Enfant qui va naître est Dieu même, avec nous.

Coeur Immaculé de Marie - CC Diana Ringo

Coeur Immaculé de la Bienheureuse Vierge Marie – Evangile


Coeur Immaculé de Marie - CC Diana Ringo
Cœur Immaculé de Marie – CC Diana Ringo

+ Sequéntia sancti Evangélii secúndum Ioánnem.
Ioann. 19, 25-27.
In illo témpore : Stabant iuxta Crucem Iesu Mater eius, et soror Matris eius, María Cléophæ, et María Magdaléne. Cum vidísset ergo Iesus Matrem, et discípulum stantem, quem diligébat, dicit Matri suæ : Múlier, ecce fílius tuus. Deinde dicit discípulo : Ecce Mater tua. Et ex illa hora accépit eam discípulus in sua.

Parmi les railleries des Juifs et des Romains,
Et sous les quolibets de l’un des criminels,
Sous les yeux triomphants du chérubin1 rebelle,
Des femmes sanglotaient, la tête dans les mains.

Tout autour de Jésus pleuraient Marie, sa mère,
Marie de Cleophas, Marie de Magdala,
Trois femmes près du Christ, dans l’ombre et dans l’éclat,
Et le dernier apôtre en ces heures amères.

Alors, le Roy des rois, les voyant près de lui,
Dit à sa mère et Jean, au milieu du supplice :
« Voici ta mère, ô Jean ; Mère, voici ton fils. »
Et la Vierge habita chez l’apôtre depuis.

1 Cf. Ezechiel 28,14 sqq.

14 Tu cherub extentus, et protegens,
et posui te in monte sancto Dei :
in medio lapidum ignitorum ambulasti,
15 perfectus in viis tuis a die conditionis tuæ,
donec inventa est iniquitas in te.
16 In multitudine negotiationis tuæ
repleta sunt interiora tua iniquitate, et peccasti :
et ejeci te de monte Dei,
et perdidi te, o cherub protegens, de medio lapidum ignitorum.

L'Assomption de la Vierge - Le Brun

Assomption – Graduel


L'Assomption de la Vierge - Le Brun
L’Assomption de la Vierge – Le Brun

Graduale. Ps. 44, 11-12 et 14.
Audi, fília, et vide, et inclína aurem tuam, et concupíscet rex pulchritúdinem tuam.
V/. Tota decóra ingréditur fília Regis, textúræ áureæ sunt amíctus eius.

Tends l’oreille, ô ma fille, écoute, écoute, et vois,
Car ta beauté ravit ton Seigneur et ton Roy.
Avance, ô toute belle, ô fille du Seigneur !
L’or de ton vêtement rehausse ta splendeur.

Saint Dominique recevant le rosaire de la Vierge Marie - Franz Mayer & Co. - CC Andreas F. Borchert

Vigile de l’Assomption – Offertoire


Saint Dominique recevant le rosaire de la Vierge Marie - Franz Mayer & Co. - CC Andreas F. Borchert
Saint Dominique recevant le rosaire de la Vierge Marie – Franz Mayer & Co. – CC Andreas F. Borchert

Ant. ad Offertorium.
Beáta es, Virgo María, quæ ómnium portásti Creatórem : genuísti qui te fecit, et in ætérnum pérmanes Virgo.

D’avoir porté le Créateur,
Vierge Marie ! quel grand bonheur !
Vous fîtes venir ici-bas
L’Être même qui vous créa.
Pour l’éternité toute entière,
Vous êtes vierge autant que mère.

Dédicace de Sainte Marie aux neiges – Epitre


Nativité
Nativité

La messe de ce jour est tirée du commun des Fêtes de la bienheureuse Vierge Marie.

Eccli. 24, 14-16.
Ab inítio et ante sǽcula creáta sum, et usque ad futúrum sǽculum non désinam, et in habitatióne sancta coram ipso ministrávi. Et sic in Sion firmáta sum, et in civitáte sanctificáta simíliter requiévi, et in Ierúsalem potéstas mea. Et radicávi in pópulo honorificáto, et in parte Dei mei heréditas illíus, et in plenitúdine sanctórum deténtio mea.

Le monde n’était pas quand mon Dieu me fit naître,
Et je serai toujours lorsqu’il va disparaître.
J’ai servi mon Seigneur dans la sainte maison,
Et je L’ai bien servi tout au long des saisons.
Mon Seigneur m’honora sur la montagne sainte,
Et j’ai trouvé repos derrière son enceinte.
Quel honneur, quelle gloire, Il daigna m’accorder !
Sur Son peuple je règne et je dois le garder.
Ce peuple recevra mon Dieu pour héritage,
Et le conservera quand périront les âges.
Ne suis-je pas bénie, puisque j’ai pour jamais
Un trône dans le Ciel qui brille à son sommet ?