Buste de Racine

Sur le Germanicus de Pradon – Jean Racine.


Buste de Racine
Buste de Racine

Racine, si supérieur à Boileau en règle générale, lui est très inférieur en matière d’épigrammes, me semble-t-il : on ne fait que sourire à le lire parce que ses pointes ont déjà été trouvées par d’autres avant lui. Celle d’aujourd’hui porte sur le Germanicus de Pradon, jouée pour la première fois en 1694 ; on se souviendra que c’est la Phèdre de Pradon qui poussa Racine à l’amertume de la retraite.

Que je plains le destin du grand Germanicus !
Quel fut le prix de ses rares vertus !
Persécuté par le cruel Tibère,
Empoisonné par le traître Pison,
Il ne lui restait plus, pour dernière misère,
Que d’être chanté par Pradon.

Publicités