Saint Alexis de Rome

Saint Alexis – Offertoire


Ant. ad Offertorium. Ps. 88, 25.
Véritas mea et misericórdia mea cum ipso : et in nómine meo exaltábitur cornu eius.

Saint Alexis de RomeJe vêtirai Mon serviteur fidèle
De vérité, d’amour et de pitié ;
Sa vie entière aura Mon amitié :
On verra tôt sa gloire dans le Ciel.

Publicités
Dieu le Père trônant, entouré de la Vierge Marie et du Christ

Dimanche de la Passion – Introït


Ant. ad Introitum. Introitus. Ps. 42, 1-2.
Iúdica me, Deus, et discérne causam meam de gente non sancta : ab homine iníquo et dolóso éripe me : quia tu es Deus meus et fortitúdo mea.
Ps. ibid., 3.
Emítte lucem tuam et veritátem tuam : ipsa me de duxérunt et adduxérunt in montem sanctum tuum et in tabernácula tua.

Dieu le Père trônant, entouré de la Vierge Marie et du Christ
Dieu le Père trônant, entouré de la Vierge Marie et du Christ

Rends-Moi justice, ô Mon Dieu,
Et M’arrache au peuple odieux,
Car cette infidèle engeance
Veut de Moi tirer vengeance.

Je T’en prie, rejette au loin
Le fourbe et le faux-témoin
Dont le sinistre désir
Est de Me faire mourir.

Je n’ai d’autre Dieu que Toi,
En Toi seul Je mets Ma foi,
Car Toi seul est Mon rempart,
À Toi nul ne se compare.

Fais que Je sois habité
De Ta seule vérité :
Mes yeux par Tes mains ouverts,
Qu’ils reçoivent Ta lumière.

Loin des pièges des démons,
Dirige-Moi jusqu’au mont
Où Ta lumière éclatante
A planté Sa noble tente.

La Descente du Saint-Esprit - Le Titien

Vendredi des Quatre-Temps de Pentecôte – Alléluia


Allelúia, allelúia. V/. Sap 12, 1. O quam bonus et suávis est, Dómine, Spíritus tuus in nobis !
Allelúia. (Hic genuflectitur) V/. Veni, Sancte Spíritus, reple tuórum corda fidélium : et tui amóris in eis ignem accénde.

La Descente du Saint-Esprit - Le Titien
La Descente du Saint-Esprit – Le Titien

Oh, que nous verse de douceur,
Que nous accorde de bonté
Le divin Esprit du Seigneur,
L’Esprit brûlant de vérité !

Venez, venez, Esprit si pur,
Et des malheureux qui Vous prient
Enflammez le glaçon si dur
De leur trop misérable esprit.

Répandez sur eux Votre amour
Comme un rouge torrent de feu,
Venez habiter pour toujours
Dans leurs cœurs, Saint-Esprit de Dieu !

Saint Marc - Jean Bourdichon

Saint Marc – Alléluia


Allelúia, allelúia. V/. Ps. 88, 6. Confitebúntur cæli mirabília tua, Dómine : étenim veritátem tuam in ecclésia sanctórum.
Allelúia. V/. Ps. 20, 4. Posuísti, Dómine, super caput eius corónam de lápide pretióso. Allelúia.

Saint Marc - Jean Bourdichon
Saint Marc – Jean Bourdichon

Les Cieux publieront Vos exploits,
Ô mon Seigneur !
Ils rappelleront Votre loi,
Votre Vérité dans le cœur
Du peuple dont Vous êtes Roy.

Combien ce serviteur Vous aime !
Sur son front pieux,
Vous avez posé un diadème
D’or serti de rubis précieux
Quand s’est achevé son carême.

Buste de Saint Vincent Ferrier - CC Jordiferrer

Saint Vincent Ferrier – Offertoire (messe Os Justi)


Buste de Saint Vincent Ferrier - CC Jordiferrer
Buste de Saint Vincent Ferrier – CC Jordiferrer

Ant. ad Offertorium. Ps. 88, 25.
Véritas mea et misericórdia mea cum ipso : et in nómine meo exaltábitur cornu eius.

J’ai versé dans sa coupe un céleste nectar,
Plein de miséricorde et plein de vérité ;
Il a bu ce breuvage, Il l’a bu sans retard,
Et c’est dans son esprit que Je vins habiter.

Dans le fond de son cœur J’ai fait croître l’amour,
J’ai fait grandir en lui les plus belles vertus ;
Il aura pour jamais un haut rang dans Ma cour,
Et c’est de Mon esprit qu’il sera revêtu.

Le Caravage - La Conversion de saint Paul sur le chemin de Damas

Conversion de saint Paul – Alleluia


Allelúia, allelúia. V/. Magnus sanctus Paulus, vas electiónis, vere digne est glorificándus, qui et méruit thronum duodécimum possídere. Allelúia.

Ô grand saint Paul, ô vase d’élection,
Ô grand apôtre envoyé aux nations,
Notre Seigneur et sa très sainte épouse,
Que vous avez si noblement servis,
Et auxquels fut consacrée votre vie
Vous ont donné un trône au sein des douze.

Et nous, enfants des malheureux gentils,
A qui le diable a si longtemps menti,
Qui, si longtemps, vécurent dans le noir,
Vous nous avez apporté la clarté
De l’espérance et de la vérité,
Ô grand saint Paul, nous chantons votre gloire.

Saint Hyacinthe - CC Richard Huber

Saint Hyacinthe – Graduel (Messe Os justi)


Saint Hyacinthe - CC Richard Huber
Saint Hyacinthe – CC Richard Huber

Graduale. Ps. 91, 13 et 14.
Iustus ut palma florébit : sicut cedrus Líbani multiplicábitur in domo Dómini.
V/. Ibid., 3. Ad annuntiándum mane misericórdiam tuam, et veritátem tuam per noctem.

Le cèdre étend ses frondaisons
Près de Dieu et de Sa maison,
Et le palmier montre ses fleurs
Juste à côté de Sa demeure.
Ainsi le juste croît sans bruit,
Et porte le plus beau des fruits.
Dans sa gorge, toutes ses cordes,
Chantent Votre miséricorde
Tout le jour, et sans arrêter,
La nuit, loue Votre vérité.

Bartolo di Fredi - L'annonciation à saint Joachim

Saint Joachim – Graduel


Bartolo di Fredi - L'annonciation à saint Joachim
Bartolo di Fredi – L’annonciation à saint Joachim

Graduale. Ps. 111, 9 et 2.
Dispersit, dedit paupéribus : iustítia eius manet in sǽculum sǽculi.
V/. Potens in terra erit semen eius : generátio rectórum benedicétur.

Loué soit Dieu pour Ses richesses,
Qu’Il donne au pauvre, au démuni,
Et qu’Il répand avec largesse :
Que le nom de Dieu soit béni !

Loué soit le nom du Seigneur !
Sa justice et Sa vérité
Ne s’altèrent pas et demeurent
Dans le siècle et l’éternité.

Louée sera Sa descendance,
Et la race chérie de Dieu :
Sa main aura force et puissance,
Sur terre comme dans les Cieux !

Loué sera le fils du juste,
Qui, plein de la bénédiction
Du Dieu très saint et très auguste
S’élève au-dessus des nations !

Moïse devant le buisson ardent

Sade – Psaume #118 – Distiques #47


Moïse devant le buisson ardent
Moïse devant le buisson ardent

Sade

137 Justus es, Domine,
et rectum judicium tuum.
138 Mandasti justitiam testimonia tua,
et veritatem tuam nimis.
139 Tabescere me fecit zelus meus,
quia obliti sunt verba tua inimici mei.
140 Ignitum eloquium tuum vehementer,
et servus tuus dilexit illud.
141 Adolescentulus sum ego et contemptus ;
justificationes tuas non sum oblitus.
142 Justitia tua, justitia in æternum,
et lex tua veritas.
143 Tribulatio et angustia invenerunt me ;
mandata tua meditatio mea est.
144 Æquitas testimonia tua in æternum :
intellectum da mihi, et vivam.

Sade1

Gloire au Juge sacré, gloire au Juste des justes !
Gloire à Ses jugements qui sont sûrs et robustes !

Gloire à Vos lois, Seigneur, qui sont droites et vraies,
Gloire à Vos jugements, et gloire à Vos arrêts !

J’ai proclamé Vos lois ; hélas, quels vains efforts !
De tous mes ennemis, qui s’en rappelle encor ?

Votre parole, ô Verbe, est un brasier violent,
Et mon œil, devant elle, est tout étincelant.

Je suis jeune, mon Dieu, mes joues sont encor lisses,
Mais je garde Vos lois, j’aime Votre justice.

Justice, non du temps, mais de l’éternité,
Car Votre loi, Seigneur, vient de la vérité.

Si je vis accablé d’angoisse et de douleurs,
Je médite Vos lois pour assécher mes pleurs.

Vos préceptes, mon Dieu, sont éternels et vrais :
Donnez-moi la sagesse, et sans fin je vivrai.

1 Il va sans dire que le nom de cette lettre, parfois orthographié Tsade, n’a rien à voir avec l’écrivain.

Enseignez à tous que je suis le chemin, la vérité, la vie

Daleth – Psaume #118 – Distiques #33


Enseignez à tous que je suis le chemin, la vérité, la vie
Enseignez à tous que je suis le chemin, la vérité, la vie

Daleth

25 Adhæsit pavimento anima mea :
vivifica me secundum verbum tuum.
26 Vias meas enuntiavi, et exaudisti me ;
doce me justificationes tuas.
27 Viam justificationum tuarum instrue me,
et exercebor in mirabilibus tuis.
28 Dormitavit anima mea præ tædio :
confirma me in verbis tuis.
29 Viam iniquitatis amove a me,
et de lege tua miserere mei.
30 Viam veritatis elegi ;
judicia tua non sum oblitus.
31 Adhæsi testimoniis tuis, Domine ;
noli me confundere.
32 Viam mandatorum tuorum cucurri,
cum dilatasti cor meum.

Daleth

Mon âme douloureuse adhère à la poussière :
Ô Seigneur, animez cette âme toute entière.

J’ai dénudé mon cœur, et Vous l’avez béni ;
Ô Maître, abreuvez-moi de Vos lois infinies.

Ô loi, loi merveilleuse ! Oh, faites-en mon guide,
Car elle est un soutien plus encor qu’une bride.

Affermissez mon âme engourdie de chagrin :
Déposez le fardeau de la loi sur mes reins.

Des voies de l’injustice, arrachez-moi, grand Juge !
Pitié selon la loi ! Dieu, soyez mon refuge.

C’est Vous que j’ai choisi1, Ô Voie, Vérité, Vie.
Je n’ai rien oublié de Vos très saints avis.

Comme le lierre au mur, je grimpe à Vos préceptes :
Ne me confondez pas, moi qui suis Votre adepte.

Mon cœur sec et fermé, Vous l’ouvrez largement,
Et je cours dans la voie de Vos commandements.

1 J’hésite à accorder le participe passé au féminin pluriel. En effet, Vous se rapporte grammaticalement à Voie, Vérité, Vie ; laquelle expression se rapporte à Jésus. De surcroît, les trois adjectifs sont vus comme ne faisant qu’un, puisque le Ô est en facteur commun. Donc, on pourrait accorder au féminin singulier. Ce qui laisse trois possibilités entre lesquelles je ne puis choisir.

Saint Jean à Patmos

Le dernier écrivain – Stances #63


Saint Jean à Patmos
Saint Jean à Patmos

Nous fêtons aujourd’hui saint Jean l’évangéliste, pour lequel j’ai une vénération particulière.

Poëtes, écrivains, tous nous nous répétons,
Et tout ce que j’écris fut déjà dit hier.
Oh, nous pouvons changer ou la forme ou le ton,
Varier le point de vue, passer de prose en vers,
Mais nous ne ferons rien de franchement nouveau.
Parler plus ou moins vrai, chanter plus ou moins juste,
Voilà ce qui seul peut distinguer des rivaux,
Qui nous peut mériter, oh tout au plus, un buste.

Ô vous seul méritez d’avoir une statue,
Un colosse à Patmos, ô saint évangéliste !
Depuis, chéri de Dieu, que vous vous êtes tu,
Avez tout dévoilé de l’Église et du Christ,
Tous ceux qui ont cherché ailleurs qu’en vos écrits,
De toute vérité sont toujours restés veufs.
Vous seul, ô grand saint Jean, que chaque jour je prie,
Avez dit le dernier quelque chose de neuf.