Le Saint-Esprit - Le Bernin - CC Dnalor 01

Lundi de Pentecôte – Communion


Ant. ad Communionem. Ioann. 14, 26.
Spíritus Sanctus docébit vos, allelúia : quæcúmque díxero vobis, allelúia, allelúia.

Le Saint-Esprit - Le Bernin - CC Dnalor 01
Le Saint-Esprit – Le Bernin – CC Dnalor 01

L’Esprit que J’enverrai pour régner sur vos cœurs
Ne vous apprendra point d’autres choses que Moi
Car Il est le même Seigneur,
Mais Il vous donnera la clarté de la Foi.

Publicités
Les anges venant au secours des âmes du Purgatoire - CC MOSSOT

Commémoraison de tous les fidèles défunts – Epitre (Troisième messe)


Léctio libri Apocalýpsis beáti Ioánnis Apostóli.
Apoc. 14, 13.
In diébus illis : Audívi vocem de cælo, dicéntem mihi : Scribe : Beáti mórtui, qui in Dómino moriúntur. Amodo iam dicit Spíritus, ut requiéscant a labóribus suis ópera enim illórum sequúntur illos.

J’entendis une voix qui descendait du Ciel
Et me dit : « Trempe, ô Jean, ta plume dans le miel
Car je vais te dicter les plus suaves mots :
Nul n’aura plus de joie que l’homme qui se meurt
Et qui s’endort en paix dans le sein du Seigneur.
Il ne souffrira plus de la peine et des maux. »

Et j’entendis l’Esprit qui me disait encor :
« Que le juste et le doux qui délaisse son corps
Se repose à jamais de ses nobles travaux ;
Le monde ne pouvant les retenir au piège,
Ses bienfaits sur ses pas lui font comme un cortège :
Qu’il n’ait rien désormais qui l’éprouve à nouveau ! »

Les Saints du Ciel - Bienheureux Fra Angelico

Fête de tous les saints – Epitre


Léctio libri Apocalýpsis beáti Ioánnis Apóstoli.
Apoc. 7, 2-12.
In diébus illis : Ecce, ego Ioánnes vidi álterum Angelum ascendéntem ab ortu solis, habéntem signum Dei vivi : et clamávit voce magna quátuor Angelis, quibus datum est nocére terræ et mari, dicens : Nolíte nocére terræ et mari neque arbóribus, quoadúsque signémus servos Dei nostri in fróntibus eórum. Et audívi númerum signatórum, centum quadragínta quátuor mília signáti, ex omni tribu filiórum Israël, Ex tribu Iuda duódecim mília signáti. Ex tribu Ruben duódecim mília signáti. Ex tribu Gad duódecim mília signati. Ex tribu Aser duódecim mília signáti. Ex tribu Néphthali duódecim mília signáti. Ex tribu Manásse duódecim mília signáti. Ex tribu Símeon duódecim mília signáti. Ex tribu Levi duódecim mília signáti. Ex tribu Issachar duódecim mília signati. Ex tribu Zábulon duódecim mília signáti. Ex tribu Ioseph duódecim mília signati. Ex tribu Béniamin duódecim mília signáti. Post hæc vidi turbam magnam, quam dinumeráre nemo póterat, ex ómnibus géntibus et tríbubus et pópulis et linguis : stantes ante thronum et in conspéctu Agni, amícti stolis albis, et palmæ in mánibus eórum : et clamábant voce magna, dicéntes : Salus Deo nostro, qui sedet super thronum, et Agno. Et omnes Angeli stabant in circúitu throni et seniorum et quatuor animalium : et ceciderunt in conspéctu throni in fácies suas et adoravérunt Deum, dicéntes : Amen. Benedíctio et cláritas et sapiéntia et gratiárum actio, honor et virtus et fortitúdo Deo nostro in sǽcula sæculórum. Amen.

Venez, écoutez-moi, vous qui peuplez le sol,
Car tout ce que j’ai vu sera dans mes paroles.
Voici ce que moi, Jean, dans mes visions je vis :
Un ange, au front frappé du sceau du Dieu de vie,
Se dressa de l’orient, s’éleva vers le ciel,
Et parla d’une voix à la fois forte et belle :
« Puissants anges à qui Dieu confia la mission
De livrer l’univers à l’annihilation,
Patientez ! Retenez votre courroux funeste,
Car nous devons d’abord marquer du sceau céleste
Tous ceux dont l’existence eut l’agrément des Cieux
Ceux qui sont demeurés les serviteurs de Dieu. »
Alors, je vis venir des enfants d’Israël
Ceux qui avaient reçu le stigmate éternel.
Je fus émerveillé que fussent si nombreux
Ceux qui furent marqués sur leur front bienheureux !
« Regarde ces tribus, dit une voix gracile.
Chacune de ces douze en compte douze mille ! »
Mais qui pourra compter les myriades que Dieu
Mit aussitôt après sous mes indignes yeux ?
Je vis venir de l’est, de l’ouest, du nord, du sud,
Une incroyable, immense et vaste multitude.
Je vis tous les pays et toutes les nations
Réunis en ce lieu par milliards et millions ;
Ils étaient si nombreux que mon faible regard
N’en pouvait embrasser qu’une bien mince part.
Une palme à la main, dans leurs vêtements blancs,
Ils fixaient du regard le trône étincelant,
Ils contemplaient l’Agneau plus brillant qu’un soleil,
Et leur puissante voix sonnait à mes oreilles :
« C’est en Vous, ô Seigneur, que siège le salut ;
Et voici Votre Agneau qui sauve les élus ! »
Or, je vis aussitôt les anges qui jetèrent
Leurs visages, si beaux et si purs, contre terre ;
Enflammés par l’amour et par l’adoration,
Ils clamaient : « Gloire à Dieu, Roy de la création !
Que tout Lui rende honneur ! Que tout Lui rende grâces !
Créature, loue-Le, si ton cœur est vérace !
Bénissons le Seigneur, notre Dieu tout puissant,
Qui triompha du mal en répandant Son sang,
Et vous que le Seigneur créa, hommes et anges,
Faites sans fin sonner vos hymnes de louanges !

Saint Pie X

Saint Pie X – Communion


Saint Pie X
Saint Pie X

Ant. ad Communionem. Ioan. 6, 56-57.
Caro mea vere est cibus, et sanguis meus vere est potus. Qui mandúcat meam carnem et bibit meum sánguinem, in me manet et ego in illo.

Mangez, mangez Ma chair, Elle vous nourrira
Plus que le pain de blé que produisent vos bras.
Buvez, buvez Mon sang, car quel autre breuvage
Vous gardera vivants même au-delà des âges ?
Car qui mange Ma chair, qui boit Mon précieux sang,
Demeure en Moi, et Moi, en son cœur Je descends.

Coeur Immaculé de Marie - CC Diana Ringo

Coeur Immaculé de la Bienheureuse Vierge Marie – Evangile


Coeur Immaculé de Marie - CC Diana Ringo
Cœur Immaculé de Marie – CC Diana Ringo

+ Sequéntia sancti Evangélii secúndum Ioánnem.
Ioann. 19, 25-27.
In illo témpore : Stabant iuxta Crucem Iesu Mater eius, et soror Matris eius, María Cléophæ, et María Magdaléne. Cum vidísset ergo Iesus Matrem, et discípulum stantem, quem diligébat, dicit Matri suæ : Múlier, ecce fílius tuus. Deinde dicit discípulo : Ecce Mater tua. Et ex illa hora accépit eam discípulus in sua.

Parmi les railleries des Juifs et des Romains,
Et sous les quolibets de l’un des criminels,
Sous les yeux triomphants du chérubin1 rebelle,
Des femmes sanglotaient, la tête dans les mains.

Tout autour de Jésus pleuraient Marie, sa mère,
Marie de Cleophas, Marie de Magdala,
Trois femmes près du Christ, dans l’ombre et dans l’éclat,
Et le dernier apôtre en ces heures amères.

Alors, le Roy des rois, les voyant près de lui,
Dit à sa mère et Jean, au milieu du supplice :
« Voici ta mère, ô Jean ; Mère, voici ton fils. »
Et la Vierge habita chez l’apôtre depuis.

1 Cf. Ezechiel 28,14 sqq.

14 Tu cherub extentus, et protegens,
et posui te in monte sancto Dei :
in medio lapidum ignitorum ambulasti,
15 perfectus in viis tuis a die conditionis tuæ,
donec inventa est iniquitas in te.
16 In multitudine negotiationis tuæ
repleta sunt interiora tua iniquitate, et peccasti :
et ejeci te de monte Dei,
et perdidi te, o cherub protegens, de medio lapidum ignitorum.

Saint Nazaire

Saints Nazaire, Celse, Victor et Innocent – Offertoire


Saint Nazaire
Saint Nazaire

Nous fêtons aujourd’hui saints Nazaire et Celse, martyrs, saint Victor, pape et martyr, et saint Innocent, pape. Pour ce poème, je me suis seulement fondé sur la première phrase de l’antienne de l’Offertoire.

Ant. ad Offertorium. Ps. 67, 36.
Mirábilis Deus in Sanctis suis : […]

Quand je vénère un saint, je ne vois pas un dieu ,
Quelque grand qu’il puisse être, et sublime, et glorieux ;
Si, devant sa statue, j’ai les genoux au sol,
Je ne l’adore point comme on fait des idoles.

La statue donne à l’œil une image du saint,
Le saint donne à l’esprit une idée du Seigneur ;
La pierre est peu de chose, et qui suit Ses desseins
Avant tout glorifie l’unique Créateur.

A la gloire de Dieu, rien ne peut ajouter :
Quoiqu’Il soit aussi grand lorsqu’Il est solitaire,
Et le sera toujours, Il veut, dans Sa bonté,
Être aussi grand dans l’homme, au ciel et sur la terre.

Saint Jean-Baptiste par Jacopo del Casentino

Beato Ioanni Baptistæ – Confiteor #4 – Stances #80


Saint Jean-Baptiste par Jacopo del Casentino
Saint Jean-Baptiste par Jacopo del Casentino

Quatrième volet de notre série sur le Confiteor : l’invocation à saint Jean-Baptiste.

Le monde était dans l’ombre et l’homme avait rompu
Le lien qui l’unissait à son divin Auteur ;
Le diable triomphait, ou le croyait, repu
De larmes, de péchés, de crimes et de pleurs.

Mais Dieu ne laissa point l’homme dans l’abandon ;
Le Créateur aimait l’ingrate créature,
Il désirait déjà dispenser Son pardon
Et retourner vers Lui cette âme folle et dure.

Avec quelle patience Il restaura ce lien !
Voici, de siècle en siècle, en dépit des tempêtes,
Supérieurs aux guerriers, aux rois, aux magiciens,
La longue chaîne d’or des bienheureux prophètes.

D’Abraham à Moïse, Isaïe, Jérémie,
Et jusqu’au Précurseur, envoyés par le Père,
Ils proclamaient tout haut sous des yeux ennemis :
« Redressez vos chemins car voici la Lumière. »

Menaces et mépris, coups, trahisons, tourments,
Mais toujours habités par le Consolateur,
Rien ne les arrêta, et toujours, lentement,
Ils bâtirent le pont qui nous lient au Seigneur.

Et nous pécheurs, ce pont, nous le fragilisons,
Ou même, fous, ô fous ! le mettons en poussière ;
Un instant y suffit, et notre déraison
Fait voler en éclat l’ouvrage millénaire.

Au suprême prophète aussitôt demandons,
Parce que nos péchés lui font aussi du tort,
Qu’il veuille, à nous pécheurs, accorder le pardon,
Et nous guider toujours vers Celui qu’il adore.

La Sainte Vierge et Saint Jean au pied de la Croix

Fac > desidero – Stabat Mater #6 – Stances #79


La Sainte Vierge et Saint Jean au pied de la Croix
La Sainte Vierge et Saint Jean au pied de la Croix

Fac me tecum pie flere,
Crucifixo condolere,
donec ego vixero.

Iuxta crucem tecum stare,
et me tibi sociare
in planctu desidero.

Faites que tout en moi, cœur, esprit et corps, pleure
Pour votre Fils Jésus excédé de douleurs,
Aussi longtemps que je vivrai.

Je veux, dès aujourd’hui vous prendre pour modèle,
Rester, tout comme vous, près de la Croix, fidèle
Au seul Sauveur vivant et vrai.

Jésus crucifié

Pro > spiritum – Stabat Mater #4 – Stances #76


Jésus crucifié
Jésus crucifié

Pro peccatis suæ gentis
vidit Iesum in tormentis
et flagellis subditum.

Vidit suum dulcem natum
morientem desolatum,
dum emisit spiritum.

Voici Jésus chargé de l’effroyable somme
Des fautes, des péchés et des vices des hommes,
Et souffrant d’eux haine et mépris.

La pauvre mère voit le doux Enfant qu’elle aime
Mourir abandonné des disciples eux-mêmes,
Et remettre à Dieu Son esprit.

Un retable de la Crucifixion

Quis > Filio – Stabat Mater #3 – Stances #75


Un retable de la Crucifixion
Un retable de la Crucifixion

Quis est homo qui non fleret,
Matrem Christi si videret
in tanto supplicio?

Quis non posset contristari,
Christi Matrem contemplari
dolentem cum Filio?

Oh, qui pourrait vraiment garder tout sec son œil,
Et contempler Marie, terrassée par le deuil,
Et sous la souffrance étouffant ?

Tout être un peu sensible et frémit et sanglote
Pour la mère du Christ qui, horrifiée, grelotte
Face aux tourments de son enfant.

Le Christ guérit le grabataire de la fontaine de Bethesda

Le grabataire – Stances #72


Le Christ guérit le grabataire de la fontaine de Bethesda
Le Christ guérit le grabataire de la fontaine de Bethesda

Là se trouvait un homme malade depuis trente huit ans.
Jésus l’ayant vu gisant et sachant qu’il était malade depuis longtemps, lui dit :
« Veux-tu être guéri ? » Le malade lui répondit : « Seigneur, je n’ai personne pour me jeter dans la piscine dès que l’eau est agitée, et pendant que j’y vais, un autre descend avant moi. »
Jésus lui dit  » Lève-toi, prends ton grabat et marche. »Jean 5,4.

Trop malade de mes péchés,
Sur un grabat je suis couché,
Et couvert d’un quasi linceul,
Dans cette invisible prison,
Comment pourrais-je atteindre seul
La fontaine de guérison ?

Jésus, digne de tout éloge,
Près de moi passe et m’interroge :
« Veux-tu vraiment être guéri ?
– Oui ! » Et d’une simple parole,
Sans que je souffre ou que je crie,
Il me lève et m’arrache au sol.

« Va, me dit-Il, ne pèche plus,
Ou tu ne seras pas perclus,
Mais frappé de tourments bien pires
Par lesquels tu seras puni.
– Conservez sur moi Votre empire,
Ô Seigneur, et soyez béni ! »

O Clavis David - Grande Antienne O

O Clavis David – Grande Antienne O du 20 décembre – Quatrain #96


O Clavis David - Grande Antienne O
O Clavis David – Grande Antienne O

L’antienne O du 20 décembre fait elle aussi référence à l’Apocalypse (voir 3,7 : Hæc dicit Sanctus et Verus, qui habet clavem David : qui aperit, et nemo claudit : claudit, et nemo aperit) mais également à Isaïe (22,22 : Et dabo clavem domus David super humerum ejus ; et aperiet, et non erit qui claudat ; et claudet, et non erit qui aperiat).

O Clavis David, et sceptrum domus Israel ; qui aperis, et nemo claudit ; claudis, et nemo aperit : veni, et educ vinctum de domo carceris, sedentem in tenebris et umbra mortis.

Ô Clef du roi David, sceptre du peuple élu ;
Fermez : qui peut ouvrir ? ouvrez, qui pourra clore ?
Venez, et du cachot d’où le jour est exclu,
Libérez le captif de l’ombre de la mort.