Saint Jean de Kenty - CC Ludwig Schneider

Saint Jean de Kenty – Introït (extrait)


Ant. ad Introitum. Eccli. 18, 12-13.
Miserátio hóminis circa próximum : misericórdia autem Dei super omnem carnem.

Saint Jean de Kenty - CC Ludwig Schneider
Saint Jean de Kenty – CC Ludwig Schneider

L’homme voit son prochain pauvre, malade et triste :
Ce n’est que par moments
Qu’il vient à son secours, et le soigne et l’assiste.
S’il le voulait vraiment,
Pourrait-il secourir tous ceux qui sur la terre
Tremblent dans les malheurs et crient dans la misère ?

Mais il est un Seigneur qui règne dans les Cieux
Qui peut soigner la somme
Des malheureux humains, des nourrissons aux vieux
Aussi bien qu’un seul homme ;
Rien n’est dur à Celui qui fit le ciel si bleu :
Oublie l’homme oublieux, oublie l’homme et prie-Le.

Publicités
Saint Grégoire Barbarigo - CC Wolfgang Moroder

Saint Grégoire Barbarigo – Collecte


Oratio.
Deus, qui beátum Gregórium, Confessórem tuum atquem Pontíficem, pastoráli sollicitúdine et páuperum miseratióne claréscere voluísti : concéde propítius ; ut, cuius mérita celebrámus, caritátis imitémur exempla. Per Dóminum.

Saint Grégoire Barbarigo - CC Wolfgang Moroder
Saint Grégoire Barbarigo – CC Wolfgang Moroder

Vous avez, pour Votre gloire,
Répandu sur saint Grégoire
Votre grâce en gros torrents.

En agissant comme un père,
En soulageant la misère,
Vous l’avez fait noble et grand.

Qu’en célébrant ses mérites
Sa sainteté nous habite
Et nous mène jusqu’aux Cieux.

Faites, Seigneur, que toujours
Nous imitions son amour
Et son cœur clément et pieux.

Le prêtre imposant les cendres

Méditation sur le Memento Homo – Stances #67


Le prêtre imposant les cendres
Le prêtre imposant les cendres

Memento homo, quia pulvis es, et in pulverem reverteris

Du limon je T’ai pris quand le monde était prêt ;
De Ma bouche l’haleine à ta boue souffla l’âme ;
Je te voulus humble, homme, et tu valus Mon blâme ;
Vois ! que tu souffriras, toi qui te suffirais.

Souviens-toi donc, morgueux, souvent de ta misère,
Combien ton Dieu te donne ! Et tu t’es condamné.
Créature, dès lors, crève après peu d’années
De tout meurs dépouillé, retourne à la poussière.