Statue de saint Paul au Vatican - CC AngMoKio

Saint Pierre et saint Paul – Introït et Collecte


Statue de saint Paul au Vatican - CC AngMoKio
Statue de saint Paul au Vatican – CC AngMoKio

C’est pour moi un jour tout à fait particulier puisque je fête aujourd’hui l’anniversaire de ma première communion.

Ant. ad Introitum. Act. 12, 11.
Nunc scio vere, quia misit Dóminus Angelum suum : et erípuit me de manu Heródis et de omni exspectatióne plebis Iudæórum.
Ps. 138, 1-2.
Dómine, probásti me et cognovísti me : tu cognovísti sessiónem meam et resurrectiónem meam.
V/.Glória Patri.

Maintenant je le sais, je le sais sans conteste :
Loué soit le Seigneur, le Seigneur généreux,
Qui dépêcha vers moi Son Envoyé céleste,
Et m’ôta de la main d’Hérode et des Hébreux !

Vous m’avez éprouvé, Vous connaissez mon cœur,
Et comme un nouveau-né, devant Vous, je suis nu ;
Que je tombe ou me lève, est-il rien, ô Seigneur,
Qui demeure un instant à Votre œil inconnu ?

Oratio. (Collecte)
Deus, qui hodiérnam diem Apostolórum tuórum Petri et Pauli martýrio consecrásti : da Ecclésiæ tuæ, eórum in ómnibus sequi præcéptum ; per quos religiónis sumpsit exórdium. Per Dóminum nostrum.

Nous Vous le demandons, ô Seigneur tout-puissant,
En ce jour bienheureux où saint Pierre et saint Paul
Souffrirent le martyre et versèrent leur sang,
Que tous leurs successeurs restent à leur école,
Que, jusque dans la mort, ils imitent Vos saints ;
Faites que le Saint-Père entraîne Votre Église
A suivre leur modèle et Vos glorieux desseins,
Nous vous en supplions, par leur sainte entremise.

Publicités
L'apparition - Gustave Moreau

Allégorie biblique de la mort de Louis XVI – Stances #18


L'apparition - Gustave Moreau
L’apparition – Gustave Moreau

Aujourd’hui, 21 janvier, nous commémorons la décollation de Louis XVI. Il m’est venu à l’esprit certaine scène biblique qui n’est pas sans rapport avec le régicide.

Dans la grand salle du palais,
Le vieil Hérode, énorme et laid,
Frémit, tremble, bave et se pâme :
Comme elle danse, Salomé !
Sa croupe, sa hanche l’enflamment,
Et sa bouche en est affamée.

Hors de lui-même, il s’en empare.
 » Que veux-tu, femme, quelle part
Désires-tu ? Dis moi, dis moi
Ce que tu veux pour récompense ;
Je puis tout puisque je suis roi,
Mais je fléchis devant ta danse ! « 

Or, Hérodiade, dans son dos,
Lui souffle :  » Exige pour cadeau
La tête tranchée du Baptiste.
Qu’il l’offre sur un plat d’argent !
Qu’il tue ce serviteur du Christ,
Qu’il décapite cet agent ! « 

Hérode cède à ses caresses,
L’usurpateur1 tient sa promesse.
Il fait aussitôt tuer Jean,
Il fait tomber sa noble tête,
Et sur le sol trempé de sang
Salomé ravive la fête.

De même, il y a deux cent vingt ans,
Sous l’inspiration de satan,
La République vint séduire
Le cœur du bon peuple françois
Et parvint à faire mourir
Sur l’échafaud son pauvre Roy.

1 Hérode Antipas est fils d’Hérode le Grand, lui même mis sur le trône de Judée par les Romains.