La lapidation de saint Étienne

Saint Étienne, protomartyr – Collecte


Oratio.
Da nobis, quǽsumus, Dómine, imitári quod cólimus : ut discámus et inimícos dilígere ; quia eius natalícia celebrámus, qui novit étiam pro persecutóribus exoráre Dóminum nostrum Iesum Christum, Fílium tuum : Qui tecum vivit.

La lapidation de saint Étienne
La lapidation de saint Étienne

Haïrai-je mon ennemi
Quand le glaive ardent du Seigneur
Que nous célébrons en cette heure
Brisé sous les coups à demi
Vers les loups qui jetaient les pierres
Sur sa tête ne voulut point
Pour se venger brandir le poing
Mais tendit ses mains en prière.

Publicités
La Main de Dieu - Fresque du douzième siècle

Septième dimanche après la Pentecôte – Communion


Ant. ad Communionem. Ps. 30, 3.
Inclína aurem tuam, accélera, ut erípias me.

La Main de Dieu - Fresque du douzième siècle
La Main de Dieu – Fresque du douzième siècle

Seigneur, du haut du Ciel, inclinez Votre oreille
Et daignez écouter ma plainte et mes sanglots !
Plus prompt que la marée, qu’un cheval au galop,
Plus rapide qu’un vent et plus vif qu’une abeille,
Hâtez-Vous, ô Dieu sans pareil !

Venez avec la tiare et le sceptre du Roy,
Venez avec le glaive et la main de justice,
Arrachez Votre enfant à l’ombre des abysses,
Et fracassez l’anneau d’acier cruel et froid
Qui le retient à la paroi.

Saint Silvère

Saint Silvère – Introït (messe Si diligis)


Ant. ad Introitum. Ioann. 21, 15, 16 et 17.
Si díligis me, Simon Petre, pasce agnos meos, pasce oves meas. (T.P. Allelúia, allelúia.)
Ps. 29, 2.
Exaltábo te, Dómine, quóniam suscepísti me, nec delectásti inimícos.
V/.Glória Patri.

Saint Silvère
Saint Silvère

Si tu M’aimes, Simon, laisse ici tes filets
Et dans ce pré dont Dieu te confie la tutelle,
Fais paître Mon troupeau de brebis et d’agnels,
Et du terrible loup, Pierre, protège-les.

Vers Vous Seigneur, mon chant s’élève !
Vous m’avez trouvé terrassé
Et sous la menace d’un glaive.

Mais Vous avez daigné chasser
Celui qui m’avait mis à terre,
Et ma honte s’est effacée.

Il ne rit plus, mon adversaire,
Il se lamente dans la nuit !
Soyez béni, ô divin Père,

Secourable et céleste appui !

Saint Jean-Marie Vianney - CC Herwig Reidlinger

Saint Pierre Chrysologue – Alleluia


Allelúia, allelúia. V/. Ps. 109, 4. Tu es sacérdos in ætérnum, secúndum órdinem Melchísedech. Allelúia.

Ô poète, ô guerrier, ravalez votre orgueil.
Car vous devrez laisser sans retour sur le seuil
Du trépas, toi la lyre, et toi le glaive altier.
Mais le prêtre entrera devant vous dans le Ciel
Avec ses ornements et sa charge éternels,
Et le peuple des saints le louera tout entier.

Image : Saint Jean-Marie Vianney – CC Herwig Reidlinger

Vision du pape Clément Ier - Giovanni Battista Tiepolo

Saint Clément Ier – Offertoire


Ant. ad Offertorium. Ierem. 1, 9-10.
Ecce, dedi verba mea in ore tuo : ecce, constítui te super gentes et super regna, ut evéllas et destruas, et ædífices et plantes.

C’est Moi qui parle par ta voix ;
Je t’ai mis au-dessus des rois,
Et des peuples de l’univers,
Pour que, juge strict et sévère,
Tu libères sur eux les lions,
Et les jettes dans l’affliction.
Mais dépose parfois le glaive,
Et de ta bouche, alors, élève,
Fais connaître aux peuples Ma loi
Et hisse les nations vers Moi.

Triptyque représentant Jésus crucifié entouré de Sa Mère et de saint Jean

Stabat > gladius – Stabat Mater #1 – Stances #73


Triptyque représentant Jésus crucifié entouré de Sa Mère et de saint Jean
Triptyque représentant Jésus crucifié entouré de Sa Mère et de saint Jean

En ce temps de Carême, je vous propose une adaptation du Stabat Mater qui s’achèvera vendredi en huit. Vous découvrirez chaque jour deux tercets. Le titre de l’article donnera le premier mot du premier tercet, et le dernier du deuxième tercet.

Stabat Mater dolorosa
Juxta crucem lacrimosa
dum pendebat Filius.

Cuius animam gementem,
contristatam et dolentem,
pertransivit gladius.

Voyez debout la Mère, étouffant de douleurs,
Versant près de la Croix une source de pleurs
Pour son Fils tout prêt d’expirer.

Et d’amour débordant pour son enfant, son Fils,
Son âme gémissante, et triste, est au supplice :
Un glaive ardent l’a déchirée.

Le Jugement

Samech – Psaume #118 – Distiques #44


Le Jugement
Le Jugement

Samech

113 Iniquos odio habui,
et legem tuam dilexi.
114 Adjutor et susceptor meus es tu,
et in verbum tuum supersperavi.
115 Declinate a me, maligni,
et scrutabor mandata Dei mei.
116 Suscipe me secundum eloquium tuum, et vivam,
et non confundas me ab exspectatione mea.
117 Adjuva me, et salvus ero,
et meditabor in justificationibus tuis semper.
118 Sprevisti omnes discedentes a judiciis tuis,
quia injusta cogitatio eorum.
119 Prævaricantes reputavi omnes peccatores terræ ;
ideo dilexi testimonia tua.
120 Confige timore tuo carnes meas ;
a judiciis enim tuis timui.

Samech

Péché, que je te hais ! Que tu me fais horreur !
Mais je loue Votre loi, je Vous aime Seigneur.

Vous êtes, Tout Puissant, mon glaive et mon écu :
Si je suis avec Vous, je me sais invaincu.

Déguerpissez, maudits, et laissez-moi, pervers,
M’imprégner de la règle et la tourner en vers.

Dieu, sans Votre soutien, puis-je me dire en vie ?
Ah, ne permettez pas, Seigneur, que je dévie.

Si Vous me voulez sauf, accordez-moi Votre aide :
Je lirai Votre loi, mon unique remède.

Accumulant sur lui le plus juste mépris,
Sur la balance, enfin, l’inique a peu de prix.

Heureux l’homme de foi ! Mais tous les incrédules
Et tous les pécheurs sont du monde les pustules.

Brisez ma chair, Seigneur, brisez-la durement,
Car j’ai peur qu’à ma mort vienne le châtiment.