Saints Prote et Hyacinthe

Saints Prote et Hyacinthe – Introït (Messe Salus autem)


Ant. ad Introitum. Ps. 36, 39.
Salus autem iustórum a Dómino : et protéctor eórum est in témpore tribulatiónis.
Ps. Ibid., 1.
Noli æmulári in malignántibus : neque zeláveris faciéntes iniquitátem.
V/.Glória Patri.

Saints Prote et Hyacinthe
Saints Prote et Hyacinthe

L’impie a pour alliées la force et la richesse,
Mais le juste et le saint trouve en Dieu son salut :
Lorsque l’impie l’opprime, il crie : « Je n’en peux plus ! »,
Et Dieu l’appelle à Lui d’une voix melliflue,
Mais frappe son bourreau d’une main vengeresse.

Mon frère, n’envie point l’homme d’iniquité :
Ce n’est que pour un temps qu’il semble tout avoir,
Que pour un peu de temps qu’il est couvert de gloire,
Un petit peu de temps qu’il sourit, mais au soir,
Le Seigneur le châtie, et pour l’éternité.

 

Saint Étienne - Cathédrale de Sens

Saint Etienne, protomartyr – Alléluia


Allelúia, allelúia. V/.Act. 7, 56. Vídeo cœlos apértos, et Iesum stantem a dextris virtútis Dei. Allelúia.

Saint Étienne - Cathédrale de Sens
Saint Étienne – Cathédrale de Sens

Les hommes peuvent bien me recouvrir de pierres,
Et faire ruisseler des sources de mon sang,
Mes deux yeux pleins de foi voient les Cieux grands ouverts ;
Tu crois, pauvre bourreau, me perdre en me blessant,
Mais ton orbite est creuse et ne voit point le Père,
Ni ne voit que j’expire et nais en périssant.

Sainte Christine - CC Gwendal

Sainte Christine – Communion


Sainte Christine - CC Gwendal
Sainte Christine – CC Gwendal

Extrait de la Messe du commun des Vierges II.

Ant. ad Communionem. Ps. 118, 121, 122 et 128.
Feci iudícium et iustítiam, Dómine, non calumniéntur mihi supérbi : ad ómnia mandáta tua dirigébar, omnem viam iniquitátis ódio hábui.

Pourquoi me calomnier, orgueilleux et superbes ?
Seigneur, à son palais, collez la langue acerbe.
Seigneur, ô mon Seigneur, Vous êtes mon témoin :
Même dans le malheur, j’ai toujours eu le soin
D’obéir, amoureuse, et joyeuse, à Vos ordres.
Le bourreau put frapper, la bête pouvait mordre,
Le feu me dévorer, ou l’eau, dans mes poumons,
M’asphyxier lentement, mais jamais le démon,
Jamais, ô grand jamais, ne goûta le plaisir
De me voir vaciller, Vous renier, vous trahir.