Tombeau du Docteur Dor (Sonnet)

Sur vous un lourd cercueil, un cercueil non de bois,
Mais de mépris, d’oubli, de vague indifférence,
S’est refermé ; hélas, sous ce couvercle immense
Gît la gloire et l’honneur que le pays vous doit.

Brisons sans hésiter cet indigne silence !
Mais qui vous chantera, vous et vos doux exploits,
Vous dont toute la vie fut de servir la loi,
Vous qui fûtes un juste, un des rares de France ?

La veille des Rameaux, l’infirmière, sans bruit,
Entre dans votre chambre ; épuisée par la nuit,
Elle voit vos yeux clos et se dit : « C’est qu’il dort. »

Mais une autre réplique : « Oh non, tout est fini.
– Pourtant, fait la première, on dirait qu’il sourit. »
Votre âme voit son Dieu, S’y repose et L’adore.

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s