Aux bergers de Bethléem – Epitre #31

Les anges apparaissant aux bergers
Les anges apparaissant aux bergers

Après la Sainte Famille, les Bergers sont les héros de nos crèches (sans oublier les moutons). Ils sont les premiers à avoir reçu le privilège de voir le Christ nouveau-né.

Bergers, pâtres, pasteurs, il est bien naturel
Que vous soyez passés avant mages et rois !
Lorsque l’ange de Dieu, avec ses grandes ailes
Apparut devant vous dans la nuit et le froid,
Vous étiez endormis et couchés sur la terre,
Et recroquevillés au milieu du troupeau,
Le dos tout raviné de racines, de pierres,
La laine des moutons réchauffait votre peau.
Ainsi peuples et rois, dans une nuit profonde
Gisaient, depuis Adam, quasi cadavéreux,
Car ils appartenaient aux ténèbres du monde
Ne sachant rien encor du salut fait pour eux.
Bergers, l’ange vous guide, et bientôt sur la route
Sa lumière et sa voix sont autant de signaux
Qui conduisent vos pas sous la céleste voûte
Vers le divin enfant, pasteur autant qu’agneau.

Publicités

2 réflexions sur “Aux bergers de Bethléem – Epitre #31

  1. hafi

    J’ai découvert ce site il y a déjà 2 jours et je tiens à vous complimenter pour votre talent (malgré le fait que je ne sois pas de confession chrétienne). Pensez-vous qu’il serait possible que vous fassiez des articles permettant d’ériger des poèmes à la hauteur des votres (ou, d’une manière moins pompeuse, présentant une méthodologie permettant de troquer son clavier pour une plume de poète) ? En fait j’ai actuellement 16 ans et je m’adonne dans mes heures perdues à composer, mais je ne suis jamais sûr de ce que je fais et il me semble que l’inspiration n’est pas chose facile à dompter. Votre aide me serait très précieuse et me permettrait peut-être de pouvoir un jour d’être satisfait de ce que je fais. Merci d’avance.

    1. Cher Monsieur,

      Vous me voyez très flatté de tous vos compliments et de l’estime que vous portez à mes poèmes. Je ne suis guère plus âgé que vous (je viens de souffler vingt-quatre bougies, c’est dire), et ne suis pas sûr de vous être de très bon conseil. Néanmoins, s’il n’est pas question pour l’heure de publier des articles portant sur la manière poétique, ne me croyant pas autorisé à le faire, je puis vous diriger vers ceux qui m’ont conseillé, et dont le jugement est sûr.
      Le meilleur ouvrage à consulter, à mon avis, est le Petit traité de poésie française de Théodore de Banville, qui expose de manière agréable et complète l’ensemble des règles de la poésie française. Si vous les connaissez déjà toutes, sautez directement à la partie sur les genres poétiques qui sont, à mon avis, un très bon exercice pour assouplir sa plume. Vous pourrez le trouver très facilement en ligne, sur Gallica ou Archive.org, par exemple.
      Exercez-vous aux genres les plus difficiles, afin que, lorsque vous tenterez d’écrire un grand poème, vous puissiez écrire très exactement ce que vous avez en tête sans compromission – je veux dire, sans batailler avec le nombre de syllabes ou la rime.
      Baudelaire, grand admirateur de Banville, par ailleurs, conseillait également de travailler, d’écrire chaque jour. C’est, modestement, ce que je tente de faire sur mon blogue, d’où les misérables faiblesses que vous pourrez trouver dans mes poèmes. Quelque ingrat qu’il paraisse, c’est un exercice qui en vaut vraiment la peine. Si la poésie est un art (ce qui n’exclut pas l’inspiration), il nécessite alors un entraînement permanent, comme le piano ou le dessin.
      Pardonnez ma prolixité, que j’espère néanmoins utile. N’hésitez pas à m’envoyer un de vos poèmes, ou brouillons !

      Bien à vous,

      Philippe Aucazou

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s