A Chloris – Ponce-Denis Ecouchard Le Brun

Ponce-Denis Écouchard Le Brun
Ponce-Denis Écouchard Le Brun

Reprenons notre série d’épigrammes du passé. Voici un poème anonyme destiné à une femme dont la bouche ne connaissait pas le dentifrice.

Oui vous avez les traits de Vénus même
Oui de vos yeux le charme est triomphant
Votre regard désire qu’on vous aime
Mais votre bouche le défend.

Mise à jour du 13 octobre 2014 : ce poème, que j’avais trouvé par hasard sans nom d’auteur, est revenu sous mes yeux dans les œuvres complètes de Ponce Ecouchard Le Brun. Voici l’erreur corrigée.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s